Critique : Beast  » déboule dans les salles de cinéma dans un thriller de survie – Brainerd Dispatch

 Critique : Beast  » déboule dans les salles de cinéma dans un thriller de survie – Brainerd Dispatch


BAXTER – C’est un conte vieux comme le monde – non, je ne parle pas de « La Belle et la Bête » et des célèbres paroles de la chanson du même nom.

Non, je parle du nouveau film « Beast ». Se déroulant en Afrique du Sud, l’intrigue de la survie du plus fort, du gagnant ou du mort, met en scène l’acteur anglais Idris Elba et le lion mortel qui le poursuit.

Elba joue le rôle du Dr Nate Daniels dans ce safari d’aventure qui tourne à l’horreur. Daniels est veuf et père séparé de deux filles, qu’il emmène en Afrique où il a rencontré leur mère pour la première fois.

Compte tenu de l’attitude du personnage d’Elba et de la manière sophistiquée dont Daniels se comporte dans le film, on peut se demander à quelle vitesse les choses vont tourner au vinaigre pour la famille fracturée ou comment.

Le robuste Elba, dont le nom est souvent cité comme un acteur susceptible d’incarner un jour James Bond sur le grand écran, a une silhouette imposante, mais il est rendu plus vulnérable par la présence de ses filles.

Daniels reprend contact en Afrique du Sud avec un vieil ami, Martin Battles, joué par l’acteur sud-africain Sharlto Copley, qui explique rapidement aux filles et aux cinéphiles à quel point le métier peut être dangereux.

Battles gère la réserve animalière sud-africaine et combat également les braconniers qui cherchent à vendre les animaux de la réserve comme les lions – ou des parties d’entre eux, morts ou vivants – sur le marché noir.

Copley s’est fait un nom dans le film de science-fiction « District 9 », nommé aux Oscars, qui se déroule également en Afrique du Sud et traite des questions de classe et de race, d’apartheid et de xénophobie.

« Beast » ne tente pas d’aborder des sujets aussi capiteux que le film de 2009 qui mettait en vedette Copley et dépeignait des relations exacerbées entre humains et extraterrestres qui s’effilochaient aux coutures.

Un lion regarde directement le spectateur.

Un lion regarde droit dans les yeux du spectateur.

Contribution / Ingo Stiller via Unsplash.com

« Beast » est un film plutôt démodé qui passe au Lakes 12 Theatre et au Sunset Cinema à Jenkins, avec ses combats souvent à mains nues entre l’homme et la bête.

Le film, d’une durée de 90 minutes, est classé R pour son contenu violent, ses images sanglantes et son langage, mais il n’est pas apparu gratuitement violent pour un film ou gore pour un film sur la chasse au lion.

L’intrigue est un retournement intéressant sur la croyance vaniteuse de l’homme qu’il est le prédateur suprême de la nature. Daniels cherche à protéger ceux qu’il aime, comme ses filles et son ami.

« Nous sommes sur son territoire maintenant. … C’est la loi de la jungle, c’est la seule loi qui compte », dit sinistrement Battles à Daniels à propos du lion assoiffé de sang.

Les images de synthèse des lions dans « Beast » semblent suffisamment réalistes sur le grand écran pour tromper les yeux des spectateurs, même lorsqu’un ou plusieurs d’entre eux interagissent directement avec les acteurs.

La dépendance excessive du film aux « jump-scares », une technique cinématographique dans laquelle quelqu’un ou quelque chose de dangereux apparaît soudainement, apparemment de nulle part, peut être ennuyeuse.

De nombreux fans de films d’horreur considèrent les jump-scares comme un stratagème bon marché pour effrayer le public. Mais lorsqu’ils sont utilisés avec parcimonie, ils ont leur place.

Mais plus les lions de « La Bête » apparaissaient à l’écran, mieux c’était. Leur majesté féroce ou leur immobilité contemplative, qui laisse entrevoir une prochaine action potentiellement mortelle, est tout à fait effrayante et impressionnante.

Frank Lee

Frank Lee

On peut parfois se demander s’il était judicieux pour Daniels d’emmener ses jeunes filles dans la réserve sud-africaine dans le cadre d’un voyage sentimental destiné à effacer des cicatrices émotionnelles.

La question qui se pose tout au long du film est de savoir si les liens familiaux et l’amour qu’ils suscitent sont plus forts qu’un animal sauvage pesant plusieurs centaines de kilos et doté de dents ou de griffes acérées comme des rasoirs.

« Beast » détient actuellement un taux d’approbation de 66% parmi les critiques et de 76% parmi le public chez Rotten Tomatoes, un site web d’agrégation de critiques pour le cinéma et la télévision.

Le consensus des critiques sur RottenTomatoes.com : « Vous voulez voir Idris Elba combattre un lion ? L’admirablement maigre mais finalement jetable ‘Beast’ est exactement le film que vous recherchez. »

FRANK LEE peut être contacté au 218-855-5863 ou à

frank.lee@brainerddispatch.com

. Suivez-le sur Twitter à

www.twitter.com/bdfilmforum

.





Source de l’article

A découvrir