Un micro kit de survie pour le transport quotidien – Partie 1, par M.B.

 Un micro kit de survie pour le transport quotidien – Partie 1, par M.B.


Dans le roman de Jules Verne de 1874, L’île mystérieuse, un groupe d’hommes de l’Union s’échappe d’une prison confédérée pendant la guerre de Sécession, dans un ballon d’observation. Ils sont emportés dans une énorme tempête et survivent à un atterrissage forcé sur une île du Pacifique avec rien d’autre que ce qu’ils portent et ce qu’il y a dans leurs poches. Dans une des premières scènes, les naufragés ont rassemblé de la nourriture, du bois de chauffage et de l’amadou, mais le personnage qui prépare le feu découvre soudain qu’il a perdu son récipient d’allumettes étanche. Une recherche effrénée parmi les naufragés révèle un seul match dans le gilet d’un personnage, et ce match solitaire déclenche leur premier feu sur l’île. Plus tard, ils apprennent d’autres méthodes de fabrication de feu, mais ce premier feu est essentiel à leur survie.

Le défi auquel sont confrontés les naufragés dans le livre de Verne m’a fait réfléchir à ce que je ferais si je faisais face à une situation de survie avec seulement les choses sur moi. Puis-je allumer un feu, éclairer mon environnement et effectuer d’autres tâches de base ? Quels outils choisirais-je pour un tout petit kit que je pourrais emporter avec moi tous les jours et dans presque tous les endroits ? Je me suis mis à concevoir un micro kit de survie.

Le but de ce kit est que l’individu dispose de quelques outils essentiels dans un kit suffisamment petit pour être transporté tous les jours. L’astuce consiste à décider quels outils sont essentiels et à trouver des exemples qui combinent haute qualité, petite taille et légèreté. Un autre facteur est le coût : le kit doit être suffisamment bon marché pour que des kits similaires puissent être fabriqués pour des amis ou des membres de la famille. Nous devons également trouver un système de transport qui permet au kit d’être transporté facilement – si facilement qu’il ne sera pas laissé pour compte.

Vous n’êtes peut-être jamais au milieu d’une catastrophe majeure, mais les accidents de voiture, les pannes de courant, les intempéries, les pannes de véhicules et d’autres urgences peuvent vous mettre en mesure de vous sauver vous-même et d’autres, si vous avez les outils pour le faire. Cet article est destiné à vous faire réfléchir à un tout petit kit de survie que vous pourriez avoir avec vous au quotidien.

Les quatre outils de base

J’ai choisi quatre des outils les plus basiques que les humains utilisent depuis des milliers d’années : un couteau, des outils pour faire du feu, une lumière et des cordages. Mes outils sont peut-être plus petits et plus légers que ceux utilisés par les hommes anciens, mais le besoin de ces outils reste le même, surtout lorsque j’essaie de survivre – ou d’aider les autres – en cas d’urgence.

Les éléments du kit décrits ici peuvent être des sauvegardes d’outils déjà portés par certains lecteurs, vous pouvez donc souhaiter sélectionner un élément différent ou vous assurer que l’outil que vous choisissez remplit un rôle différent. Par exemple, si vous portez un couteau de poche avec une seule lame verrouillable, vous pouvez sélectionner un couteau qui apporte un ensemble d’outils différent, comme un petit couteau suisse ou même un très petit multitool.

Tous ceux qui essaient de créer une petite trousse à outils EDC sont encouragés à commencer par les quatre bases et à se diversifier à partir de là. Vous pouvez prévoir des besoins différents, en raison de votre propre situation et de vos compétences. L’objectif principal de cet article est d’essayer d’encourager les gens à étendre les outils qu’ils transportent quotidiennement, pour inclure quelques articles compacts et utiles qui peuvent grandement améliorer leur capacité à gérer les situations d’urgence.

Organisation du kit

Mon micro kit de survie a été conçu autour d’une petite pochette en nylon avec un rabat qui se ferme par velcro. La pochette est suspendue à un morceau de paracorde. Cela n’a rien de spécial, et des pochettes similaires peuvent facilement être trouvées, ou vous pouvez en fabriquer vous-même. Si vous transportez votre kit dans une poche, vous pouvez décider d’utiliser une petite boîte en métal, comme une boîte Altoids, ou quelque chose de similaire. Bien qu’un peu plus grand que la pochette, un petit récipient en étain a plus de place et protège les objets à l’intérieur.

Alternativement, vous pouvez distribuer les articles sur vous-même dans des poches. Ma raison de tout assembler est de faciliter la saisie du kit et de l’enfiler, et de rendre plus difficile l’oubli de quelque chose.

Une telle pochette peut être transportée de différentes manières : le transport le plus basique est dans une poche, ou elle peut être suspendue à votre cou, à l’intérieur de votre chemise. Alternativement, vous pouvez envisager d’utiliser un plus long morceau de paracorde pour accrocher la pochette sous un bras. C’est une façon plus discrète de porter, surtout pour les hommes. Cela réduit également la crainte que le cordon ne s’accroche à quelque chose et vous étouffe, et il a l’avantage supplémentaire d’utiliser une plus grande longueur de paracord, qui sera disponible en cas de besoin.

Une autre méthode consiste à utiliser un court morceau de paracorde pour boucler autour d’un passant de ceinture ou d’une ceinture. La pochette est alors suspendue à l’intérieur du pantalon. J’ai utilisé un fin cordon en nylon dans le passé pour attacher la pochette à une boucle de ceinture pour le transport discret d’une pièce d’identité, d’espèces et de cartes de crédit pendant le voyage.

Bien que la pochette puisse être transportée hors du corps, dans un sac à main, un sac à dos, etc., cela comporte le risque que vous soyez séparé de votre kit lorsque vous en avez le plus besoin. Une meilleure méthode consiste à vous assurer que votre trousse est suffisamment petite pour transporter votre personne.

Élaborez un système de portage adapté à vos vêtements et à votre style de vie. L’important est de faire un effort sérieux pour avoir vos objets avec vous quand ils sont nécessaires.

Détails des composants

Examinons chacun des quatre outils en profondeur : y compris les versions les plus grandes et les plus petites que j’ai envisagées, ainsi que ce que j’ai choisi et pourquoi. Plus tard, nous discuterons d’autres éléments qui pourraient être ajoutés à votre kit.

Outil n°1 : Couteau

« C’était une lame X-acto étroite, taille numéro onze, en acier inoxydable de qualité chirurgicale. La lame était un pouce et demi de problème avec un millier d’utilisations, laminée à chaud à l’intérieur du papier d’identité en plastique, coupée pour juste un peu de chevauchement.

– Du roman Castigo Cay, par Matthew Bracken

Un couteau ou un autre instrument tranchant est l’un des plus anciens outils de l’humanité. C’est aussi l’un des plus polyvalents : capable d’effectuer une variété de tâches, mais il ne vaut rien s’il n’est pas avec vous quand c’est nécessaire. A un moment critique de l’excellent roman de Matt Bracken, Castigo Cay, beaucoup dépend d’un petit couteau. De superbes petits outils de coupe s’offrent à vous aujourd’hui, à de très bons prix. Ce qui suit est une liste très incomplète, mais il suffit de dire qu’il existe un couteau ou un autre outil pour répondre à presque tous les besoins.

  • Le plus grand pris en compte : le couteau Mercator K55K « Black Cat »
  • Le plus petit considéré : X-Acto #11 Blade
  • Choix final : Victorinox Classic Swiss Army Knife
  • Mentions honorables : Higonokami japonais, clé utilitaire Swiss+Tech ST66676, Leatherman Style CS

Mercator K55K – Fabriqué à Solingen, en Allemagne par Mercator et disponible en acier inoxydable ou en acier au carbone, ce lockback ultra-mince a une longueur de lame de 3,5 pouces. La poignée en acier pliée n’a que 0,25 pouce d’épaisseur, sans compter les rivets, et 4,3 pouces de longueur lorsqu’elle est fermée. Il dispose d’une très bonne serrure et est un petit couteau robuste malgré son profil mince. Il ne pèse que 2,7 onces. Une nouvelle version de ce couteau est désormais disponible avec un clip de poche.

Victorinox Classique – C’est le plus petit couteau suisse qui est facilement disponible et facile à trouver. Il propose une petite lame principale, des ciseaux, une lime à ongles avec embout tournevis, un cure-dent, une pince à épiler et un anneau pour un cordon. Sa longueur est de 2,3 pouces fermé et d’environ 0,35 pouces d’épaisseur. Il pèse 0,7 once. C’est mon choix recommandé, en raison de sa petite taille et parce que les outils ajoutent beaucoup de capacités. Pour mémoire, je porte généralement une petite lame fixe de poche ou un dossier robuste, comme le Falcon framelock, de John Greco. Par conséquent, le petit Classic me donne une lame fine pour les tâches fines, ainsi que des outils très utiles.

Par exemple, les petites pincettes fournies avec le Victorinox Classic peuvent ouvrir des menottes verrouillées, comme je l’ai démontré à des amis. J’ouvre la pince à épiler comme un triangle (en les détruisant au passage) et j’en utilise une moitié comme cale. La plupart des menottes ont des « dents » sur la partie qui se ferme. Les dents engagent un cliquet à ressort à l’intérieur de la serrure. Je glisse la moitié de la pince à épiler entre les dents et le cliquet et ouvre les menottes. Cela ne fonctionne que si les menottes ne sont pas « doublement verrouillées ».

Clé utilitaire Swiss+Tech – L’un des plus petits « multitools » disponibles, ce petit bijou combine une lame de couteau, un décapsuleur et des tournevis dans un très petit outil qui ne pèse que 0,4 once. La clé utilitaire, lorsqu’elle est fermée, a la taille et la forme d’une clé et peut se verrouiller sur un porte-clés.

Higonokami – Un « dossier à friction » japonais, certains de ces couteaux sont assez petits pour nos besoins. Ils se composent de trois pièces : une lame, un manche en tôle pliée et un rivet qui sert de point de pivot. Une petite extension de la lame dépasse de l’extrémité du couteau lorsqu’il est fermé et agit comme un levier d’ouverture. Lorsqu’elle est complètement ouverte, l’extension repose le long de la poignée et la pression de votre main aide à garder la lame ouverte. Ils peuvent être trouvés en ligne, auprès de divers vendeurs. La qualité varie de bonne à excellente. Bien qu’il ne soit pas aussi polyvalent – ni aussi petit – que le Victorinox Classic, mon higonokami est un petit couteau pliant robuste et très utile qui ne semble pas menaçant pour la personne moyenne. Mon couteau mesure 4,25 pouces de longueur avec une lame de 2,9 pouces et pèse 1,4 once.

Lame de couteau X-Acto #11 – L’un des plus petits couteaux que vous puissiez trouver est une lame X-Acto. Ceux-ci sont très petits et très pointus. Le mien mesure 1,6 pouces de long et est trop léger pour que ma balance numérique puisse lire ! Ces lames doivent être utilisées avec beaucoup de prudence et vous devrez improviser une gaine en plastique, en métal ou en un autre matériau. Si l’espace et le poids sont limités, la lame X-Acto peut fonctionner pour vous. J’en colle un à l’intérieur d’un livre d’allumettes, mais il peut également être collé sur le côté d’un briquet ou derrière une boucle de ceinture de style occidental. Les alternatives dans le même style incluent les lames de rasoir à un seul tranchant ou les lames utilisées dans les couteaux utilitaires coulissants.

Leatherman Style CS – Comme certains des autres petits outils Leatherman, le Style CS se déplie pour déployer une très bonne paire de ciseaux au lieu des pinces trouvées sur les plus gros multitools. Il comprend également une lame de couteau utile, ainsi qu’une petite lime à ongles avec une pointe de tournevis, une petite paire de pincettes et un décapsuleur/clip porte-clés léger. Tous, sauf les ciseaux, sont accessibles avec l’outil fermé. Il pèse 1,45 once et est assez petit pour être monté sur un porte-clés.

(À conclure demain, dans la partie 2.)



Source de l’article

A découvrir