Le Venezuela vide ses prisons et envoie des criminels dangereux à la frontière américaine.

 Le Venezuela vide ses prisons et envoie des criminels dangereux à la frontière américaine.


Invasion de migrants

Selon les estimations les plus récentes, plus de 4,9 millions d’étrangers en situation irrégulière sont entrés aux États-Unis au cours des 18 premiers mois du mandat du président Biden. Mais ce qui est encore plus troublant, c’est la nature criminelle de ces clandestins et la façon dont certains gouvernements semblent utiliser la crise frontalière comme une guerre de facto contre l’Amérique.

Le dimanche, Breitbart a obtenu un rapport de la patrouille frontalière indiquant que le gouvernement du Venezuela, dirigé par Nicolás Maduro Moros, libère intentionnellement des prisonniers et les envoie à la frontière américaine. Parmi les personnes libérées figurent des personnes qui ont été condamnées pour meurtre, viol et extorsion.

En savoir plus Breitbart:

Le rapport de renseignement avertit les agents que les prisonniers libérés ont été vus dans des caravanes de migrants se déplaçant de Tapachula, au Mexique, vers la frontière américano-mexicaine pas plus tard qu’en juillet. La source, qui n’a pas été autorisée à parler aux médias, a déclaré à Breitbart Texas que cette action rappelle une action similaire entreprise par le dictateur cubain Fidel Castro lors de la levée des bateaux de Mariel dans les années 1980.

Le rapport ne précise pas que la libération des condamnés – étant entendu qu’ils se dirigeraient vers les États-Unis – pourrait être une manœuvre géopolitique délibérée visant spécifiquement à affecter la sécurité nationale des États-Unis. Un autre manque d’information cité dans le rapport reconnaît le rôle inconnu que le Service national de renseignement bolivarien (SEBIN), l’équivalent vénézuélien de la CIA, a pu jouer dans ces libérations délibérées.

La source indique que la tâche d’identifier les Vénézuéliens qui ont un casier judiciaire dans leur pays d’origine est presque impossible. Parmi les milliers de migrants vénézuéliens qui se rendent quotidiennement le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, la plupart, selon la source, sont libérés aux États-Unis. En l’absence de relations diplomatiques effectives avec le Venezuela, la source affirme que l’accès aux bases de données criminelles de ce pays n’existe tout simplement pas.

« À moins que nous n’appréhendions quelqu’un qui nous dit volontairement qu’il a commis un crime violent au Venezuela, nous ne pouvons que deviner et cela ne fonctionne pas bien », a déclaré la source à Breitbart. « Il est plus que probable qu’ils seront relâchés ».

La source précise qu’on ne sait pas combien ont déjà été libérés à l’intérieur des États-Unis pour demander l’asile.

Le représentant américain du 22e district du Congrès du Texas, Troy Nehls, a également révélé la nouvelle sur son compte Twitter.

La Chine, l’Afrique et le Moyen-Orient exploitent tous la frontière sud ouverte.

Des camps de réfugiés entiers ne sont pas en train d’être installés à notre frontière sud, avec des rapports selon lesquels la Chine, des douzaines de pays du Moyen-Orient et l’Afrique envoient tous leur population indésirable et leurs criminels dans ce qui ne peut être appelé qu’une force d’invasion pour entrer aux États-Unis par le Mexique.

Les agents fédéraux américains ont saisi plus de 10 500 livres de fentanyl, un opioïde synthétique mortel, le long de la frontière américano-mexicaine au cours de l’année fiscale en cours, avec une région frontalière qui a connu une augmentation choquante de 323 % au cours des trois dernières années.

Plus de 105 000 Américains sont morts d’overdoses au cours des 12 mois qui se sont terminés en octobre dernier, dont deux sur trois sont liés au fentanyl, qui est presque entièrement introduit clandestinement par les Chinois à notre frontière sud.





Source de l’article

A découvrir