Jour de l’Australie, jour de l’invasion, jour de la survie

 Jour de l’Australie, jour de l’invasion, jour de la survie


Chaque année, le 26 janvier, nous célébrons ce que signifie être australien. C’est un jour où nous accueillons de nouveaux Australiens dans la bergerie par le biais de cérémonies de citoyenneté et nous nous réunissons pour des barbecues, le repas le plus inexplicablement australien. Nous marquons la journée de multiples façons et pourtant nous continuons à ignorer l’éléphant dans la salle: les demandes continues des communautés aborigènes de changer la date à laquelle nous célébrons la solidarité et le mode de vie australien.

Chaque année, je rumine puis j’écris sur la manière dont j’espérais que l’Australie aurait changé au cours des 12 derniers mois. J’espère et j’espère un changement dans l’attitude du public, afin que mes deux enfants puissent voir l’Australie dans laquelle ils vivent comprend la douleur du passé, l’histoire de la violence, la dépossession et la perte. J’espère qu’ils seront soutenus dans leur identité aborigène et qu’ils pourront être fiers et bruyants de la beauté de vivre en Australie, un pays qui comprend, valorise et chérit ses peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres.

Chaque année, je suis déçu.

L’année 2020 a marqué des pertes remarquablement tragiques pour le patrimoine culturel et des pas en arrière incroyables en ce qui concerne la consultation communautaire et le respect des façons autochtones de savoir et d’être.

En 2020, les jeunes avec qui je travaille à la maternelle et la garde d’enfants de Wiradjuri, ont partagé l’incroyable sentiment de perte et de deuil que j’ai vécu avec la destruction de l’arbre de naissance de Djab Wurrung Directions. Nous avons longuement parlé de la valeur et des relations continues que ce site et d’autres sites importants du patrimoine culturel entretiennent pour et avec les communautés autochtones.

Le pays est plus que la terre, c’est la famille.

Les jeunes avec qui j’ai partagé cette perte ont ressenti un large éventail d’émotions. Certains ressentaient le chagrin que je ressentais, d’autres ressentaient de la honte et d’autres encore ressentaient de la colère et de la confusion. Ces jeunes Australiens avaient entre 2 et 5 ans. Ces jeunes, pour qui la vie ne fait que commencer, et avec qui l’espoir d’une Australie future qui valorise vraiment les manières autochtones de savoir et d’être laïcs, partagent déjà avec les autochtones le sentiment de perte qui continue d’être une expérience quotidienne pour nous. Ils partagent avec nous le sentiment que notre «départ» n’est pas juste que nous avons tous promis en Australie, et c’est sur ce sentiment que j’essaie de me concentrer cette année à l’approche de la Journée de l’Australie, de la Journée de l’invasion et de la Journée de la survie.

Continuez à avoir ces conversations réelles et difficiles avec les jeunes de votre vie, qu’il s’agisse de relations professionnelles ou personnelles, car des générations d’enfants qui comprennent et partagent un respect, un amour et un lien avec le pays sont notre meilleur espoir pour une amélioration des choses pour tous. : véritable réconciliation.

La Journée de l’Australie, le 26 janvier, reste la date qui marque le début des dommages causés aux vies, aux cultures, aux langues, aux familles des aborigènes.

Il n’a pas besoin de rester ainsi.

La date peut être changée, et ce n’est qu’en développant la compréhension et l’empathie chez les jeunes que la nécessité de changer la date deviendra évidente. Passez du temps avant la Journée de l’Australie cette année à lire, à apprendre, à parler avec les membres de la communauté et à vous informer ainsi que vos communautés sur l’impact de cette célébration.

Espérons que l’année prochaine, et avec la communauté de l’éducation et de la garde de la petite enfance en tête, les choses se seront améliorées.

Ensuite, j’aurai VRAIMENT quelque chose à écrire.


La CEA recommande

CEA Série Recherche en pratique, Acceptation, justice et égalité: explorer la réconciliation dans l’éducation et l’accueil de la petite enfance
Par Catharine Hydon et Adam Duncan

Cette édition du Série Recherche en pratique vise à aider les praticiens de la petite enfance à explorer la réconciliation avec les jeunes enfants. En commençant par un aperçu de l’histoire de la réconciliation en Australie, le livre propose des idées de réflexion et d’action pour une Australie réconciliée. Vous pouvez acheter ou vous abonner pour obtenir une copie ici.





Source de l’article

A découvrir