Interview de Victor Lopez : Fondateur de Sierra Element Tactical Training

 Interview de Victor Lopez : Fondateur de Sierra Element Tactical Training


On pourrait penser que quelqu’un qui a servi comme tireur d’élite de combat en Irak et en Afghanistan avant de devenir policier dans la deuxième ville la plus peuplée des États-Unis est un vieil homme grisonnant avec une puce sur l’épaule. Avec un père qui a reçu trois coeurs pourpres au Vietnam avant d’entrer dans la police dans les rues tristement célèbres de Gary, dans l’Indiana, il est peut-être dans l’ADN de Victor Lopez de servir les autres et de rester humble en le faisant. Il me disait : « Traite tout le monde avec respect, quel que soit le statut que tu penses qu’ils ont », dit Lopez. Ce même souci de résoudre patiemment les problèmes n’a pas seulement aidé Vic à gagner le respect dans sa carrière, mais l’a également motivé à enseigner aux autres à éviter de se laisser submerger par l’ego et la fierté. Au lieu de cela, il rappelle aux étudiants qu’ils doivent s’efforcer d’élever leur niveau de connaissances.

En tant que propriétaire de Sierra ElementVic a pris sur lui de créer un programme qui ne peut venir que d’une expérience durement acquise dans les pires conditions imaginables. Alors que la criminalité continue d’augmenter dans un climat de rhétorique anti-police, les civils et les officiers moyens cherchent naturellement à améliorer leurs performances derrière la gâchette pour rester en sécurité. Vic a vécu ses paroles et est une perle cachée de l’entraînement tactique que RECOIL OFFGRID a jugé nécessaire de mettre en lumière. Nous lui avons parlé pour voir comment il combine le travail des militaires et des forces de l’ordre dans des compétences pratiques accessibles à tous.

Photos de Patrick McCarthy et John Schwartze

Notre entretien avec Victor Lopez de Sierra Element Training

RECOIL OFFGRID : Où avez-vous grandi ?

Victor Lopez : J’ai grandi à Gary et Merrillville, dans l’Indiana. En rejoignant le corps des Marines en 1994, j’ai été amené à vivre en Californie.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager ?

VL : Mon père était un Marine au Vietnam et est ensuite devenu un officier de police à Gary, Indiana.

Vous êtes entré dans les Marines en voulant devenir un sniper ? Comment était la qualification de sniper ?

VL : C’est arrivé comme ça. Au départ, je voulais juste être un fusilier, mais j’aimais bien l’aspect furtif et la précision à longue portée de ce métier. Quand j’ai essayé de rejoindre le peloton en 1998, ils l’ont appelé l’endoctrinement du sniper. Il y avait beaucoup de conditionnement physique, beaucoup d’observations et des jeux KIMS – KIMS signifie « Keep in memory sniper ». Ce sont des exercices de mémorisation de base. Il y avait beaucoup de marches avec un sac de 40 livres, une certaine privation de sommeil qui durait quelques jours, et puis j’ai finalement pu aller à l’école de tireurs d’élite, qui dure 10 semaines et demie.

Ci-dessus : Vic et Jerry Saunders de Corvus Survival, que nous avons interviewé dans le numéro 47 de RECOIL OFFGRID.

Quelles sont les compétences de base que tout sniper doit maîtriser ?

VL : L’adresse au tir est le numéro un dans l’ensemble. La forme physique ainsi que les aptitudes à la communication, que ce soit par voie électronique ou verbale, car nous devons expliquer la mission en détail à un commandant. Si vous ne l’expliquez pas assez bien, vous n’irez pas en mission. Il faut également faire preuve d’esprit d’équipe et de bonnes aptitudes sociales, car on travaille avec d’autres personnes dans des espaces confinés pendant une semaine, alors il faut être capable de s’entendre et de bien communiquer.

Quels déploiements et missions vous semblent avoir été les plus difficiles ?

VL : Au début, j’étais dans le 1er bataillon, 1er Marines. Puis, après avoir quitté le service actif, j’ai été affecté au 2e bataillon, 23e Marines, où j’ai pu aller deux fois en Irak, puis en Asie du Sud-Est. Quand je suis allé en Afghanistan, j’étais avec la 2nd Marine Expeditionary Force. J’étais en Irak en 2003 en tant qu’opérateur de sniper, et en 2009 également. C’était un défi pendant mon séjour en tant que conseiller en tir de précision auprès de l’armée nationale afghane. Il y avait des barrières linguistiques et culturelles. Les Afghans n’avaient pas toutes les compétences de base qu’un soldat ordinaire aurait pu avoir, alors il fallait plus de temps pour corriger les problèmes.

Cela peut sembler étrange, mais extérieurement, la partie la plus facile était de faire face à la guerre et de traiter avec les autres services. Il est difficile de transmettre la mission d’un sniper à quelqu’un qui n’a jamais été sniper. C’est la partie la plus difficile – faire comprendre aux autres ce qu’il faut pour sélectionner le personnel, l’équipement dont vous avez besoin pour réussir, et la formation continue dont vous avez besoin pour rester compétent et progresser.

Ci-dessus : Servir au Moyen-Orient dans les Marines.

J’ai aimé former les tireurs d’élite d’Asie du Sud-Est en Thaïlande, en Indonésie et en Corée du Sud, et apprendre l’environnement de la jungle. Une grande partie de leur armement n’était pas aussi bon que le nôtre, mais ils avaient quand même certaines des compétences de base, ce qui nous a permis de les développer beaucoup plus facilement.

Que pensez-vous que nous ayons fait de mal en ce qui concerne l’implication des États-Unis en Afghanistan ?

VL : Je pense que nous leur en avons donné un peu trop, à mon avis. Nous ne leur avons pas permis de penser par eux-mêmes, nous leur avons plutôt imposé nos idéaux. Au lieu de leur permettre d’essayer de construire leur nation par eux-mêmes, nous leur avons donné un peu trop d’informations et d’équipements. Nous essayions de les former, mais ils s’entraînaient à nous tuer. Vous leur enseignez les compétences que vous utilisez et ensuite ils retournent l’arme contre vous. Des conseillers se faisaient tuer dans tout le pays. Ils ne voulaient pas qu’on leur dise quoi faire, mais ils voulaient certainement de l’argent et du matériel gratuits.

Combien de temps avez-vous été dans l’armée ?

VL : Vingt ans.

Êtes-vous passé directement à la police ?

VL : Environ six mois après avoir terminé mon service actif, je suis entré dans un service de police. C’est quelque chose que je voulais faire depuis l’enfance. J’aimais beaucoup les histoires de mon père sur les poursuites et l’aide aux gens – des histoires où l’on pouvait arrêter quelqu’un qui avait blessé ou tiré sur quelqu’un d’autre. Il a aussi aidé à récupérer des biens pour quelqu’un qui avait été cambriolé. J’ai vraiment apprécié ces histoires qu’il me racontait en grandissant.

Dans quelles divisions avez-vous travaillé ?

VL : Patrouille, lutte contre les gangs, et patrouille en tant qu’agent de formation sur le terrain, puis j’ai travaillé au bureau du contre-terrorisme. Maintenant, je suis actuellement affecté à la division de la formation où je travaille dans l’unité des fusils de patrouille et des fusils tactiques.

Comment pensez-vous que le fait d’être un sniper vous a mieux préparé à l’application de la loi ?

VL : En ce qui concerne le contre-terrorisme, en tant qu’officier de surveillance, tout en travaillant comme sniper, vous devez faire beaucoup d’observation et étudier le langage corporel. L’étude du comportement m’a aidé à devenir un meilleur agent de surveillance parce que je peux déduire comment quelqu’un parle et interagit avec quelqu’un d’autre en me basant sur son langage corporel et ses gestes.

Ci-dessus : Formation des adjoints du bureau du shérif du comté de Pinal en Arizona.

Quelles ont été vos expériences les plus difficiles dans l’application de la loi ?

VL : Le plus difficile, ces dernières années, c’est la vague d’efforts de financement de la police et de réduction des peines pour les délinquants violents.

Sur quoi les efforts des gangs tendent-ils à se concentrer et à quel point sont-ils sophistiqués ?

VL : Principalement de la drogue ainsi que de la violence de base et de l’intimidation. Beaucoup d’extorsion avec les entreprises locales, aussi. Ils ont des gens qui travaillent à tous les niveaux. Il y a des gens qui commettent des crimes, des gens qui aident à les faciliter, des entreprises qui sont impliquées parce qu’elles en tirent profit, et des associés qui veulent faire partie de quelque chose. Il ne s’agit pas seulement de l’image que certaines personnes se font de quelques gars qui traînent au coin d’une rue.

Comment la police a-t-elle changé depuis que vous avez commencé ?

VL : La paperasse et les systèmes informatiques ont beaucoup changé. La technologie a changé avec le GPS dans les véhicules, et l’enregistrement des caméras corporelles et des caméras de bord. Avant, une partie de ces documents était écrite à la main. Certains des outils moins létaux – nous n’avions pas le 40 mm avant, nous n’avions que des fusils à balles. Au départ, tout le monde n’avait pas non plus de Taser. L’apprentissage de différents outils, techniques et procédures de mise en garde à vue, qu’il s’agisse de la façon dont nous leur parlons, de notre approche ou du nombre d’agents présents pour les aider. Bien qu’ils aient changé certains aspects du travail policier, ils n’ont mis la vie d’aucun agent en danger.

Au cours des dernières années, y a-t-il eu beaucoup d’attrition dans votre département ?

VL : Il y en a eu, mais il y en a toujours eu. Je n’ai pas vu d’exode massif, mais c’est un peu plus que ce que j’ai vu dans le passé. Les gens réalisent qu’ils peuvent avoir une vie confortable dans un autre État. Beaucoup de gens ont voyagé en dehors de la Californie pendant le COVID pour avoir un peu de liberté, voir d’autres États et considérer ce qu’ils avaient à offrir.

Quelle formation recommandez-vous au public de suivre pour mieux se protéger, en plus de l’obtention du port d’arme dissimulé si possible ?

VL : Suivez une formation aux arts martiaux afin d’avoir une meilleure conscience de vos capacités. Si votre département local a une académie de police civile, participez-y afin de voir les choses auxquelles les officiers vont être confrontés. Les visites de groupes et les promenades en voiture permettront aux gens de voir par eux-mêmes comment les agents interagissent avec les gens et comment les criminels interagissent avec les agents. Ne croyez pas seulement ce que vous voyez à la télévision. Les gens doivent éviter les zones qu’ils pensent être dangereuses. Vous pouvez effectuer une recherche Google sur les crimes commis dans la zone que vous comptez visiter. Des applications telles que Crimewatch sont également de bonnes ressources pour s’informer sur la criminalité localisée.

Quel type de formation recommandez-vous aux policiers pour compléter la formation normale qu’ils reçoivent ?

VL : Toute formation au tir provenant d’une source réputée en dehors de votre département sera utile. Il est bon de sortir et de voir ce que le monde de la formation a à offrir. Beaucoup d’officiers se contentent d’apprendre ce qu’ils apprennent dans leur service – cela ne vous fera pas progresser. Ne vous fiez pas uniquement à la formation que vous recevez à l’académie. À mon avis, le jiujitsu et le Muay Thai sont parmi les meilleurs arts martiaux. D’accord, je les ai pratiqués pendant un certain temps, mais je pense qu’ils vous donnent un équilibre entre le combat debout et le contrôle d’un suspect pour le mettre en garde à vue et empêcher sa fuite. J’ai pratiqué le jiujitsu brésilien pendant sept ans et le muay thaï pendant 17 ans. Je suis ceinture bleue en BJJ et je suis instructeur en Muay Thai.

Parlez-nous de ce qui vous a motivé à créer votre entreprise, Sierra Element ?

VL : Pendant mon séjour dans le Corps des Marines, j’ai participé à une compétition que le Corps organise chaque année et qui s’appelle Super Squad. Elle est composée de l’infanterie des Marines, et vous avez une série d’épreuves : tirs de mitrailleuse, randonnée, opérations militaires en terrain urbain, navigation terrestre, travail de périmètre défensif, et quelques épreuves de tir. Nous avons reçu beaucoup d’entraînement juste pour les 13 gars que nous avions. Au cours de nos trois semaines d’entraînement, j’ai reçu la formation la plus individuelle que j’aie jamais eue. Un adjudant m’a demandé, alors que nous étions en formation, de concevoir un cours de pistolet avec des mouvements et tout le reste. Je l’ai fait et j’ai vraiment apprécié la liberté de concevoir des choses et d’aider les gens à évoluer et à acquérir de nouvelles compétences.

C’est pourquoi j’ai créé Sierra Element en 2012. C’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis toujours. Je n’en avais tout simplement pas l’occasion auparavant et, à l’époque, j’avais l’impression de ne pas avoir les compétences nécessaires pour être un instructeur comme le genre d’instructeurs que j’admirais. Je pensais que je n’avais pas assez de compétences, alors j’y ai travaillé, j’ai fréquenté plusieurs écoles d’instructeurs et j’ai étoffé mon CV avec des formations.

D’où vient le nom ?

VL : Sierra est le S de l’alphabet phonétique de l’armée. S est pour sniper. Element est l’équipe, donc Sierra Element signifie essentiellement équipe de sniper.

Quel est votre objectif et qu’apportez-vous de plus que les autres entreprises de formation ?

VL : Nous avons certainement le pedigree, le fond et l’expérience d’un officier de police et d’un tireur d’élite qui a été déployé, a vu le monde et a appris comment les autres pays s’entraînent. J’ai fusionné de nombreux éléments du tir d’élite et je les ai intégrés dans le travail sur les carabines et les fusils ordinaires. Lorsque j’ai créé le cours de tir à la carabine sur terrain accidenté, j’ai pris des éléments des cours de tireur d’élite en montagne du Corps des Marines et les ai fusionnés avec le programme de tireur d’élite de la patrouille pour le rendre légèrement différent. Tous nos instructeurs ont plus de 20 ans d’expérience en tant qu’officier de police, ainsi qu’une certaine expérience dans l’armée ou dans des missions spéciales en tant qu’officier de police. Dans beaucoup d’entreprises, il n’y a qu’un seul type d’instructeur. Ma société ne se limite pas à une seule personne et à son expérience. C’est un travail d’équipe sur chaque cours, et nous enseignons avec la contribution de toutes les parties de l’application de la loi et de l’armée.

Je suis très impliqué depuis 2017, soit en formant les forces de l’ordre dans le programme de tireur d’élite désigné par la patrouille, soit en me formant moi-même pour recueillir plus d’informations. J’ai écrit un livre sur le concept de tireur d’élite désigné par la patrouille. Il devrait sortir prochainement. J’ai aidé à créer le programme de tireur d’élite désigné de la police de Palm Springs. Ce programme est destiné aux agents des forces de l’ordre qui ont la connaissance d’un AR-15 équipé d’une optique à puissance variable pour combler le fossé entre le fusil de patrouille et le sniper du SWAT.

Nous faisons également des opérations UTV pour les forces de l’ordre. Nous enseignons comment patrouiller dans une foule avec votre véhicule, comment réagir, comment installer votre équipement à l’intérieur du véhicule, comment sortir du véhicule et l’utiliser, comment l’utiliser comme couverture et comme plate-forme de tir. Nous proposons également ces deux cours au public, mais sous un nom différent pour la version civile du cours de tireur désigné.

Ci-dessus : Vic et ses parents, vers la fin des années 70.

Quelles sont les plus grandes idées fausses avec lesquelles vous voyez la plupart des étudiants qui commencent vos cours et que vous devez les aider à éliminer ?

VL : Nous recevons des gens qui sont convaincus que, s’ils achètent une arme coûteuse, ils deviendront des tireurs hors pair et ne manqueront jamais leur coup. Je dois leur expliquer que nous allons tous manquer, peu importe la qualité de notre tir. Lorsque l’on rate, l’objectif est de reconnaître ce que l’on fait mal et comment on peut le corriger rapidement, afin de revenir plus vite sur la cible. Parfois, les gars qui manquent leur cible se mettent à crier, à perdre leurs repères et les problèmes se multiplient. Puis, ils ratent à nouveau et commencent à tirer plus vite. Dans chaque cours, je rappelle aux élèves de garder leur calme lorsqu’ils manquent une cible et de ne pas hésiter à demander une aide supplémentaire.

Quels types de formation proposez-vous ?

VL : Tous les cours standards de fusils, pistolets et fusils de chasse. Nos cours les plus importants et les plus performants sont ceux de la série  » terrain accidenté  » – carabine à lunette pour terrain accidenté, carabine à lunette pour terrain urbain, pistolet pour terrain accidenté et engagement de précision en milieu urbain, suivi tactique et cours de tireur d’élite pour patrouille, opérateur de sniper, CQB et cours de pistolet de compétition.

Proposez-vous des formations de tireur d’élite ?

VL : Nous le faisons. Nous avons plusieurs cours d’opérateur de sniper, ce qui signifie que vous devez déjà être un sniper formé à l’école. Nous avons des cours de tireur d’élite en milieu urbain, de tireur d’élite en terrain accidenté, et un cours d’acquisition de cible où nous nous concentrons sur les techniques de camouflage et de déplacement du tireur d’élite.

Si vous pouviez prendre une baguette magique et changer la formation de la police, que feriez-vous ?

VL : J’autoriserais les officiers à suivre beaucoup plus de formations externes et je disposerais de certains fonds chaque année pour leur permettre de s’entraîner dans des lieux extérieurs.

Ci-dessus : Le livre de Vic, « The Initiative : Delivering Order to Chaos » sera bientôt disponible sur Amazon.

Ne sont-ils pas autorisés à suivre des formations extérieures ?

VL : Ils le sont, mais la compensation n’est pas là. Ils doivent la payer de leur poche. Certains officiers ont des familles et n’ont pas d’argent supplémentaire, alors je peux comprendre.

Que recommanderiez-vous à ceux qui envisagent de faire carrière dans la police ?

VL : Je ferais plusieurs tours de manège pour que vous puissiez voir comment le monde est en dehors de vos activités normales et de votre quartier, et comment les officiers traitent les activités criminelles.

A votre avis, qu’est-ce que les gens ont tendance à mal comprendre le plus sur la criminalité ?

VL : L’activité criminelle est partout, quel que soit le quartier dans lequel vous vivez. Le crime est plus répandu que vous ne le pensez.

Ci-dessus : Cours de pistolet Sierra Element au Burro Canyon Shooting Park en Californie.

Quels types de crimes avez-vous vu augmenter le plus ces dernières années ?

VL : Au cours des dernières années, j’ai constaté une augmentation des activités liées à la drogue, des vols dans les magasins, des agressions contre les policiers et des agressions avec une arme mortelle.

Avez-vous ressenti un déclin tangible du soutien du public envers la police ?

VL : Pas personnellement. Les gens continuent à venir me voir en public et à me remercier pour mon service et à dire combien ils apprécient les forces de l’ordre.

A votre avis, qu’est-ce qui pousse de nombreux médias à dire que la police n’est pas soutenue par le public et qu’elle devrait être désengagée ?

VL : Les choses sont guidées par les émotions et avec les émotions vient l’audimat. Avec l’audimat vient la publicité et avec la publicité vient l’argent. Lorsqu’ils se concentrent sur les quelques choses négatives qu’ils entendent sur les policiers, ils ne voient pas comment les policiers à travers le pays se surpassent pour aider des personnes qu’ils n’ont jamais rencontrées. La première fois qu’ils rencontrent quelqu’un, c’est peut-être le moment où ils se sont mis dans la ligne de mire pour le protéger.

À propos de Victor Lopez

Âge : 47

Idole d’enfance : Papa

Arme préférée : Staccato P Duo

Le film policier le plus réaliste : Colors

Le film policier le moins réaliste : End of Watch ou l’un des L’Arme Fatale films

Crown Vic ou Dodge Charger ? Crown Vic – beaucoup plus d’espace !

Liste de lectures recommandées :

  • Comment gagner des amis et influencer les gens par Dale Carnegie
  • La semaine de travail de 4 heures par Timothy Ferriss
  • Avec l’idée de gagner par Lanny Bassham

Que voulez-vous sur votre pierre tombale ? Sauvage implacable

URL : sierraelement.com

L’équipement EDC de Vic

  • Pistolet Staccato C
  • Pièce de défi des scouts sniper des Marines
  • Briser la glace en duo
  • Étui Centurion (personnalisé)
  • Ceinture intérieure One Shot Industries
  • Dent de porc
  • Clés avec porte-clés Diable de plomb
  • Couteau Pro-Tech Strider

Préparez-vous maintenant :

Divulgation : Ces liens sont des liens d’affiliation. Caribou Media Group perçoit une commission sur les achats qualifiés. Merci !

RESTEZ EN SÉCURITÉ : Téléchargez une du numéro sur l’épidémie d’OFFGRID

Dans le numéro 12, Magazine Offgrid a examiné de près ce qu’il faut savoir en cas d’épidémie virale. Nous offrons maintenant une copie numérique gratuite du numéro d’OffGrid Outbreak lorsque vous vous abonnez à la newsletter OffGrid. Inscrivez-vous et recevez votre copie numérique gratuite Cliquez pour télécharger !




Source de l’article

A découvrir