Couteau pliant Buck 286 Bantam BHW, par Thomas Christianson

 Couteau pliant Buck 286 Bantam BHW, par Thomas Christianson

La ligne de fond, à l’avant

Le Buck 286 Bantam BHW Folder est un couteau robuste de 3,38 pouces à lame tombante. Il sort de la boîte parfaitement aiguisé. Le manche épais, joliment texturé, en nylon renforcé de fibres de verre (FRN) est un peu trop épais pour un usage quotidien, mais il est exceptionnellement confortable en cas d’utilisation intensive. Elle est dotée de deux boutons de pouce pour une ouverture ambidextre d’une seule main. La finition stonewashed de la lame en 420 HC est attrayante. Le lockback maintient la lame ouverte en toute sécurité. Avec un prix de vente conseillé par le fabricant de 33,99 $ au moment de la rédaction de cet article, et largement disponible en ligne pour moins cher, le Bantam représente un excellent rapport qualité/prix, en particulier pour un couteau de poche. Fabrication américaine couteau.

Premières impressions

Le couteau est arrivé correctement emballé dans une boîte en carton. La boîte protégeait efficacement le couteau et fournissait des informations utiles imprimées à l’extérieur sans gaspiller de ressources excessives pour l’emballage.

Les plus beaux mots sur la boîte étaient « Knife Made in the USA ». Je suis extrêmement impressionné par le fait que Buck Knives soit capable de fabriquer des couteaux de si haute qualité aux États-Unis à des prix compétitifs par rapport aux couteaux produits à l’étranger par des travailleurs esclaves. La plupart des couteaux de la marque Buck sont désormais fabriqués dans l’Idaho.

J’ai été moins impressionné par les mots « Forever Warranty » (garantie à vie). La lecture des petits caractères a révélé que la « garantie à vie » ne couvre pas l’usure normale. Je peux comprendre qu’une « garantie à vie » ne couvre pas les abus et les mauvaises utilisations d’un produit. Mais lorsque je lis les mots « Garantie à vie », je m’attends à ce qu’elle couvre plus que les défauts de matériel ou de fabrication. Je suis donc un peu déçu. Je pense que les termes « garantie limitée » ou même « garantie limitée à vie » décrivent mieux ce que Buck couvre.

La lame est fabriquée en acier 420 HC. En soi, ce n’est pas particulièrement impressionnant, puisque le 420 HC est généralement considéré comme un acier inoxydable pour lame de budget. Mais Buck a la réputation d’exploiter au maximum le potentiel de l’acier 420 HC. Cela est dû au processus de traitement thermique Paul Bos. Il s’agit de chauffer l’acier, de le surgeler et de le réchauffer. Cela permet à la lame de prendre et de garder le tranchant mieux qu’il n’est généralement possible de le faire avec de l’acier 420 HC. Le résultat final est que les clients de Buck Knives reçoivent plus pour moins.

Le clip de poche est un peu plus léger que ce à quoi je m’attendais, mais il a très bien tenu tout au long de la période de test.

Il n’y a pas de cadre métallique à l’intérieur du manche FRN quelque peu épais. Le FRN supplémentaire dans le manche compense l’absence de métal tout en rendant le couteau plus léger et moins cher qu’un couteau avec un cadre en métal. Je ne sais pas encore quel sera l’impact de l’absence d’armature métallique sur la durabilité à long terme du couteau après de nombreuses années d’utilisation.

Le trou pour la lanière est plus grand que la moyenne, il est assez large pour accueillir même une lanière en nylon de 0,5 pouce. C’est utile, car de nombreux trous de lanière sur beaucoup d’autres couteaux sont trop petits pour être utiles. Le lockback était solide, mais quelque peu difficile à désengager. Elle s’est progressivement améliorée au cours de la période de test, mais était encore un peu raide même après plus d’un mois d’utilisation régulière. Il est probable qu’il s’assouplira encore plus avec une utilisation continue.

Test

J’ai porté le couteau pendant plus d’un mois et je l’ai utilisé pour une foule de tâches banales de la vie quotidienne. Ces tâches comprenaient, entre autres, les suivantes :
∙ Ouvrir des boîtes, des enveloppes et d’autres paquets. C’est l’utilisation la plus fréquente de mon couteau EDC.
∙ Couper l’emballage d’un jouet que j’ouvrais pour mes petits-enfants.
∙ Ouvrir un paquet de sacs de sable.
∙ Couper de la ficelle pour refaire les paquets de sacs de sable qui sont restés après avoir rempli ceux dont j’avais besoin.
∙ Faire des copeaux de bois pour aider à allumer un feu de camp afin de préparer des s’mores pour les petits-enfants. Le couteau a vraiment excellé dans cette tâche. Il est aiguisé comme un rasoir et le manche robuste était confortable et facile à saisir pendant que je coupais le bois dur séché au four.
∙ Découpe d’une bande de chambre à air de vélo pour fabriquer une bande destinée à fixer le manche d’un râteau de toit lorsque celui-ci est démonté.
∙ Retirer les douilles de la chambre d’un derringer à un coup (en portant des gants) qui n’a pas d’extracteur.
∙ Couper l’emballage plastique et le ruban adhésif d’un rouleau de filet à volaille.
∙ Découper la dose mensuelle de traitement contre les puces et les tiques du chien.
∙ Décoller une vieille étiquette d’expédition d’une boîte qui sera réutilisée.
∙ Hacher des aiguilles d’épicéa et des feuilles de plantain pour les ajouter à une infusion lors de la fabrication d’un après-rasage maison.

∙ Décoller une étiquette d’expédition qui masquait les instructions imprimées sur l’extérieur d’une boîte.
∙ Retirer le réducteur d’orifice d’une bouteille d’après-rasage afin de pouvoir remplir la bouteille.
∙ Découper un sac de nourriture pour chien.
∙ Découper l’emballage d’une nouvelle paire d’anneaux de visée.
∙ Ouvrir des paquets de bouteilles d’eau pour les distribuer aux participants d’une marche pro-vie.
∙ Après la fin de la marche pro-vie, couper le ruban de sécurité des poteaux qui avaient servi à délimiter les zones de stationnement pendant la marche.
∙ Découper des boîtes de borax et de bicarbonate de soude pour fabriquer du savon à lessive maison.
∙ Découper une boîte pour y mettre un article qui doit être retourné à un vendeur.

Confusion biométrique

J’ai également utilisé le couteau pour ouvrir un nouveau tube de graisse pour un pistolet à graisse. Ce faisant, j’ai mis de la graisse sur la lame. J’ai utilisé une serviette en papier pour nettoyer la lame. En nettoyant la lame, j’ai été un peu négligent et je me suis coupé l’index de la main gauche.

La blessure n’était pas très profonde. J’ai lavé la plaie avec du savon et de l’eau chaude, je l’ai séchée soigneusement, je l’ai recollée avec de la super glue et je l’ai recouverte d’un bandage étanche Nexcare.

L’impact le plus important de l’incident a été biométrique. J’utilise mon index gauche pour déverrouiller mon téléphone portable et pour ouvrir le coffre-fort d’une arme de poing que je teste. Ces dispositifs ne pouvaient évidemment pas lire mon empreinte digitale à travers un bandage. Mais même après le retrait du bandage, il a fallu plusieurs jours pour que mon doigt cicatrise suffisamment pour que les scanners le reconnaissent. Le scanner d’empreintes digitales du téléphone a fait un meilleur travail que celui du coffre-fort de l’arme de poing. Le scanner du téléphone a commencé à reconnaître l’empreinte digitale après plusieurs jours de guérison. Après plus de dix jours de guérison, le lecteur d’empreintes digitales du coffre-fort de l’arme de poing ne parvenait toujours pas à reconnaître l’empreinte digitale abîmée dans la moitié des cas.

Cet incident a fourni une bonne leçon pratique sur les dangers d’une dépendance excessive à l’égard de la technologie. Heureusement, j’avais d’autres moyens d’accéder à mon téléphone et au coffre-fort de l’arme de poing.

Histoire du couteau Buck

L’histoire des couteaux Buck commence avec un apprenti forgeron de 10 ans au Kansas en 1899. Ce jeune apprenti précoce, Hoyt H. Buck, a rapidement mis au point une nouvelle méthode de traitement thermique de l’acier utilisé dans les houes, les couteaux et d’autres outils.

À l’âge de 18 ans, Hoyt abandonne la forge et cherche des pâturages plus verts dans le nord-ouest du Pacifique. Il y rencontre et épouse sa femme, fonde une famille et travaille dans l’industrie du bois.

Les décennies passent, la vie continue et les choses changent. À la fin des années 1930, Hoyt vit à Mountain Home, dans l’Idaho, où il devient pasteur d’une église de l’Assemblée de Dieu.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Hoyt entend parler de la nécessité de fabriquer des couteaux pour les forces armées américaines. Il achète une forge, une enclume et un mandrin d’affûtage et reprend son activité de forgeron, installant un atelier dans le sous-sol de son église. C’est là qu’il commence à fabriquer des couteaux pour les militaires de la base aérienne de Mountain Home.

Avec la fin de la guerre et la baisse d’activité de la base aérienne, l’économie de Mountain Home, dans l’Idaho, décline de façon spectaculaire. Hoyt et sa femme se rendent à San Diego, en Californie, où ils s’installent avec leur fils aîné, Al. Al est devenu chauffeur de bus à San Diego après avoir servi dans les garde-côtes.

Hoyt poursuit sa fabrication de couteaux à San Diego et finit par convaincre Al de le rejoindre dans l’entreprise. Quelques années plus tard, Hoyt décède. Al était alors passé maître dans l’art de la fabrication des couteaux.

Au début des années 1960, Buck Knives a lancé un nouveau produit, le couteau de chasse pliant 110. Il est rapidement devenu l’un des couteaux les plus populaires jamais fabriqués, avec 15 millions d’unités produites depuis 1964, sans compter les millions d’imitations et de contrefaçons produites par d’autres sociétés.

Le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

Conclusions

A mon avis, Buck offre certaines des meilleures valeurs dans les couteaux de fabrication américaine. Le 286 Bantam BHW est l’un des nombreux choix que Buck propose. Il est aiguisé, attrayant et d’un prix raisonnable. Si vous êtes à la recherche d’une option économique pour un couteau EDC, le Buck 286 Bantam BHW est un excellent choix.

Avis de non-responsabilité

Je n’ai reçu aucune incitation financière ou autre pour mentionner un vendeur, un produit ou un service dans cet article.

JWR ajoute : A l’insu de Tom, Buck Knives est devenu un annonceur affilié de SurvivalBlog après qu’il ait écrit cet article, mais avant qu’il ne soit posté. SurvivalBlog perçoit une modeste commission sur les ventes de produits vendus par nos annonceurs affiliés si les lecteurs utilisent un lien d’affiliation pour accéder au site web de l’entreprise et ensuite[passentleurcommande[placeandorder


Source de l’article

A découvrir