Une approche intégrée de la lutte antiparasitaire

 Une approche intégrée de la lutte antiparasitaire


Ces acariens ectoparasites sont arrivés aux États-Unis en 1987 et se sont répandus dans le monde entier après avoir sauté de l’abeille asiatique (Apis cerana) à l’abeille mellifère européenne.

Les acariens varroa se reproduisent dans des cellules avec des ouvriers et des drones en développement (figure 2). Les cellules de couvain de drones sont plus grandes et la phase post-coiffage est plus longue (15 jours pour les drones contre 11 jours pour les ouvriers), ce qui permet à l’acarien de produire plus de progéniture par cycle. Les varroas ne se reproduisent pas dans les cellules royales en raison de la répulsion de la gelée royale et de la très courte période post-coiffage des reines (7 jours). Lorsque le couvain d’abeilles mellifères est présent dans la colonie, la majorité des varroas se trouvent dans le couvain coiffé où ils peuvent souvent échapper aux traitements chimiques.

Figure 2. Cycle de vie des varroas et des drones et ouvrières des abeilles mellifères. Les acariens varroa se reproduisent dans les cellules couvertes des abeilles mellifères en développement. En raison du développement plus lent des drones, les varroas infestent préférentiellement les cellules des drones, qui peuvent ensuite être utilisées comme piège. Image de Nick Sloff

On pense que les acariens varroa se nourrissent des corps gras des abeilles, qui est un organe qui fournit l’énergie nécessaire pendant les périodes prolongées sans butinage, comme l’hiver. En plus d’affaiblir le métabolisme des abeilles, les varroas transmettent un certain nombre de virus mortels. Les titres viraux chez les abeilles mellifères sont corrélés à la charge d’acariens varroa, les deux augmentant du printemps à l’automne. Ainsi, le contrôle de la population d’acariens est une méthode de contrôle des virus. Dans les opérations apicoles, le moment de la lutte contre les acariens est critique; le contrôle des acariens à l’automne est un facteur majeur lié à la survie hivernale des abeilles mellifères.

La surveillance des niveaux d’acariens varroa dans les colonies est importante pour déterminer la nécessité et le type de traitement. Les apiculteurs mesurent généralement l’abondance moyenne des acariens (nombre d’acariens pour 100 abeilles) selon un calendrier régulier, par exemple une fois par mois, pour déterminer quand la population d’acariens trouvés sur les abeilles ouvrières adultes dépasse un seuil. Cela peut être accompli grâce à plusieurs méthodes, y compris les rouleaux de sucre, les lavages à l’alcool ou grâce à l’utilisation d’un panneau collant. Les lavages à l’alcool sont la méthode la plus précise pour surveiller les populations d’acariens, car les ruchers avec un grand nombre de colonies échantillonnant 20% des colonies fourniront des informations suffisantes sur les populations d’acariens. Les seuils économiques ou d’action varient mais visent à maintenir les niveaux d’acariens en dessous ou autour d’une abondance moyenne de 2 acariens pour 100 abeilles. Il s’agit d’un nombre très faible, qui peut être maintenu en utilisant un certain nombre de pratiques qui varient d’une culture à l’autre (figure 3). Les apiculteurs peuvent utiliser une approche de lutte intégrée contre les ravageurs (IPM) dans lequel ils utilisent plusieurs techniques différentes de lutte contre les acariens en combinaison ou en rotation tout au long de l’année. Une combinaison de divers protocoles de traitement est efficace et réduit la probabilité de développement d’une résistance aux produits chimiques, comme cela se produit lorsqu’une seule méthode de traitement est utilisée à plusieurs reprises.

Figure 3. La pyramide IPM pour la lutte contre le varroa. Image de Nick Sloff.

Ici, nous passons en revue les différents niveaux de pratiques de lutte intégrée contre les varroas et résumons brièvement l’efficacité (encadré 1) et les impacts négatifs potentiels de chaque pratique.

Encadré 1: Efficacité: le pouvoir de produire un effet. Dans la science des insectes, le mot efficacité est utilisé pour discuter de l’efficacité avec laquelle un pesticide ou une pratique contrôle un ravageur.

Approches culturelles

Les approches culturelles visent à réduire la reproduction des ravageurs. Pour le contrôle et la prévention des varroas, les contrôles culturaux comprennent l’achat de stock d’abeilles mellifères résistant aux acariens, la fourniture d’un peigne à petites cellules et la fourniture d’une pause du couvain.

Stock résistant

L’utilisation d’abeilles résistantes aux acariens peut limiter le recours aux produits chimiques pour lutter contre les varroas. À cette fin, divers stocks d’abeilles présentant des caractéristiques de résistance aux acariens ont été développés. Les importations ont mis l’accent sur les abeilles mellifères européennes qui sont en contact avec les varroas depuis longtemps.

  • Abeilles russes inhibent la reproduction des acariens. Les abeilles russes ont une augmentation de la population d’acariens varroa plus lente que les autres abeilles, en raison de leur capacité à supprimer la reproduction des acariens. Les abeilles russes ont un pourcentage d’infestation de couvain inférieur et moins de cellules infestées de manière multiple, et les abeilles inoculées avec le virus de l’aile déformée vecteur d’acariens présentent une réplication virale beaucoup moins importante.
  • Abeilles Varroa Sensitive Hygiene (VSH) peut reconnaître et éliminer les pupes infestées d’acariens. Les abeilles qui éliminent rapidement le couvain mort sont hygiéniques et sont également considérées comme meilleures pour éliminer les acariens de la ruche. D’autres traits souhaitables incluent la reconnaissance par les abeilles que les acariens, eux-mêmes, sont présents et indésirables. Ce trait est reconnu par des tests.
  • Mordeurs de cheville / mâchoires de jambe mordra les acariens, endommageant leur corps et / ou leurs jambes. Ce trait est reconnu en regardant de près les acariens qui sont tombés à travers un écran sur une planche collante, en déterminant la proportion d’acariens qui ont été endommagés par les abeilles.

Peigne à petites cellules

Lorsque l’équipement de ruche moderne a été inventé au début des années 1950, il a lancé l’industrie apicole sur la voie de la modernisation et de l’industrialisation. Une partie de ce processus impliquait la production de fondations commerciales avec des hexagones de 5,4 mm et produisant des abeilles plus grosses qui pourraient produire plus de miel. Cependant, dans des conditions sauvages, les abeilles ont tendance à construire des rayons à partir d’hexagones plus petits de 4,9 mm. Certaines recherches ont suggéré que le nombre d’acariens diminue à mesure que la taille des cellules diminue, car une période post-coiffage plus courte dans une cellule plus petite se traduit par moins d’acariens varroa produits dans chaque cellule. L’efficacité de l’utilisation du peigne à petites cellules comme méthode de lutte contre les varroas est débattue dans la littérature scientifique, mais l’utilisation de cet équipement ne nuit pas aux abeilles mellifères.

Pause couvée

Une rupture de couvain dans la colonie peut avoir un impact significatif sur le nombre de cellules de couvain disponibles pour la reproduction des acariens. Cette pause peut être accomplie en mettant en cage ou en retirant la reine de la colonie pendant environ 3 semaines. Pendant ce temps, toutes les couvées éclosent, de sorte que les acariens sont expulsés des cellules vers les abeilles adultes. Cette approche seule, ou en combinaison avec un traitement chimique, peut affecter la croissance de la population de varroa. De plus, les abeilles adultes augmentent le comportement de toilettage en l’absence de couvain, ce qui peut aider à réduire le nombre d’acariens dans la colonie, en particulier en combinaison avec un panneau inférieur grillagé. Si une pause de couvain est correctement programmée, elle a le potentiel d’atténuer le stress d’une période de disette tout en fournissant à la colonie une jeune reine pour l’hivernage.

Approches mécaniques

Le contrôle des populations d’acariens varroa via des manipulations de la colonie ou de la ruche peut être efficace, surtout si plusieurs (ou toutes) des méthodes sont utilisées conjointement. Les commandes mécaniques comprennent des planches de fond grillagées, le retrait du couvain de drone et le saupoudrage de sucre en poudre.

Piégeage d’acariens

L’élimination du couvain de drone tire parti de la préférence des acariens pour la couvée de drone pour la reproduction, en les utilisant comme un piège. Les acariens varroa ont un succès reproducteur plus élevé chez les couvées de bourdons que chez les couvées d’ouvrières en raison de la période post-coiffage permettant aux acariens de ne produire que 1,3 à 1,4 progéniture par tentative dans les cellules d’ouvrières, mais 2,2 à 2,6 progéniture dans les cellules de drone. De plus, la période d’attractivité du couvain de bourdons est de 40 à 50 heures, contre seulement 15 à 30 heures pour le couvain d’ouvrier. Ensemble, ces avantages reproductifs de la couvée de bourdons se manifestent par une multiplication par 6 des acariens trouvés sous les bouchons des cellules de drones par rapport aux cellules des ouvrières. L’ajout d’un peigne de drone à une colonie encourage la production de drones qui agit comme un piège pour les acariens. Retirer ce peigne avant l’émergence du drone élimine efficacement les varroas qui se reproduisent dans les cellules. Le couvain de drone peut ensuite être congelé et renvoyé à la colonie ou gratté du cadre (figure 4). Cette pratique réduit la reproduction des acariens, ce qui prolonge le laps de temps avant que la population n’atteigne le seuil. Cependant, il peut ne pas être assez efficace pour agir comme le seul moyen de lutter contre les varroas.

Figure 4. Grattage du couvain de drone à partir d’un cadre qui a été ajouté pour servir de piège à acariens. Image de Robyn Underwood.

Panneau inférieur blindé

Les acariens tombent naturellement des abeilles en raison des mouvements au sein de la colonie et du comportement de toilettage des abeilles. Si un panneau inférieur grillagé est utilisé plutôt que du bois massif (figure 5), les acariens tombent sur le sol et sont moins susceptibles de remonter sur les abeilles. Les planches de fond grillagées réduisent l’invasion des acariens dans les cellules du couvain, ce qui réduit le pourcentage de la population qui se trouve dans le couvain en train de se reproduire. Les charges d’acariens atteignent encore des seuils économiques dans les ruches avec des planches de fond grillagées, de sorte que cette méthode physique de lutte contre le varroa doit être utilisée en combinaison avec d’autres techniques de lutte.

Figure 5. Le panneau inférieur à gauche est un panneau inférieur blindé, tandis que celui de droite est un panneau inférieur solide. Le sol de la ruche peut être criblé pour permettre aux varroas de tomber à travers le sol, où ils ne peuvent pas retourner dans la colonie. Image de Robyn Underwood.

Sucre en poudre

L’arrosage ou l’application de sucre en poudre sur les abeilles peut servir de méthode de lutte contre les acariens car cela stimule le comportement de toilettage, ce qui entraîne plus d’acariens collectés sur les planches inférieures. Son utilisation peut être efficace sur les abeilles retirées de l’équipement de la ruche, mais cela demande beaucoup de travail, les apiculteurs doivent donc peser les coûts et les avantages lorsqu’ils envisagent cette pratique. Ce traitement ne contrôlera probablement pas la population d’acariens à lui seul, mais il peut être utilisé pour augmenter la chute d’acariens en combinaison avec des planches de fond grillagées.

Approches chimiques

La reproduction du varroa tout au long du printemps et de l’été entraîne souvent une importante population à l’automne. Si le seuil économique est atteint, on aura le meilleur succès d’hivernage si un acaricide chimique est appliqué avant la production des abeilles d’hiver. Dans un système IPM, des produits chimiques doux sont utilisés lorsque cela est possible.

Produits chimiques doux

Les acides organiques, les huiles essentielles et les acides bêta de houblon sont considérés comme des produits chimiques mous car ils sont naturellement dérivés. Ces traitements sont efficaces sans laisser de résidus chimiques dans les produits de la ruche, comme la cire. Si des produits chimiques sont utilisés dans la ruche, il est recommandé d’appliquer des produits chimiques mous avant d’envisager l’utilisation de produits chimiques durs. De plus, les colonies ne doivent être traitées qu’après que les efforts de surveillance ont indiqué qu’elles sont nécessaires.

  • L’acide formique. L’acide formique est naturellement présent dans le venin des abeilles et est un composant naturel du miel. Ce produit chimique est couramment utilisé car, à des concentrations élevées, cet acide organique pénètre dans les bouchons de cire et tue efficacement les acariens reproducteurs. Une limitation est que l’utilisation de l’acide formique dépend de la température et peut causer des dommages à la colonie s’il est utilisé à des températures ambiantes supérieures à 85 ° F, car il peut augmenter la mortalité des couvées et le potentiel de perte de reines. Lorsqu’il est utilisé en dessous de 50F, l’acide formique se traduit par une faible efficacité.
  • L’acide oxalique. L’acide oxalique est un composé naturel présent dans les plantes, comme la rhubarbe, le chou frisé, les betteraves et les épinards. En tant que produit chimique pour lutter contre les acariens, l’acide oxalique peut être utilisé en deux formulations: vapeur et dribble. Parce qu’il ne pénètre pas dans les bouchons, l’acide oxalique est plus efficace pendant les périodes sans couvain, ce qui en fait un composant utile à un programme intégré de lutte contre le varroa comme méthode hivernale ou au début du printemps. Cependant, il ne doit pas être utilisé comme traitement autonome. S’il est surutilisé ou utilisé à des doses élevées, l’acide oxalique peut nuire aux abeilles en cristallisant dans l’intestin moyen des larves, en augmentant la mortalité larvaire et en réduisant la superficie de couvain. La surutilisation de ce traitement peut également diminuer l’activité et la longévité des travailleurs.
  • Thymol. Les huiles essentielles sont des composés naturels distillés à partir de plantes. L’huile essentielle la plus populaire pour lutter contre les varroas est le thymol (provenant d’une plante de thym). Bien que le traitement au thymol puisse contrôler efficacement les acariens sur les abeilles adultes, il ne peut pas pénétrer dans les coiffes cellulaires et ne contrôle donc pas les acariens dans les cellules du couvain. L’efficacité du thymol dépend de la force de la colonie ainsi que des conditions ambiantes. Pendant le traitement, les ouvriers réagissent en vidant les cellules à proximité du produit afin que ce traitement puisse réduire la surface totale de couvain dans les colonies lorsqu’il est appliqué au printemps. De plus, le traitement au thymol peut induire un comportement de vol et augmenter l’agressivité des colonies. L’efficacité du traitement au thymol peut être faible, il doit donc être associé à d’autres méthodes de traitement.
  • Houblon acides bêta. Les sels de potassium des acides bêta de houblon sont dérivés de la plante de houblon et peuvent être utilisés en toute sécurité à tout moment de l’année, même pendant la miellée. Cependant, il est plus efficace comme traitement de lutte contre les acariens lorsqu’il y a moins de couvain car il ne passe pas par les couvercles cellulaires. L’utilisation pendant l’élevage du couvain nécessite plusieurs applications. La température ambiante n’a aucun impact sur le traitement Hopguard. L’efficacité varie, mais elle n’est généralement pas aussi élevée que les autres traitements chimiques doux.

Produits chimiques durs

La lutte chimique contre les varroas peut être obtenue grâce à l’utilisation de divers acaricides / acaricides. Les acaricides synthétiques sont généralement efficaces, tuant jusqu’à 95% de la population d’acariens. Historiquement, le fluvalinate et le coumaphos ont été les traitements contre les acariens les plus largement utilisés, mais les acariens ont développé une résistance à ces produits chimiques et les résidus persistent et s’accumulent dans la cire. Bien que ces deux produits chimiques durs soient toujours légaux à appliquer, nous ne les recommandons pas et ne les discuterons pas ici. Les résidus d’acaricide dans la cire peuvent nuire directement aux abeilles et les rendre plus sensibles à la maladie nosémologique. De plus, ces résidus peuvent être trouvés dans les produits de la ruche, ce qui les rend moins désirables pour les consommateurs. Les produits chimiques synthétiques devraient être un dernier recours pour les apiculteurs pratiquant la lutte intégrée contre les ravageurs.

  • Amitraz. L’acaricide synthétique le plus populaire est l’amitraz (vendu sous le nom d’Apivar (R)). L’amitraz ne persiste pas, dans sa forme originale, comme contaminant du miel ou de la cire. Cependant, certains métabolites de l’amitraz se sont avérés persistants et il existe un effet synergique de l’amitraz et des virus qui a été lié à une mortalité accrue des abeilles. De plus, la résistance à l’amitraz a été documentée, son efficacité doit donc être surveillée de près.

Résumé

Il existe de nombreuses options disponibles pour lutter contre les populations d’acariens varroa dans les colonies d’abeilles mellifères. Chaque option présente des avantages et des inconvénients, mais comprendre les implications de chaque choix est une partie importante de la prise de décision. Dans une approche IPM, les apiculteurs devraient s’appuyer fortement sur les pratiques culturales et mécaniques pour lutter contre les acariens avant d’utiliser des produits chimiques mous ou durs. La surveillance des acariens et la rotation des traitements sont essentielles pour une gestion efficace et une réduction de la résistance aux produits chimiques de ces ravageurs. Comprendre et considérer toutes les options avant de décider de la manière de procéder aidera à améliorer le succès et le bien-être des abeilles mellifères.

Ce matériel est basé sur des travaux soutenus par le National Institute of Food and Agriculture, US Department of Agriculture, sous le numéro d’attribution 51300-26814, et par le Northeastern IPM Center via Grant # 2018-70006-28882 du National Institute of Food et Agriculture, protection des cultures et lutte antiparasitaire, programme de coordination régionale.



Source de l’article

A découvrir