Taux d’extinction mondiaux: pourquoi les estimations varient-elles si fortement?

 Taux d’extinction mondiaux: pourquoi les estimations varient-elles si fortement?


La plupart des écologistes pensent que nous sommes au milieu de la sixième extinction de masse. L’impact de l’humanité sur la nature, disent-ils, est désormais comparable aux cinq événements catastrophiques précédents au cours des 600 millions d’années, au cours desquels jusqu’à 95% des espèces de la planète ont disparu. Nous pouvons très bien l’être. Mais des études récentes ont cité des taux d’extinction qui sont extrêmement flous et varient énormément.

L’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, qui a impliqué plus d’un millier d’experts, a estimé un taux d’extinction qui a ensuite été calculé jusqu’à 8 700 espèces par an, soit 24 par jour. Plus récemment, des scientifiques du Convention des Nations Unies sur la diversité biologique conclue que: «Chaque jour, jusqu’à 150 espèces sont perdues.» Cela pourrait représenter jusqu’à 10% par décennie.

crapaud doré

Le crapaud doré, autrefois abondant dans certaines régions du Costa Rica, a été déclaré éteint en 2007. WIKIMEDIA COMMONS

Mais personne ne sait si de telles estimations sont proches de la réalité. Ils sont basés sur la modélisation informatique et les pertes documentées sont minimes en comparaison. Seulement environ 800 extinctions ont été documentées au cours des 400 dernières années, selon les données détenues par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Sur quelque 1,9 million d’espèces actuelles ou récentes recensées sur la planète, cela représente moins d’un dixième d’un pour cent.

Il n’y a pas non plus de preuves documentées d’une accélération des pertes. Dans sa dernière mise à jour, publiée en juin, l’UICN a signalé «aucune nouvelle extinctions», bien que l’année dernière elle ait signalé la perte d’un perce-oreille sur l’île de Sainte-Hélène et d’un escargot malais. Et certaines espèces autrefois considérées comme éteintes se sont avérées être encore présentes, comme le Otarie à fourrure de Guadalupe, qui «s’est éteint» il y a un siècle, mais qui en compte maintenant plus de 20 000.

De plus, la majorité des extinctions documentées ont eu lieu sur de petites îles, où des espèces dotées de petits pools génétiques ont généralement succombé aux chasseurs humains. Cela peut être une tragédie écologique pour les îles concernées, mais la plupart des espèces vivent dans des zones continentales et, les écologistes en conviennent, il est peu probable qu’elles se révèlent aussi vulnérables.

Mais les pertes documentées ne sont peut-être que la pointe de l’iceberg. C’est parce que les critères adoptés par l’UICN et d’autres pour déclarer les espèces éteintes sont très stricts et nécessitent des recherches ciblées. C’est aussi parce que nous ne savons souvent tout simplement pas ce qui se passe au-delà du monde des animaux vertébrés qui représentent peut-être 1 pour cent des espèces connues.

Un rapport récent a noté que les extinctions actuelles étaient «jusqu’à 100 fois plus élevées que le taux de fond».

Une façon de combler cette lacune consiste à extrapoler du connu à l’inconnu. En juin, Gerardo Ceballos de l’Université nationale autonome du Mexique – en collaboration avec des sommités telles que Paul Ehrlich de Stanford et Anthony Barnosky de l’Université de Californie à Berkeley – a fait la une des journaux du monde entier lorsqu’il a utilisé cette approche pour estimer que les extinctions mondiales actuelles étaient « jusqu’à 100 fois plus élevés que le taux de fond. »

Ceballos a examiné la perte enregistrée depuis 1900 de 477 espèces de vertébrés. Cela représentait une perte depuis le début du 20e siècle d’environ 1 pour cent des 45 000 espèces de vertébrés connues. Il a comparé ce taux de perte avec le taux d’extinction naturel «de fond» probable à long terme des vertébrés dans la nature, que l’un de ses co-auteurs, Anthony Barnosky de l’UC Berkeley a récemment mis à deux pour 10 000 espèces par 100 ans. Ce taux de fond prédirait environ neuf extinctions de vertébrés au cours du siècle dernier, alors que le total réel était entre un et deux ordres de grandeur plus élevé.

Ceballos a poursuivi en supposant que cette perte accélérée d’espèces de vertébrés s’appliquerait à l’ensemble de la nature, l’amenant à conclure que les taux d’extinction aujourd’hui sont «jusqu’à cent fois plus élevés» que le fond.

Quelques jours plus tôt, Claire Regnier, du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, avait mis le projecteur sur les invertébrés, qui constituent la majorité des espèces connues mais qui, a-t-elle dit, «languissent actuellement dans l’ombre».

Regnier a examiné un groupe d’invertébrés avec des résultats relativement bons – les escargots terrestres. Et pour contourner le problème de la sous-déclaration, elle a rejeté la méthodologie rigoureuse de l’UICN et s’est appuyée à la place sur des évaluations d’experts sur la probabilité d’extinction. Ainsi, elle a pensé que Amastra baldwiniana, un escargot terrestre endémique de l’île hawaïenne de Maui, n’était plus parce que son habitat a décliné et qu’il n’a pas été vu depuis plusieurs décennies. De cette façon, elle a estimé que probablement 10 pour cent des quelque 200 escargots terrestres connus étaient maintenant éteints – une perte sept fois plus importante que ce que les registres de l’UICN indiquent.

«Les populations marines ont tendance à être mieux connectées [so] la menace d’extinction sera probablement plus faible. »

Extrapolée au monde plus large des invertébrés, et tenant compte de la prépondérance des espèces d’escargots terrestres endémiques sur les petites îles, elle a conclu que «nous avons probablement déjà perdu 7 pour cent des espèces vivantes décrites». Cela pourrait signifier, a-t-elle dit, que peut-être 130 000 des invertébrés recensés ont disparu.

Plusieurs analystes de premier plan ont applaudi la technique d’estimation utilisée par Regnier. Mais d’autres se sont montrés plus prudents dans la lecture des taxons. Ils disent qu’il est dangereux de supposer que d’autres invertébrés subissent des extinctions à un rythme similaire à celui des escargots terrestres. Mark Costello, un biologiste marin de l’Université d’Auckland en Nouvelle-Zélande, a averti que les escargots terrestres pourraient être plus à risque que les insectes, qui constituent la majorité des invertébrés. «Parce que la plupart des insectes volent, ils sont largement dispersés, ce qui limite leur extinction», m’a-t-il dit.

La même chose devrait s’appliquer aux espèces marines qui peuvent nager dans les océans, explique Alex Rogers de l’Université d’Oxford. Seules 24 extinctions marines sont enregistrées par l’UICN, dont seulement 15 espèces animales et aucune au cours des cinq dernières décennies. Certains pensent que cela reflète un manque de recherche. Mais Rogers dit: «Les populations marines ont tendance à être mieux connectées [so] la menace d’extinction sera probablement plus faible. »

Quels que soient les inconvénients de telles extrapolations, il est clair qu’un grand nombre d’espèces sont menacées par la perte d’habitats, le changement climatique et d’autres intrusions humaines. Et si les faibles chiffres des extinctions enregistrées semblent être des sous-estimations du décompte complet, cela ne justifie pas les estimations élevées.

Pouvons-nous vraiment perdre des milliers d’espèces pour chaque perte documentée?

Pouvons-nous vraiment perdre des milliers d’espèces pour chaque perte documentée? Certains écologistes pensent que les estimations élevées sont gonflées par des malentendus fondamentaux sur ce qui conduit les espèces à l’extinction. Alors d’où viennent ces grosses estimations?

La plupart du temps, ils remontent aux années 1980, lorsque les biologistes forestiers ont proposé que les extinctions étaient motivées par la «relation espèce-aire». Cette relation soutient que le nombre d’espèces dans un habitat donné est déterminé par la superficie de cet habitat. Les biologistes ont donc fait valoir que la perte et la fragmentation massives des forêts tropicales immaculées – qui sont censées abriter environ la moitié de toutes les espèces terrestres – entraîneront inévitablement une perte au prorata des espèces forestières, avec des dizaines, voire des centaines. , d’espèces perdues silencieusement chaque jour. La relation présumée sous-tend également les évaluations selon lesquelles jusqu’à un tiers de toutes les espèces sont menacées d’extinction dans les décennies à venir en raison de la perte d’habitat, y compris du changement climatique.

Mais, comme l’écologiste de la forêt tropicale Nigel Stork, alors à l’Université de Melbourne, l’a souligné dans un papier révolutionnaire en 2009, si la formule fonctionnait comme prévu, jusqu’à la moitié des espèces de la planète auraient disparu au cours des 40 dernières années. Et ils ne l’ont pas fait. «Il n’y a presque pas de données empiriques pour soutenir les estimations d’extinctions actuelles de 100, voire une, espèces par jour», a-t-il conclu.

Il n’est pas seul. En 2011, l’écologiste Stephen Hubbell de l’UC Los Angeles a conclu, à partir d’un étude des parcelles forestières dans le monde géré par la Smithsonian Institution, que lorsque les forêts ont été perdues, «il restait toujours plus d’espèces que ce qui était attendu de la relation espèce-aire». La nature s’avère plus adaptable qu’on ne le supposait auparavant, a-t-il déclaré. Il paraît que la plupart des espèces ne meurent pas simplement si leurs habitats habituels disparaissent. Au lieu de cela, ils se recroquevillent dans leurs refuges réduits ou se déplacent vers de nouveaux habitats.

Claude Martin, ancien directeur du groupe environnemental WWF International – une organisation qui, à son époque, a souvent promu de nombreux scénarios élevés d’extinctions futures – reconnaît désormais que les «projections pessimistes» ne se concrétisent pas. Dans son nouveau livre, Sur le bord, il souligne qu’El Salvador a perdu 90 pour cent de ses forêts mais seulement trois de ses 508 espèces d’oiseaux forestiers. Pendant ce temps, l’île de Porto Rico a perdu 99% de ses forêts, mais seulement sept espèces d’oiseaux indigènes, soit 12%.

Certains chercheurs remettent maintenant en question l’opinion largement répandue selon laquelle la plupart des espèces restent à décrire.

Certains écologistes pensent qu’il s’agit d’un sursis temporaire et que des milliers d’espèces vivent sur du temps emprunté à mesure que leur habitat disparaît. Mais avec plus de la moitié des anciennes forêts tropicales du monde supprimées, la plupart des espèces qui les peuplaient autrefois vivent. Si rien d’autre, cela laisse le temps à la restauration écologique d’éviter les pertes, suggère Stork.

Mais nous nageons toujours dans une mer d’inconnues. D’une part, il n’y a pas d’accord sur le nombre d’espèces sur la planète. Les chercheurs ont décrit environ 1,9 million d’espèces (estimé, en raison du risque de double comptage). Mais, compte tenu de ceux qui n’ont pas été enregistrés jusqu’à présent, les chercheurs ont estimé que le chiffre réel se situait entre deux et 100 millions.

L’année dernière, Julian Caley de l’Institut australien des sciences marines de Townsville, Queensland, s’est plaint que «Après plus de six décennies, les estimations de la richesse mondiale en espèces n’ont pas convergé, restent très incertaines et, dans de nombreux cas, sont logiquement incohérentes.»

Cela peut être un peu pessimiste. Un semblant d’ordre émerge au moins dans le domaine des espèces répertoriées. En mars, le Registre mondial des espèces marines, un réseau de recherche mondial, a élagué le nombre d’espèces marines connues de 418 000 à 228 000 en éliminer le double comptage. Embarrassant, ils ont découvert que jusqu’à récemment, une espèce d’escargot de mer, la pervenche rugueuse, se faisait passer pour pas moins de 113 noms scientifiques différents.

Costello dit qu’un double comptage ailleurs pourrait réduire le nombre réel d’espèces connues du chiffre actuel de 1,9 million au total à 1,5 million. Cela laisse encore ouverte la question de savoir combien d’espèces inconnues attendent d’être décrites. Mais là aussi, certains chercheurs commencent à tirer des chiffres.

Dans les années 1980, après avoir analysé la biodiversité des coléoptères dans une petite parcelle de forêt au Panama, Terry Erwin de la Smithsonian Institution a calculé que le monde pourrait abriter à lui seul 30 millions d’espèces d’insectes – un chiffre bien plus élevé que précédemment estimé. Ses chiffres sont devenus la sagesse reçue. Mais de nouvelles analyses de la taxonomie des coléoptères ont soulevé des questions à leur sujet.

En juin, Stork a utilisé une collection de quelque 9 000 espèces de coléoptères conservée au Natural History Museum de Londres pour procéder à une réévaluation. Il a analysé les tendances de la croissance des collections de certains endroits, avec des spécimens plus gros trouvés en premier, et a conclu que le nombre total probable d’espèces de coléoptères dans le monde pourrait être de 1,5 million. À partir de là, il a estimé qu’un chiffre probable pour le nombre total d’espèces d’arthropodes, y compris les insectes, se situait entre 2,6 et 7,8 millions.

Certains chercheurs remettent maintenant en question l’opinion largement répandue selon laquelle la plupart des espèces restent à décrire – et pourraient donc potentiellement disparaître avant même que nous en ayons connaissance. Costello pense que peut-être seulement un tiers des espèces sont encore à décrire, et que «la plupart seront nommés avant qu’ils ne disparaissent».

Est-ce que tout cet argument sur les nombres a de l’importance? Oui, c’est vrai, dit Stork. «Le succès de la planification de la conservation … ne peut être atteint que si nous savons quelles espèces il y a, combien ont besoin de protection et où. Sinon, nous n’avons aucune base de référence pour mesurer nos succès. » Ou bien pour mesurer nos échecs.

Rien de tout cela ne signifie que les humains sont décrochés ou que les extinctions cessent d’être un problème grave. Extinction les taux restent élevés. Et, même si certaines menaces telles que la chasse peuvent être atténuées, d’autres comme le changement climatique ont à peine commencé. De plus, s’il y a moins d’espèces, cela ne fait que rendre chacune plus précieuse.

Mais Stork soulève un autre problème. Il prévient qu’en se concentrant sur la biodiversité mondiale, nous pourrions passer à côté d’une menace plus grande et plus immédiate – la perte de biodiversité locale. Cela peut avoir un effet plus immédiat et plus profond sur la survie de la nature et les services qu’elle fournit, dit-il.

Les écosystèmes sont profondément locaux, basés sur des interactions individuelles d’organismes individuels. On peut se demander combien il importe pour la nature de savoir combien d’espèces il y a sur la planète dans son ensemble. Mais il est clair que la biodiversité locale est très importante.



Source de l’article

A découvrir