Guide de survie d’une maman fatiguée

 Guide de survie d’une maman fatiguée


Mode de survie

Je me souviens bien de l’épuisement d’une toute nouvelle maternité. Quand mon premier fils est né, je n’ai pas pris ma Bible pendant des mois. J’étais tellement sûre que j’arriverais au pays magique de la discipline plus tard quand mon bébé n’en aurait pas autant besoin. Je ne savais pas que garder les habitudes de lecture de la Bible et de prière quand c’était difficile de le faire aurait ouvert la voie à la lecture de la Bible et à la prière plus tard quand ce n’était pas si difficile. Lorsque les jours de chaos se sont atténués, je me suis retrouvé sans inspiration pour pratiquer toute sorte de discipline spirituelle. L’indifférence que j’avais excusée en tant que mode de survie est devenue mon mode de vie normal, et mes journées étaient dépourvues de tout lien régulier avec Christ en dehors de la fréquentation de l’église.

J’ai entendu plusieurs fois la rationalisation du « mode de survie » de la part d’autres chrétiens. Je suis trop occupé. Mon temps ne m’appartient pas. J’étais avec le bébé toute la nuit. Je n’ai pas dormi depuis des semaines. J’essaie juste de survivre en ce moment. Oh, ce sont des saisons difficiles, mon ami !

L’épuisement est réel. Le simple fait de survivre semble parfois être la bonne réponse, n’est-ce pas ? Pourtant, ce que j’ai appris de croyants plus âgés et plus aguerris, c’est que connaître Christ est le seul moyen de supporter ces années difficiles où vous êtes tiré dans mille directions différentes. Si nous ne nous accrochons pas à lui maintenant, comment pouvons-nous être sûrs que nous le garderons plus tard ?

Glenna Marshall

Ce livre explore à quoi ressemble la fidélité quotidienne au Christ lorsque la croissance spirituelle semble difficile à mesurer, en abordant les défis uniques de la fidélité pendant les saisons d’attente, de doute, de prise en charge, de souffrance, et plus encore.

En tant que croyants, nous vivons différemment du monde incrédule qui nous entoure. Nous sommes de nouvelles créatures en Christ, et tout ce que nous faisons doit être fait par, par et pour lui (voir Col. 1:15-17). Le mode de survie pour le chrétien fatigué n’est pas l’hibernation du Christ mais la persévérance en Christ. Les choses que nous avons tendance à mettre en bas de la liste des choses à faire sont les cadeaux mêmes que Dieu nous a donnés pour nous garder près de lui. Nous ne pouvons pas survivre déconnectés de lui. Donner la priorité à sa parole, à sa prière et à sa communion avec notre église est ce qui nous aide à survivre ! Peut-être que ces habitudes sembleront un peu différentes pendant les saisons les plus difficiles de la prestation de soins, mais mettre de côté les disciplines spirituelles jusqu’à ce que la vie s’installe n’est pas ce qui nous aidera à persévérer dans les jours difficiles. Nous persévérons jusqu’à la fin en persévérant jusqu’à la fin de cette journée.

Lorsque vos réserves semblent vides, lorsque votre patience est mince, lorsque vous pouvez à peine rester éveillé, vous saturer d’Écritures est la survie. Quand le bébé ne dort pas, quand tes responsabilités au travail te tiennent éveillé la nuit, quand ton parent atteint de la maladie d’Alzheimer ne se souvient pas de toi, quand la lessive de quatre de moins de quatre ans ne s’arrête jamais, prière est survie. Lorsque vous êtes trop fatigué pour chanter les louanges du Seigneur, lorsque vous luttez contre un groupe tapageur pendant le sermon, lorsque vous ne pouvez que vous asseoir droit sur le banc, être présent avec votre famille d’église est la survie. Ces expressions de fidélité au Christ sont les moyens par lesquels il vous garde fidèle, même si elles sont moins structurées pendant les années chaotiques de soins. Le mode de survie pour le chrétien dont les mains sont pleines doit inclure les choses qui aident son âme à survivre.

Un vrai repos quand vous en avez toujours besoin

La prestation de soins exige de profondes réserves d’abnégation. La perte de sommeil, d’activités personnelles, de temps, de finances et bien plus encore donne l’impression que la vie est une passoire. Tout ce qui est versé est immédiatement versé pour les personnes dont nous nous occupons. En faisant passer les besoins des autres avant les nôtres, nous modelons notre vie sur celle de Jésus. Il est notre exemple en toutes choses, mais nous voyons son altruisme surtout dans la manière dont il a aimé les gens, servi ses disciples et est mort à notre place pour nos péchés. Il voyagea et enseigna comme un pauvre prédicateur itinérant sans foyer, sans femme, sans enfants et sans biens. Les malades le cherchaient partout, les foules se pressaient sans cesse. Jésus savait ce que c’était que d’être entouré par le besoin des autres.

Comment Jésus a-t-il géré le fait d’être constamment sollicité ? Premièrement, il recherchait intentionnellement des moments seuls pour prier son Père. Deuxièmement, il s’est reposé. Dans Marc 6, les disciples retournèrent vers Jésus après être sortis pour enseigner son message. Jésus aussi était occupé à enseigner et à guérir les malades. Son invitation aux disciples de « revenir seuls dans un endroit désolé et de se reposer un peu » est venue juste après une période si chargée qu’ils n’avaient même pas eu le temps de manger un bon repas (Marc 6 : 30-32). .

Quelques chapitres auparavant, Jésus s’est éclipsé très tôt le matin pour prier dans un lieu désolé (Marc 1:35). Il venait de passer des jours à soigner les malades et les démoniaques, les uns après les autres. Dans Marc 4, Jésus s’endormit sur un bateau lors d’une tempête à la fin d’une longue journée d’enseignement. Jésus n’a pas ignoré ses responsabilités d’enseignement et de guérison, mais il n’a pas non plus abandonné les choses dont il avait besoin physiquement et spirituellement pour continuer son travail. Il cherchait du temps avec le Père, et il cherchait le repos. Si Jésus le Fils de Dieu avait besoin des rythmes du repos et de la prière, combien plus en avons-nous besoin ?

Connaître Christ est le seul moyen de supporter ces années difficiles où vous êtes tiré dans mille directions différentes.

Jésus nous donne un modèle à imiter, mais il nous dit aussi la meilleure façon de nous reposer lorsque nous sommes fatigués de corps et d’âme. Plus que nous avons besoin de repos physique réel (bien que nous en ayons besoin), nous avons besoin de repos pour nos âmes qui ne se trouve qu’en lui. Jésus a dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau est léger » (Matthieu 11 :28-30). Ce que nous ne voyons pas dans ce passage, c’est la permission de se déconnecter de la prière et des paroles de Jésus simplement parce que nous sommes accablés de fardeaux. Jésus ne dit pas : « Si vous êtes fatigué, ignorez ce que je dis et attendez que vous ne soyez pas si chargé. Il ne dit pas : « Viens me voir plus tard, quand tu ne seras pas las. » Il dit aux fatigués de venir à lui, de prendre son joug, d’apprendre de lui et de trouver du repos.

Gloria Furman écrit : « Si je ne renouvelle pas mon esprit à travers les vérités de la Parole de Dieu, alors le brouillard ne se dissipe pas et ne laisse pas briller la lumière de l’espoir de l’Évangile. À la fin de la journée, je suis perdu dans un nuage. de découragement qui ne se lève pas. Nous avons besoin de la boussole de l’éternité pour orienter notre perspective.1 La façon dont nous venons à Dieu et apprenons de lui est de prendre nos Bibles et de le connaître à travers sa parole. La façon dont nous trouvons le repos est de chercher le Seigneur dans la prière. Nous le faisons par nous-mêmes et aussi lorsque nous entendons la proclamation de la parole et examinons nos cœurs lors de la communion avec d’autres croyants dans le culte collectif. Son joug est plus léger et plus facile que les règles légalistes et la fausse religion, mais il ne nous permet pas de vagabonder libres de tout lien avec lui. Son joug nous attache à lui et nous tire dans la direction où il nous conduit. Nous ne trouverons pas de repos pour nos âmes en desserrant cette attache de Christ. Nous trouvons du repos en restant à ses côtés, peu importe à quel point nos journées peuvent être chargées et épuisantes. Christ est notre mode de survie.

Lorsque vous servez et prenez soin des autres, souvenez-vous que Jésus savait ce que c’était que d’être nécessaire. Imitez-le en prenant du temps pour la prière et les paroles du Seigneur. Vous serez équipé pour persévérer lorsque vous serez attaché à lui. En lisant sa parole, vous prendrez confiance en son amour. En priant, vous ferez l’expérience de sa communion et de son aide. En vous unissant au corps de Christ dans votre église locale, vous recevrez des encouragements et du soutien. Voici une bonne nouvelle pour vous, ami fatigué : le Christ est à l’œuvre en vous alors que vous persévérez pendant ces jours difficiles et chargés. Alors que vous modelez votre vie sur celle de Jésus, même lorsque vous avez l’impression de n’avoir plus rien à donner, le Saint-Esprit vit en vous et vous aide à persévérer. Il utilisera vos habitudes de prière et de lecture de la Bible pour révéler votre péché, pour vous rappeler le sacrifice de Jésus pour vous sur la croix, pour vous conduire à lui obéir. Le repos physique est important. Mais le reste que Jésus offre nourrit nos âmes afin que nous puissions continuer à vivre pour lui, même avec une longue liste de choses à faire.

Alors que vous avancez avec une fidélité régulière au milieu d’une montagne de linge, d’une rotation des changements de couches et des tétées nocturnes, ou des actes de soins de base pour un parent vieillissant, le Seigneur vous voit. Il sait que vous êtes fatigué et il en tire bien. Il a de la compassion pour vous lorsque vous luttez pour ramasser votre Bible ou pour dormir en priant. Christ est votre exemple, mais il est aussi votre aide alors qu’il intercède pour que vous continuiez à le suivre avec fidélité (Rom. 8:34).

Remarques:

  1. Gloria Furman, Chérir le Christ quand vos mains sont pleines : Méditations évangéliques pour les mamans occupées (Wheaton, Illinois : Crossway, 2014), 52.

Cet article est adapté de La fidélité au quotidien : la beauté de la persévérance ordinaire dans un monde exigeant par Glenna Marshall.



Articles Liés


10 versets clés sur les difficultés

Avec la puissance et la présence de Jésus dans nos vies, nous sommes appelés à endurer et ainsi faire briller la lumière du Christ dans un monde sombre.


Ce qu’est (et n’est pas) le discipulat familial

Matt Chandler,

Adam Griffin

En termes simples, le discipulat familial dirige votre foyer en faisant tout ce que vous pouvez chaque fois que vous le pouvez pour aider votre famille à devenir des amis et des disciples de Jésus-Christ.




Source de l’article

A découvrir