Cette Denverite a écrit un guide de survie moderne pour vaincre le cancer du sein.

 Cette Denverite a écrit un guide de survie moderne pour vaincre le cancer du sein.

Sabrina Skiles n’était pas triste lorsqu’on lui a diagnostiqué un cancer du sein en août 2019 ; elle était livide.

« J’étais super en colère au début », dit-elle. « Tout le monde n’arrêtait pas de [saying] ‘Oh mon Dieu, je suis tellement désolée. Vous devez être si triste. Non, je suis en colère. »

C’était une émotion surprenante pour cette rédactrice indépendante de 35 ans, mais là encore, Skiles n’avait aucune idée des émotions « normales » à ressentir à la suite d’un diagnostic de cancer du sein. Il n’y avait pas de manuel à consulter. Cette mère de deux enfants s’est retrouvée désespérément à la recherche d’informations. Qu’est-ce qui m’aidera à supporter la chimio ? Existe-t-il des organisations qui aident à la garde des enfants ? Comment puis-je trouver un thérapeute ?

Sabrina Skiles. Photo par Chris Skiles

Lorsque Sabrina Skiles a commencé à rassembler une liste de ressources et à partager son expérience du cancer en ligne, elle a découvert que d’innombrables autres femmes luttant contre le cancer du sein se posaient les mêmes questions. Consciente de l’ampleur du besoin, Chris Skiles a décidé de compiler toutes ces informations dans un livre relatant son parcours personnel dans la lutte contre le cancer. Read That Again : Survivre au cancer du sein avec courage, candeur et communautéqui a été publié le 28 août, est rempli de toute la sagesse et de l’esprit que Mme Skiles souhaitait entendre au début de sa propre bataille. Il s’agit d’un guide pratique pour naviguer dans tous les aspects du cancer du sein, de la chimiothérapie aux demandes d’indemnisation en passant par la discussion du diagnostic avec les enfants, le tout raconté avec humour et vulnérabilité.

En l’honneur du Mois de la sensibilisation au cancer du sein, 5280 s’est entretenue avec Mme Skiles pour parler de ses conseils aux femmes qui luttent contre cette maladie, du développement d’un état d’esprit de survivante et de l’aspect mental du cancer du sein.

Note de l’éditeur : La conversation suivante a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

5280 : Votre traitement actif est terminé, mais vous mentionnez dans le livre que vous apprenez encore à naviguer dans la vie après le cancer. Comment vous sentez-vous ?
Sabrina Skiles : Oui, je dois dire que je vais très bien. Cette expérience m’a beaucoup appris sur la manière de défendre mes intérêts et ceux des autres femmes atteintes d’un cancer du sein. Cette expérience m’a beaucoup appris sur la manière de me défendre et de défendre d’autres femmes atteintes d’un cancer du sein. C’est une expérience instructive, mais aussi passionnante maintenant que j’en suis là.

Dans vos mémoires, vous trouvez un équilibre délicat entre la légèreté et le chagrin. Comment y êtes-vous parvenue ?
C’est la façon dont nous vivons les choses difficiles dans la vie. Si nous ne parvenons pas à trouver un équilibre entre ces moments difficiles, le chagrin et le traumatisme, nous resterons dans cette situation très difficile, et je savais que je ne voulais pas faire cela. Pour moi, il s’agissait donc de partager ces moments sombres, mais aussi de partager, Hé, j’ai retrouvé l’appétit, allons manger un beignet. ou Mes enfants passent une bonne matinée, célébrons-la !. C’est en trouvant de la joie dans ces petits moments que les moments plus difficiles deviennent plus faciles à vivre.

Il est évident que le cancer est une bataille physique, mais parlez-moi de la bataille mentale que vous avez endurée pendant le traitement ?
J’ai la chair de poule rien que d’y penser, parce que personne n’aime parler de santé mentale et qu’il y a une telle stigmatisation à ce sujet. Mais il y a tellement de choses, de pilules et de produits d’hydratation qu’on vous donne pour les aspects physiques du cancer, la chimio et la radiothérapie, mais il n’y a rien qu’on vous donne pour le côté mental de tout cela. Et j’étais assise dans le fauteuil toutes les deux semaines, comme si.., Qu’est-ce qui se passe ? J’ai toutes ces pensées dans la tête et j’ai besoin de parler à quelqu’un. J’ai besoin d’une thérapie. Après avoir fait des recherches, j’ai découvert que la plupart des grandes compagnies d’assurance proposent un programme de soutien aux personnes atteintes d’un cancer et que beaucoup de gens l’ignorent. Mon assurance m’a aidée à trouver un thérapeute spécialisé dans la survie au cancer, les traumatismes liés au cancer et le deuil.

Vous parlez de l’importance de développer un état d’esprit de survivant dès le début du traitement. Comment y êtes-vous parvenue ?
Je demandais aux gens : « Quand avez-vous eu l’impression d’être un survivant ? » et il y avait tellement de réponses différentes. Lorsque j’ai commencé à écrire sur le sujet, je me suis dit que l’on pouvait se sentir survivant à n’importe quel moment de son parcours. J’ai ensuite eu une conversation avec mon oncologue à la fin de la radiothérapie. Elle m’a dit : « À ce stade, vous n’avez plus de cancer. Vous êtes considérée comme une survivante. » Et j’ai répondu : « Quand suis-je vraiment une survivante ? » Elle m’a répondu que techniquement, on est un survivant au moment du diagnostic. C’est à ce moment-là que je me suis dit, Si la communauté médicale pense que nous sommes des survivants dès le début, alors pourquoi ne nous considérons-nous pas comme des survivants ?

Sabrina Skiles après avoir perdu ses cheveux pendant le traitement du cancer du sein. Photo avec l’aimable autorisation de Sabrina Skiles

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui ont du mal à accepter le mot « survivante » ?
Je sais que beaucoup de gens ont du mal avec ce mot, qu’il peut être déclencheur et que certaines personnes n’aiment même pas utiliser le mot « survivante ». Je dis donc qu’il faut le remplacer par ce qui vous donne l’impression d’être un survivant, parce que c’est ce que vous êtes. Vous avez survécu à un diagnostic de santé majeur. Je pense qu’il est vraiment très important pour tout le monde d’accepter le mot « survivant », mais aussi de dire le mot « cancer ». J’ai eu beaucoup de mal avec ce mot au début. Ces mots ont tellement de pouvoir sur nous. Nous devons nous asseoir avec cela. Mais ensuite, nous devons dire les mots « cancer du sein » et « survivante » pour qu’ils n’aient plus autant de pouvoir sur nous.

Quelle a été la partie la plus difficile à écrire dans ces mémoires ?
Honnêtement, c’est mon récit. La première partie du livre a été très difficile à écrire parce que je revivais tout cela. Mais c’est une autre partie de mon parcours de guérison qui m’a aidée. Certaines personnes veulent simplement s’en sortir. Elles veulent passer par le diagnostic, le traitement et en finir. C’est ce qui leur convient, et c’est très bien. Mais pour moi, ce n’était pas le cas. J’avais besoin d’y réfléchir à nouveau.

Toute la seconde moitié de votre livre est remplie de ressources pour les femmes atteintes d’un cancer du sein et leurs proches. Pourquoi avez-vous décidé d’intégrer ces ressources ?
C’était mon objectif depuis le début, parce que lorsque j’ai été diagnostiquée, les gens m’envoyaient tous les livres, et ils étaient formidables. Mais il ne s’agissait que d’histoires de personnes, et c’est formidable. Mais ce dont j’avais aussi besoin, c’était de conseils ; j’avais besoin d’astuces. Qu’est-ce qui les a aidées à supporter la chimio ? Quels produits les ont aidées à supporter les radiations ? Quelles sont les organisations existantes ? Même s’il est utile de lire l’histoire de quelqu’un d’autre, ce sont les ressources qui m’ont aidée. Et je l’ai écrit, je l’espère, de manière à ce qu’il ne s’adresse pas seulement à la femme diagnostiquée, mais aussi à ses soignants et à son réseau de soutien.

Si vous pouviez dire une chose à une personne qui vient de recevoir un diagnostic de cancer du sein, quelle serait-elle ?
Ça craint en ce moment, mais ça va devenir plus facile. Je ne veux pas que les gens me disent « Oh mon Dieu, je suis tellement désolée ». Oui, je sais que les gens sont désolés, mais je veux que vous me disiez : « Bon sang, ça craint. Ça craint, mais tu vas t’en sortir. Ça va devenir plus facile. »

Jessica Giles


Source de l’article

A découvrir