jeIl est généralement logique de suivre l’argent lorsque l’on cherche à comprendre presque tous les changements majeurs. La stratégie de suivre l’argent dans notre convergence actuelle des crises à la fin de l’été 2020 nous conduit directement aux verrouillages. Les verrouillages ont d’abord été imposés aux habitants de la région de Wuhan en Chine. Ensuite, d’autres populations du monde entier ont été invitées à «abri en place», Tout cela au nom de la lutte contre le virus COVID-19.

La compréhension de l’énorme impact des verrouillages se développe encore. Les verrouillages se révèlent être beaucoup plus dévastateurs que tout autre aspect de l’étrange séquence d’événements qui fait de 2020 une année pas comme les autres. Même lorsque les problèmes sont limités à ceux de la santé humaine, les verrouillages ont eu et continueront d’avoir des impacts beaucoup plus vastes et dévastateurs que le virus des célébrités.

Les verrouillages ont, pour commencer, été directement responsables des taux explosifs de suicide, de violence domestique, de surdoses et de dépression. À long terme, ces maladies de les verrouillages tueront et blesseront probablement beaucoup plus de gens que COVID-19.

Mais cette comparaison ne raconte pas toute l’histoire. La nature et la durée des verrouillages font perdre leur emploi à des millions de personnes, entreprises et viabilité financière. Il semble que la descente économique se renforce encore. L’assaut des verrouillages sur notre bien-être économique a encore beaucoup plus à faire.

Cette présentation PROUVE SANS DOUTE que l’Amérique est dans un combat majeur qui vous mettra, vous et votre famille, littéralement dans la ligne de mire… Alors assurez-vous de regarder cette présentation pendant qu’il est toujours en ligne…

Les verrouillages se sont avérés être un puissant instrument de contrôle social. Cet attribut devient très attractif surtout pour certains politiciens. Ils ont découvert qu’ils pouvaient tirer une influence politique considérable de la méditation et de l’exploitation de la panique pandémique largement fabriquée.

Les verrouillages sont toujours un travail en cours. Il y a des verrouillages passés, des verrouillages rotatifs, des verrouillages partiels, des verrouillages obligatoires, des verrouillages volontaires, des verrouillages sévères et probablement une panoplie de nombreux types de verrouillages encore à inventer.

Les verrouillages s’étendent aux perturbations des chaînes d’approvisionnement, aux perturbations des flux monétaires, aux baisses de consommation, aux pannes dans les transports et les déplacements, à l’augmentation des faillites, aux pertes de financement entraînant des pertes de logements, ainsi qu’à l’incapacité de payer les impôts et les dettes.

Les fermetures s’étendent au-delà des habitations personnelles pour interdire les grandes assemblées de personnes dans les stades, les salles de concert, les églises et une myriade de lieux consacrés aux loisirs et aux divertissements publics. Sur la base de cette façon de voir ce qui se passe, il devient clair que les effets économiques et sanitaires des verrouillages sont bien plus prononcés que les dommages causés directement par le nouveau coronavirus.

Cette approche du suivi de l’argent conduit à se demander si la propagation du COVID-19 a été déclenchée comme prétexte. Le COVID-19 a-t-il été lancé comme un expédient pour les verrouillages dans le but de faire s’écraser l’économie existante? Quelle raison pourrait-il y avoir pour écraser délibérément l’économie existante?

Une des raisons possibles aurait pu être de mettre en place de nouvelles structures pour créer le cadre d’un nouvel ensemble de relations économiques. Et ces changements accompagneraient des ensembles de relations sociales et politiques modifiées.

Parmi les changements économiques recherchés figurent la robotisation de presque tout, les interactions financières sans numéraire et les impositions élaborées d’IA (intelligence artificielle). Ces impositions d’IA s’étendent aux altérations numériques de la conscience et du comportement humains. L’accent mis sur les vaccins est étroitement lié aux projets d’étendre l’IA à une matrice modifiée de la nanobiotechnologie humaine.

Il y a d’autres possibilités à considérer. La première est qu’à l’automne 2019, l’économie commençait déjà à faiblir. Heureusement pour certains, le nouveau virus est apparu à un moment où il pouvait être exploité comme bouc émissaire. En plaçant la responsabilité de la débâcle économique sur les agents pathogènes plutôt que sur les personnes, les banquiers de Wall Street et les autorités fédérales sont libérés. Ils peuvent échapper à tout compte rendu d’une calamité économique qu’ils ont contribué à provoquer.

Une présentation en août 2019 par le léviathan de Wall Street, BlackRock Financial Management, fournit un indicateur révélateur de la prescience. De nombreux initiés ont bien compris en 2019 qu’une forte récession économique était imminente.

Lors d’une réunion de banquiers centraux à Jackson Hole dans le Wyoming, les représentants de BlackRock ont ​​présenté une stratégie pour faire face au ralentissement futur. Plusieurs mois plus tard, au printemps 2020, cette stratégie a été adoptée à la fois par le Trésor américain et la Réserve fédérale américaine. Le plan de BlackRock d’août 2019 a jeté les bases de la réponse fédérale à la crise économique tant attendue.

Une grande partie de cet essai est consacrée à l’examen du contexte des agences controversées qui réagissent maintenant à la dévastation économique créée par les verrouillages. L’une de ces agences est habilitée à créer de grandes quantités d’argent endetté.

Le rôle très public en 2020 de la Réserve fédérale des États-Unis ressuscite de nombreux vieux griefs. Lorsque la Réserve fédérale a été créée pour la première fois en 1913, elle a été fortement critiquée comme un don de l’autorité fédérale.

Les critiques ont déploré le cadeau aux banquiers privés dont les entreprises ont acquis la propriété des douze banques régionales qui constituent ensemble la Réserve fédérale. De ces douze banques régionales, la Federal Reserve Bank of New York est de loin la plus grande et la plus dominante, surtout en ce moment.

La Réserve fédérale des États-Unis a combiné ses forces avec des dizaines d’autres banques centrales privées à travers le monde pour former la Banque des règlements internationaux. Bon nombre des archétypes clés de ce type de banque ont été développés en Europe et dans la ville de Londres, où la famille bancaire Rothschild avait un rôle important et résilient, qui persiste jusqu’à ce jour.

Aux côtés de la Federal Reserve Bank de New York, BlackRock a été profondément impliqué dans l’administration du plan de sauvetage en 2008. Ce plan de sauvetage a réanimé de nombreuses entreprises défaillantes de Wall Street et leurs contreparties dans un certain nombre d’entreprises spéculatives impliquant diverses formes de produits dérivés.

Les renflouements ont abouti à des paiements de 29 billions de dollars, dont une grande partie va restaurer les institutions financières défaillantes dont les excès ont en fait causé le crash économique géant. Là où le secteur financier a grandement profité des renflouements, les contribuables ont de nouveau été abusés. Le fardeau d’une dette nationale élargie est finalement tombé sur les contribuables qui doivent payer les intérêts sur les prêts pour le sauvetage fédéral des institutions financières «trop grandes pour faire faillite».

Commence à se sentir comme si c’était chaque homme pourr lui-même, Est-il possible qu’en ce moment, une crise mondiale soit sur nous, sans même le savoir … Et le virus n’est peut-être pas la plus grande menace, mais la crise qui suit, les biens de tous les jours qui nous maintiennent en vie auront disparu, Je parle, nourriture, eau fraîche, médicaments, vêtements, carburant…

bnr

Des précédents troublants sont créés par la manipulation par le club de Wall Street du krach économique de 2007-2010 pour enrichir ses propres membres de manière extravagante. Cette expérience antérieure augure mal de l’intervention des mêmes acteurs dans ce cycle actuel de réponses à la crise économique de 2020.

En préparant cet essai, j’ai apprécié les nombreux articles de Pam Martens et Russ Martens dans Wall Street à la parade. Ces centaines d’articles bien documentés constituent une source principale importante sur l’histoire récente de la Réserve fédérale, y compris au cours des derniers mois.

Dans cet essai, j’établis un contraste entre les banques régionales privées de la Réserve fédérale et la Banque du Canada, qui a déjà émis des prêts à faible taux d’intérêt pour la construction de projets d’infrastructure.

Avec cet arrangement en place, le Canada a traversé une période importante de croissance nationale entre 1938 et 1974. Le Canada est sorti de cette période avec une dette nationale de seulement 20 milliards de dollars. Puis en 1974 Premier ministre Pierre Trudeau a abandonné cet arrangement pour permettre au Canada d’adhérer à la Banque des règlements internationaux. L’un des résultats est que la dette nationale est passée à 700 milliards de dollars d’ici 2020.

Nous devons faire face à la crise financière actuelle en développant de nouvelles institutions qui évitent les écueils d’anciens remèdes à d’anciens problèmes qui ne prévalent plus. Nous devons faire des efforts particuliers pour changer notre approche du problème des dettes excessives et de la surconcentration de la richesse entre de moins en moins de mains.

Verrouiller la viabilité du commerce

De toutes les facettes du fiasco en cours généralement associé à la crise des coronavirus, aucune n’a été aussi catastrophique que les soi-disant «verrouillages». Le traitement supposé des verrouillages s’avère lui-même beaucoup plus meurtrier et débilitant que l’impact de la grippe du COVID-19 sur la santé humaine.

De nombreuses questions découlent des immenses conséquences économiques attribuées à l’effort initial pour «aplatir la courbe» des traitements hospitaliers du COVID-19. La crise financière est-elle survenue à la suite de la propagation de la nouvelle crise des coronavirus? Ou la crise du COVID-19 a-t-elle été déclenchée pour aider à couvrir une crise économique de longue date qui était déjà bien engagée à l’automne 2019?

Les verrouillages ont d’abord été institués à Wuhan en Chine dans le but de ralentir la propagation du virus afin que les hôpitaux ne soient pas débordés. Les verrouillages chinois ont-ils été conçus en partie pour créer un modèle à suivre en Europe, en Amérique du Nord, en Indochine et dans d’autres sites d’infection comme l’Inde et l’Australie? Les verrouillages chinois dans la province du Hubei puis dans d’autres parties de la Chine ont apparemment donné un exemple influençant la décision des gouvernements dans de nombreuses juridictions. Cet exemple chinois pour le reste du monde a-t-il été créé par dessein pour influencer la nature des réponses internationales?

Les verrouillages représentaient une nouvelle forme de réponse à une crise de santé publique. Les quarantaines ont longtemps été utilisées comme moyen de protéger le public contre la propagation de maladies contagieuses. Les quarantaines, cependant, consistent à isoler les malades pour protéger le puits. D’autre part, les verrouillages visent à limiter les mouvements et la circulation de presque tout le monde, qu’ils présentent ou non des symptômes d’infections.

Par conséquent, les verrouillages, ou, plus euphémiquement «s’abriter sur place», ont conduit à l’annulation de nombreuses activités et la fermeture d’établissements. Les résultats se sont étendus, par exemple, à la fermeture d’écoles, à des événements sportifs, à des représentations théâtrales et à des opérations commerciales. De cette manière, les verrouillages ont également conduit à la paralysie de nombreuses formes d’interaction économique. Les économies nationales ainsi que le commerce et le commerce internationaux ont été gravement touchés.

Le concept de verrouillage n’a pas été universellement adopté et appliqué. Par exemple, les gouvernements suédois et sud-coréen n’ont pas accepté l’orthodoxie émergente concernant le respect des toutes sortes de restrictions sur les interactions humaines. Alternativement, le gouvernement d’Israël a été l’un des premiers et stridents à appliquer des politiques de verrouillage très sévères.

Au début, il semblait que le verrouillage avait magnifiquement réussi à sauver des vies israéliennes. Selon Israel Shamir, dans d’autres États européens, le modèle israélien a souvent été cité en exemple. En temps voulu, cependant, toute l’étendue de l’assaut contre la viabilité de l’économie israélienne a commencé à se faire jour. Ensuite, la résistance populaire a été suscitée pour rejeter les tentatives du gouvernement d’imposer une deuxième vague de verrouillage contre une deuxième vague d’infections supposées. Selon Shamir, le résultat est que «Aujourd’hui, Israël est un État en faillite avec une économie en ruine et des citoyens malheureux». (Voir ce)

Dans de nombreux pays, les verrouillages ont commencé par quelques décisions cruciales prises au plus haut niveau du gouvernement. Des conséquences importantes et proliférantes découleraient de la détermination initiale des activités, entreprises, organisations, institutions et travailleurs à désigner comme «essentiels».

Les conséquences seraient graves pour les particuliers et les entreprises exclus de la désignation identifiant ce qui est essentiel. Cette intervention profonde dans le domaine du libre choix dans les relations de marché a créé un précédent majeur pour une intervention beaucoup plus de nature similaire à venir.

La division arbitraire des activités en catégories essentielles et non essentielles a créé un modèle à reproduire et réviser fréquemment au nom de la santé publique. Soudain, la planification centrale a fait un grand bond en avant. L’élan d’une génération de néolibéralisme a été freiné alors même que les polarités antagonistes entre riches et pauvres continuaient de croître.

Être défini comme «non essentiel» serait bientôt assimilé à des pertes d’emplois et des échecs commerciaux dans de nombreux domaines de l’entreprise au fur et à mesure que la première vague de verrouillages en dehors de la Chine se déroulait. En effet, il devient de plus en plus clair chaque jour que les verrouillages, les restrictions et la distanciation sociale sont gérés pour aider à donner une fausse justification à une solution vaccinale spécieusement idéalisée comme la seule solution concluante à un problème fabriqué.

Qu’est-ce que cela a dû signifier pour les soutiens de famille qui se nourrissaient eux-mêmes et leurs familles grâce à un salaire ou à un travail indépendant que le gouvernement déclarât «non essentiel»? Il est certain que pour les vrais prestataires, leur emploi, leur entreprise et leurs revenus étaient essentiels pour eux-mêmes et leurs personnes à charge. Tous les emplois et toutes les entreprises dont les gens dépendent pour leur subsistance, leur subsistance et leur survie sont essentiels à leur manière.

Si vous souhaitez en savoir plus sur d’anciens remèdes, vous devriez lire le livre perdu des remèdes.

Pages du livre des remèdes perdus

Le livre physique compte 300 pages, avec 3 images en couleur pour chaque plante et pour chaque médicament.Il a été écrit par Claude Davis, dont le grand-père était l’un des plus grands guérisseurs d’Amérique. Claude a pris le journal des plantes de son grand-père, qu’il utilisait pour traiter des milliers de personnes, et l’a adapté dans ce livre.

Couverture du livre des remèdes perdus

Apprendre encore plus…


Source de l’article