L’illumination, c’est tout, partout, tout à la fois

 L’illumination, c’est tout, partout, tout à la fois

La théorie de la relativité d’Einstein et la théorie quantique sont sans doute les théories scientifiques les plus abouties de tous les temps. Elles expliquent comment tout fonctionne et prédisent comment tout se comporte. La théorie de la relativité et la théorie quantique décrivent la réalité. Mais nous ne vivons pas dans la réalité qu’elles décrivent et n’en faisons pas l’expérience. Les neuroscientifiques nous disent que ce que nous vivons n’est pas la réalité (cf. ici et ici), il s’agit d’une construction du cerveau composée en partie de stimuli externes, le reste étant construit par le cerveau.

metamorworks/Shutterstock

Source : metamorworks/Shutterstock

Notre cerveau construit des expériences différentes de la réalité

Selon la biologie évolutive, notre cerveau a évolué vers une perception biaisée et incomplète de la réalité qui a aidé nos ancêtres à survivre et à se reproduire. Est-il possible pour notre expérience de la réalité de dépasser celle dont nous avions besoin pour survivre et nous reproduire, pour évoluer vers une perception supérieure et vraie de la réalité ? Une perception de la réalité en harmonie avec la théorie de la relativité et la théorie quantique ? Je soutiendrai que l’état d’illumination, l’état d’esprit vanté par le Bouddha et les Védas, est cet état supérieur, évolué.

Pour dépasser les contraintes que la biologie de l’évolution a intégrées dans notre cerveau, nous devrions découpler et dissocier les réseaux neuronaux qui faussent et filtrent notre perception de la réalité et établir de nouvelles connexions permettant une véritable expérience. Le câblage de notre cerveau devrait changer pour que cela se produise. Est-ce possible ? Il s’avère qu’une pratique de la méditation à long terme modifie notre cerveau et la façon dont il est câblé., ce qui se produit sur la base de la neuroplasticité.

La méditation reconnecte nos cerveaux pour qu’ils fassent l’expérience de la réalité

Selon Walter Stace, spécialiste du mysticisme, le cœur de la méditation est l’expérience d’être hors du temps et de l’espace, ou transcendant à ceux-ci, qu’il appelle l’expérience d’être « non-spatial et non-temporel ». Selon Stace, le concept bouddhiste d’expérience de la vacuité pendant la méditation, ou sunyataest une expérience de « non temps, non espace, non devenir ». De même, dans la philosophie védique, la conscience transcendantale, qui est un état atteint par la pratique de la méditation transcendantale ou d’autres méditations védiques, l’esprit de l’individu transcende toute activité mentale, faisant ainsi l’expérience d’être sans limites dans le temps et l’espace.

Le temps et l’espace sont des constructions de notre cerveau

Les méditants de longue date rapportent couramment qu’ils ont l’expérience de « l’absence de temps, d’espace, de devenir » et « d’être sans limites dans le temps et l’espace » pendant leurs méditations. Ces expériences relèvent-elles de la réalité ? La théorie de la relativité et la théorie quantique affirment qu’en réalité, il n’y a ni temps, ni espace, ni frontières. La théorie de la relativité nous dit que le temps n’est pas absolu et qu’il peut s’arrêter, et s’arrête effectivement. Elle nous dit que, d’une certaine manière, le passé, le présent et le futur existent ensemble, maintenant, tout à la fois. Einstein a dit ce qui suit à propos du temps : « La séparation entre le passé, le présent et le futur n’est qu’une illusion, bien qu’elle soit convaincante » et « la seule raison d’être du temps est que tout n’arrive pas en même temps ».

La théorie quantique nous dit que tout dans l’univers est instantanément connecté. Si tout est instantanément connecté, cela implique qu’à un certain niveau il n’y a pas d’espace, il n’y a pas de distance entre les objets, et donc pas de frontières entre les objets. C’est ainsi que les physiciens Bruce Rosenblum et Fred Kuttner l’expliquent dans leur livre, Enigme quantique : La physique à la rencontre de la conscience.  » La séparabilité « , écrivent-ils,  » a été notre terme abrégé pour désigner la capacité de séparer les objets de sorte que ce qui arrive à l’un n’affecte en aucune façon ce qui arrive aux autres. Sans séparabilité, ce qui se passe à un endroit peut instantanément affecter ce qui se passe au loin – même si aucune force physique ne relie les objets… Que notre monde réel n’ait pas de séparabilité est maintenant généralement accepté, tout en admettant qu’il reste un mystère… La théorie quantique prévoit que cette connectivité s’étende à l’univers entier. »

Faire l’expérience de la réalité, c’est faire l’expérience d’une contradiction

L’expérience de l’espace, du temps et des frontières serait une expérience nécessaire, selon la biologie de l’évolution, pour que nos ancêtres puissent survivre et se reproduire, et j’ajouterai qu’elle continue d’être une expérience nécessaire. Pour pouvoir vivre dans notre monde et faire l’expérience de la réalité décrite par la relativité et la théorie quantique, il faudrait avoir les deux expériences en même temps – l’expérience d’être sans limites dans le temps et l’espace… et l’expérience d’être limité par le temps et l’espace. Bien qu’il s’agisse d’expériences contradictoires, la science nous dit que les contradictions sont la façon dont notre univers fonctionne.

Par exemple, la relativité et la théorie quantique nous disent que la matière est deux choses contradictoires en même temps. La relativité nous dit que la matière est aussi de l’énergie. La théorie quantique nous dit que la matière est à la fois une onde étendue, non localisée et non limitée. et une particule localisée et limitée. Ces théories nous disent que la réalité fait l’expérience de deux choses contradictoires en même temps. Les recherches sur les cerveaux des méditants qui disent avoir connu l’illumination montrent qu’ils font l’expérience de deux choses différentes et contradictoires en même temps. Je pense que ce n’est pas une coïncidence.

Recherche sur les personnes éclairées

Une étude de 2002 comparant des méditants de longue durée qui prétendent avoir atteint l’illumination à un groupe de contrôle a montré des différences EEG significatives compatibles avec l’expérience d’être sans limites dans le temps et l’espace. tandis que l’exécution de diverses tâches cognitives. Une autre étude des méditants qui se sont déclarés « éclairés » ont trouvé des preuves EEG de l’expérience simultanée d’être sans limites dans le temps et l’espace. et toutes les phases habituelles du sommeil.

Ces études, et d’autres, sont des preuves objectives que les rapports subjectifs d’un état permanent d’illumination peuvent être liés à des changements cérébraux associés à la neuroplasticité qui permettent l’expérience de la description de la réalité par la relativité et la théorie quantique. et la construction nécessaire par la biologie évolutive de l’expérience d’être limité par le temps et l’espace.

Expériences de l’illumination

Faire l’expérience de deux choses contradictoires en même temps peut sembler déroutant ou désagréable. Les personnes éclairées affirment que c’est tout sauf cela. Ils disent que l’illumination est ce que le Bouddha et les Védas ont dit qu’elle serait. Dans son livre de 2016, L’Éveil suprême : Les expériences d’illumination à travers le temps-et comment vous pouvez les cultiver.Dans cet ouvrage, Craig Pearson, docteur en philosophie, a interrogé un méditant de longue date sur l’évolution de son illumination.

« Pearson : Comment faites-vous l’expérience du passé et du futur maintenant, le flux du temps ?

Méditateur : Je sens que je suis en dehors du temps. C’est-à-dire que la convention que nous appelons le temps a cessé d’exister pour moi… le temps n’a pas de réalité pour moi, comme il en avait dans le passé… C’est très rafraîchissant… Vivre dans le maintenant est juste plus simple et plus facile. Cela demande moins d’énergie. »

Dans l’étude de 2002 citée ci-dessus, les auteurs citent l’un de leurs sujets autoproclamés éclairés au sujet de leur expérience de la réalité.

« La frénésie de l’activité d’éveil va et vient ; l’inertie du sommeil va et vient. Pourtant, à travers ces valeurs changeantes de l’éveil et du sommeil, il y a un continuum silencieux et illimité de conscience qui est moi ; je ne suis jamais perdu pour moi-même. »

Résumé

En résumé, la relativité et la théorie quantique disent que la réalité est d’être sans limites dans le temps et l’espace. La biologie évolutive a intégré dans notre cerveau l’expérience nécessaire d’être limité par le temps et l’espace. L’expérience des deux en même temps fait partie de ce qu’est l’illumination. L’illumination consiste à faire l’expérience de la réalité.


Source de l’article

A découvrir