Ce qu’il faut faire en premier lors d’un bugging

 Ce qu’il faut faire en premier lors d’un bugging

Face à une situation de SHTF, les préparateurs se divisent en deux catégories : ceux qui préfèrent fortifier leur maison et rester sur place (bugging in) et ceux qui choisissent de prendre la route et d’évacuer avant que le chaos ne s’installe (bugging out).

Les deux stratégies présentent des avantages et des inconvénients. Il est essentiel d’évaluer ce qui vous convient et ce qui correspond à votre situation, en fonction de facteurs tels que la situation géographique, la densité de population, les compétences et les ressources disponibles.

Pour les nouveaux venus dans le domaine de la préparation, s’installer à l’intérieur apparaît souvent comme la solution la plus prudente, car elle élimine les préoccupations immédiates liées à la recherche d’un abri et de nourriture, deux éléments essentiels qu’il peut être difficile de se procurer dans une région frappée par une catastrophe. En outre, si vous avez de jeunes enfants ou des membres âgés de votre famille, le refuge peut être la meilleure solution pour assurer leur sécurité et leur bien-être.

Le repli sur soi offre l’avantage de rester dans un environnement familier et de conserver l’accès à toutes les provisions. Toutefois, il comporte aussi le risque d’être confiné dans une zone dangereuse ou difficile à fuir. Pour les personnes résidant dans des zones urbaines, le repli sur soi peut ne pas être une option viable en cas de troubles civils généralisés ou si le quartier devient dangereux.

Si vous choisissez de rester et de défendre votre maison, voici quelques conseils pour vous préparer à l’évacuation, afin d’être aussi bien préparé que possible si le besoin s’en fait sentir.

Ramenez tout le monde à la maison

Dès les premiers signes de danger, il est impératif de s’assurer que tout le monde rentre rapidement chez soi, et ce avec la plus grande rapidité.

La première priorité est d’évaluer la situation et de déterminer s’il existe un moyen de transport personnel viable pour rentrer chez soi. Si ce n’est pas le cas, la meilleure chose à faire est de chercher quelqu’un qui peut vous raccompagner, qu’il s’agisse d’un ami ou, si nécessaire, d’un étranger. Une fois le transport assuré, il est essentiel d’avoir un plan bien pensé détaillant la destination et l’itinéraire à suivre.

Si la conduite s’avère impossible, la prochaine option viable est le transport public. Cela nécessite une planification minutieuse de votre part, une familiarisation avec les itinéraires disponibles et une estimation de la durée du trajet jusqu’à votre destination. Dans certains cas, les transports publics peuvent même s’avérer plus rapides que la voiture. En outre, il est conseillé d’explorer d’autres modes de transport, tels que les vélos ou les scooters électriques, en raison de leur grande autonomie avec une seule charge.

Communiquer avec ceux qui n’ont pas réussi à se mettre en sécurité

Il est fort probable que les personnes et leurs proches ne soient pas chez eux lorsqu’une crise survient. Dans de telles situations, il est essentiel d’établir des points de rencontre désignés à différents endroits de votre lieu de vie. Il est nécessaire de prévoir plusieurs points de rencontre, qui doivent être déterminés après avoir établi les itinéraires habituels de chacun pour se rendre au travail, à l’école, faire les courses, etc.

Une fois que les personnes se sont rassemblées aux points de rencontre désignés, il est essentiel de procéder à une évaluation approfondie de la situation. Déterminez s’il est plus facile pour vous de les rejoindre ou s’ils peuvent rentrer chez eux de manière autonome et en toute sécurité. Selon les circonstances, il peut être nécessaire de faire plusieurs voyages pour rassembler tout le monde, et il peut être avantageux pour toutes les parties de se réunir à un seul point de rencontre sûr. Cette approche permet, même si vous devez faire un long détour, de s’assurer qu’ils seront en lieu sûr à votre arrivée.

Rassemblez autant d’informations que possible sur la situation d’urgence

Il est impératif de rester vigilant en suivant régulièrement les actualités et les émissions locales au cours des 24 à 48 premières heures. Si vous n’êtes pas en mesure d’assumer cette responsabilité, il est conseillé à votre conjoint de s’en charger. Rester bien informé permet non seulement de planifier les itinéraires d’extraction pour ramener tout le monde à la maison, mais aussi d’identifier et d’éviter les zones chaudes potentielles.

Rester bien informé est essentiel, car cela vous permet de prendre des décisions éclairées quant à la nécessité d’accélérer le retour de tout le monde à la maison et de fortifier votre résidence, surtout si l’évacuation n’est pas une option viable, en particulier dans les zones identifiées comme chaudes.

Faire des achats de dernière minute

Certaines personnes peuvent avoir le privilège de faire des achats de dernière minute pour se procurer des fournitures supplémentaires, même si elles ont déjà stocké l’essentiel à la maison. Il peut s’agir d’obtenir de la nourriture, de l’eau ou du carburant supplémentaires. Toutefois, il est essentiel de s’assurer que le magasin ou la station-service choisi n’est pas situé dans une zone sensible susceptible d’être pillée. En outre, il faut avoir les moyens d’acheter rapidement les articles nécessaires avant que les files d’attente ne commencent à se former.

Il est essentiel de disposer d’une réserve d’argent liquide en cas d’urgence. Se fier aux cartes de crédit ou aux applications de paiement peut s’avérer peu fiable. Il est conseillé de prendre l’habitude de garder 1000 dollars à portée de main et de les répartir en différentes coupures.

En cas d’achat d’une quantité importante d’articles, il est important d’envisager de les dissimuler efficacement. Si, par exemple, vous achetez des boîtes de nourriture ou de multiples jerrycans pour votre camion, le fait de les recouvrir d’une bâche vous assure la discrétion et vous permet de procéder sans attirer inutilement l’attention.

Sécuriser la maison

Sécuriser sa résidence aux États-Unis devrait être une pratique courante, que l’on habite dans un quartier difficile ou dans une communauté fermée. Compte tenu de l’escalade de l’activité criminelle ces dernières années, la protection de votre domicile est devenue une priorité obligatoire.

Pour ceux qui ont installé des alarmes et d’autres mesures de sécurité à l’intérieur et à l’extérieur de leur domicile, il est essentiel de vérifier régulièrement leur bon fonctionnement. En cas de panne de courant, des dispositions doivent être prises pour connecter ces systèmes à une source d’énergie alternative. Toutefois, il est tout aussi important de faire preuve de discernement dans le choix des mesures de protection.

Par exemple, l’activation de projecteurs ou l’utilisation de mesures de sécurité qui génèrent de la lumière ou du bruit peut ne pas être conseillée si l’ensemble de la communauté est privée d’électricité. Dans ce cas, le fait d’attirer l’attention sur vos méthodes de préparation risque d’attirer des regards indésirables, ce qui pourrait compromettre votre sécurité.

Assurez-vous d’avoir accès à vos ressources

Veillez à ce que tout ce dont vous pourriez avoir besoin soit apporté à l’intérieur, et une organisation méticuleuse est essentielle pour une préparation réussie. La clé d’une préparation efficace réside dans le maintien d’un système bien organisé. En rangeant soigneusement les objets dans des boîtes et des caisses étiquetées, vous pouvez non seulement transporter efficacement tout ce dont vous avez besoin à l’intérieur, mais aussi localiser rapidement des objets spécifiques en vous référant aux étiquettes de ces contenants.

Pour les préparateurs urbains qui stockent des fournitures dans des unités extérieures, il est impératif de donner la priorité à la récupération de ces fournitures. Comme nous l’avons souligné précédemment, il est essentiel de rester discret sur le contenu de votre unité de stockage. Révéler les articles récupérés peut involontairement créer une piste menant d’autres personnes à votre cachette, ce qui souligne l’importance du maintien de la confidentialité dans les activités de préparation.

Ne laissez personne savoir ce que vous faites

J’insiste constamment sur l’importance d’adopter un profil bas lorsqu’il s’agit de s’infiltrer. L’objectif principal est de survivre aux défis sans confrontations inutiles. L’utilisation de tactiques spécifiques pour maintenir un profil bas devient cruciale, en fonction du scénario en cours.

Considérez une situation où une panne d’électricité prolongée devient la nouvelle norme dans votre quartier, et où tout le monde est confronté aux défis. Dans ce cas, le fait d’éclairer votre maison au milieu de la nuit pourrait attirer une attention non désirée et susciter des questions sur la façon dont vos lumières restent allumées.

De même, si l’arôme de votre cuisine parcourt une distance importante, il peut inciter des personnes affamées à s’inviter chez vous. Apprendre à faire profil bas implique des actions stratégiques adaptées aux circonstances, ce qui garantit une expérience de repérage plus discrète et plus sûre.

Restez vigilant pendant les 24 à 48 premières heures

Je suis fermement convaincu qu’une vigilance accrue est essentielle au cours des premières 24 heures d’une catastrophe, car la plupart des crises ont tendance à suivre des schémas discernables. Qu’il s’agisse d’une émeute ou d’un ouragan, il est primordial de rester bien informé et de prendre des décisions fondées sur des informations précises provenant de sources fiables. Garder ses sens à l’écoute de l’environnement permet de formuler un plan d’action basé sur les renseignements recueillis.

Par exemple, si une foule en colère s’approche, il est conseillé d’adopter une stratégie consistant à éteindre les lumières et à faire profil bas. L’engagement ne doit être envisagé que si votre vie est directement menacée. De même, si l’intensité d’un ouragan augmente, il devient impératif de passer à l’étape suivante de votre plan, qui peut consister à fortifier votre maison ou à décider d’évacuer. Cette approche garantit que vos actions sont bien informées et adaptées à l’évolution de la situation.

Assurez-vous d’avoir un plan de secours

Au début de mon parcours de préparation, j’avais l’habitude de plaisanter en disant que je m’assurais d’avoir un plan de secours pour chaque plan de secours, une pratique que je continue de préconiser. Cette approche constitue une stratégie de survie solide, qui tient compte de l’incertitude des événements. Il est bon d’avoir des réserves à la maison, mais il est tout aussi important de savoir quelles sont les mesures à prendre lorsque ces réserves sont épuisées. Lorsque des membres de la famille sont confrontés à divers problèmes de santé, il convient de mettre en place des préparatifs complets pour répondre à leurs besoins spécifiques.

Cependant, le plan de secours le plus important pour ceux qui choisissent de se réfugier à l’intérieur devrait sans aucun doute être une stratégie de sortie. Les catastrophes, qu’elles soient naturelles ou d’origine humaine, peuvent se manifester de manière inattendue et nécessiter une évacuation. Dans ce cas, il est impératif d’être prêt à mettre tout le monde à l’abri et de ne pas compter sur la chance, comme dans le cas d’une opération « grab-and-go ». Une stratégie de sortie bien pensée garantit une réponse plus sûre et plus calculée aux défis imprévus.

Conclusion

J’espère que les informations présentées dans cet article vous aideront à élaborer un plan d’évacuation plus complet et vous donneront de précieux conseils pour protéger vos proches, en particulier dans les premières heures d’une crise.

Les stratégies d’évacuation et d’intégration nécessitent une planification méticuleuse en raison des nombreuses variables susceptibles de se produire. En intégrant ces informations, vous pouvez améliorer l’efficacité de votre stratégie et garantir une réponse plus résiliente et plus sûre aux défis imprévus.


Source de l’article

A découvrir