À l’approche de mon dixième anniversaire avec le cancer du sein chez l’homme

 À l’approche de mon dixième anniversaire avec le cancer du sein chez l’homme

Il est difficile de croire, alors que j’approche de mon « cancerversaire » de 10 ans avec cette forme rare de cancer du sein, qu’une si grande partie de ma vie a été colorée par mes expériences de survie. Bien que je ne me sois jamais vraiment intéressée à l’importance des « bons » ou des « mauvais » jours, certains moments de cette dernière décennie m’ont laissé des souvenirs indélébiles. Peut-être que certains d’entre eux trouveront un écho chez vous.

Le pire moment de mon expédition contre le cancer a été, naturellement, les premiers mois qui ont suivi le diagnostic initial.

L’attente. L’inquiétude. L’interrogation. Et puis, bien sûr, l’isolement. Mais peu de temps après, j’ai commencé à découvrir que je n’étais pas seule, même si le petit nombre de survivants dans mon groupe rendait les informations difficiles à trouver.

Avec le recul, il est remarquable de voir à quel point l’internet a progressé au cours des dix dernières années, mettant tant de choses à la disposition des nouveaux patients atteints de cancer. C’est l’un des aspects les plus positifs de tout cela. Mais lors de ma première recherche sur Internet, début 2014, je n’ai trouvé pratiquement aucune information sur le cancer du sein chez l’homme.

Je me suis donc naturellement tourné vers les femmes. Et c’est en lisant leurs récits sur le cancer du sein que l’ensemble de l’expérience du cancer, indépendamment du sexe, du type ou de la gravité, a commencé à prendre un sens pour moi. Même si les traitements disponibles pour le cancer du sein chez l’homme en 2014 étaient minimes, nous partagions toutes les mêmes préoccupations, les mêmes émotions et c’est grâce à ces sentiments exprimés par tant de personnes que j’ai commencé à me sentir moins isolée.

L’une des meilleures choses qui me soient arrivées a donc été de réaliser que je n’étais vraiment pas seul.

Essayer de « gérer » toutes les inconnues a été une leçon difficile au début. Je voulais contribuer à façonner un avenir pour ma femme au cas où ma propre vie serait écourtée par ma maladie. Je voulais faire le ménage dans ma vie (et même dans mon garage), terminer les projets inachevés, écrire quelques chansons supplémentaires et passer plus de temps avec nos chats.

Le pire dans tout cela, c’était de reconnaître que toutes ces choses n’étaient peut-être pas possibles et qu’il n’était peut-être pas facile, ni même pratique, d’en déterminer l’ordre d’importance.

Et puis, lentement, j’ai trouvé les autres hommes. Malgré le fait que nous n’étions que 1 200 diagnostiqués au niveau national au moment de ma mastectomie, j’ai soudain vu quelques groupes en ligne se matérialiser. Et nous avons eu des conversations. La camaraderie qui s’est développée est devenue l’un des meilleurs aspects de ma quête de survie.

Voici donc ma liste des « pires » et des « meilleures » expériences de mes dix années de cancer.

PIRE :

  • Les nombreuses inconnues.
  • Le nombre limité d’hommes comme moi.
  • Débat et confusion concernant les thérapies possibles.
  • Réticence des sociétés pharmaceutiques à investir dans la recherche et le traitement du cancer du sein chez l’homme.
  • Le fait de devoir annoncer la nouvelle à mes amis et à ma famille.
  • Factures médicales/problèmes d’assurance.
  • Douleur permanente à la cicatrice de mastectomie.

BEST :

  • Le soutien extraordinaire des amis et de la famille.
  • La possibilité de partager mes expériences avec d’autres personnes comme moi.
  • Merveilleuses sources de nouvelles et d’informations. (CURE est mon site de référence depuis de nombreuses années).
  • Observer les progrès rapides et encourageants de la recherche sur le cancer.
  • Enfin, le meilleur aspect de cette maladie est le fait indéniable que je suis en vie pour partager ces mots.

Pour plus d’informations sur le cancer, la recherche et l’éducation, n’oubliez pas de consulter les sites suivants de vous abonner à la lettre d’information de CURE® ici.


Source de l’article

A découvrir