[Mission 2023] SYNOPSIS SECURE : 17 décembre 2022


NOTE: N’oubliez pas que les « réponses » suivantes ne sont PAS des « réponses modèles ». Elles ne sont PAS non plus des synopsis si l’on s’en tient à la définition du terme. Ce que nous fournissons, c’est un contenu qui répond à la fois à la demande de la question et à la fois à la demande de l’utilisateur.

Répondez aux questions suivantes en 150 mots :


Études générales – 1


1. La mondialisation perturbe les écosystèmes et empiète sur les droits environnementaux. Les communautés indigènes sont les plus touchées en raison de la perte de biodiversité. Analyser.

Référence : Les pieds sur terre

Introduction

Les populations tribales représentent 8,6 % de la population totale de la nation, plus d’un million d’habitants. 104 millions de personnes selon le recensement de 2011. La forêt occupe une position centrale dans la culture et l’économie tribales. Le mode de vie des tribus est fortement dicté par la forêt, de la naissance à la mort. En dépit de la protection accordée à la population tribale par la Constitution indienne, les tribus restent le groupe ethnique le plus en retard en Inde. La mondialisation a plusieurs dimensions qui affectent parfois positivement et parfois négativement les communautés tribales.

Corps

Impact de la mondialisation sur les communautés autochtones

  • Exploitation des ressources :
    • La politique de libéralisation et les nouvelles perceptions étatiques de l’utilisation des ressources sont diamétralement opposées à la vision du monde adivasi de l’exploitation des ressources et ce fossé n’a fait que se creuser davantage avec l’intrusion de la philosophie de développement orientée vers le marché de la mondialisation.
    • Les récents progrès technologiques rapides et la force économique et politique inégalée du capitalisme mondial ont créé des conditions favorables à l’évasion et à l’extraction des ressources naturelles des territoires écologiquement fragiles des populations tribales.
    • Toutes les lois disponibles, celles relatives aux terres, aux forêts, aux produits forestiers mineurs, aux ressources en eau, etc. empêchent les gens d’utiliser les forêts.
    • Les ressources primaires telles que le combustible, le fourrage et les produits forestiers secondaires, qui étaient disponibles gratuitement pour les villageois, sont aujourd’hui inexistantes ou doivent être apportées commercialement.
    • Pour les tribus, la mondialisation est associée à la hausse des prix, à la perte de la sécurité de l’emploi et au manque de soins de santé.
  • Déplacement :
    • Depuis l’émergence de la libéralisation, de la privatisation et de la mondialisation (LPG), les zones habitées par la population tribale ont fait l’objet de diverses protestations dues à des déplacements involontaires.
    • Ainsi, les expulsions forcées des populations tribales pour faire place à des projets de développement gigantesques à forte intensité de capital sont devenues une routine affligeante et un phénomène en constante augmentation.
  • Intérêts particuliers :
    • Au nom de l’amélioration du mode de vie des populations tribales indigènes pauvres, les forces du marché ont créé de la richesse pour leurs intérêts au détriment des moyens de subsistance et de la sécurité de ces tribus dans les régions.
  • Chômage :
    • Il y a une forte concentration d’activités industrielles et minières dans la ceinture centrale. Malgré une activité industrielle intense dans la ceinture tribale de l’Inde centrale, l’emploi tribal dans les entreprises modernes est négligeable.
    • En dehors des dispositions de la loi sur l’apprentissage, il n’y a aucune stipulation pour que les entreprises du secteur privé ou conjoint recrutent un certain pourcentage de main-d’œuvre tribale dépossédée.
    • Ils sont contraints de se tourner vers le marché du travail en constante expansion, mal payé, précaire, transitoire et sans ressources.
    • Environ 40 pour cent des tribus du centre de l’Inde complètent leurs revenus en participant à ce secteur capitaliste faussé et surexploité.
  • Affectant la vie sociale :
    • Beaucoup d’autres sont lentement écrasés dans l’oubli dans leur pays d’origine ou dans les bidonvilles urbains. Leur survie économique et culturelle est en jeu.
    • Le mastodonte de la mondialisation a ajouté de nouvelles dimensions à la vulnérabilité des opprimés de l’Inde en exacerbant leur exclusion sociale, et en rendant de larges segments des groupes tribaux également vulnérables et exclus.
  • Menant à des mouvements subnationaux :
    • L’inadéquation des infrastructures sociales et économiques dans les régions qui ne disposent pas de ressources suffisantes pour participer au développement général est également à l’origine de divers « mouvements subnationaux » tels que ceux de Jharkhand, Uttarakhand et Bodoland.
  • Femmes tribales :
    • L’économie forestière tribale est avant tout une économie de femmes, et ce sont les femmes qui sont le plus directement touchées par l’exploitation par les entreprises de leurs terres traditionnelles.
    • Dans les zones tribales frappées par la pauvreté, la migration à grande échelle a révélé le mouvement croissant des jeunes femmes vers les centres urbains à la recherche de travail.
    • Leurs conditions de vie ne sont pas hygiéniques, les salaires sont faibles et les femmes tribales sont vulnérables à l’exploitation.
    • l’exploitation par des agents sans scrupules.
    • Elles sont devenues les cibles privilégiées des violations sexuelles commises par des directeurs, des superviseurs et même des collègues masculins dans les secteurs industriels des plantations.
  • Emplois informels :
    • Les chantiers de construction, tels que les mines et les carrières, et les complexes industriels ont fait le malheur des communautés adivasi locales avec l’afflux de travailleurs immigrés.
  • Défiguration culturelle :
    • Les tribus sont intégrées de force dans la société, ce qui leur fait perdre leurs caractéristiques culturelles uniques et menace leur habitat.

La voie à suivre :

  • Le site Comité de haut niveau (comité Virginius Xaxa) a formulé de nombreuses recommandations telles que des droits miniers exclusifs pour les tribus, une plus grande liberté pour les tribus de prendre des décisions sur l’acquisition de terres et d’autres ressources de propriété commune et, une application stricte de la nouvelle loi foncière, de la loi sur les droits forestiers et du renforcement du PESA.
  • Il a également proposé une révision complète du régime juridique constitutionnel en recommandant que les lois et les politiques adoptées par le Parlement et les législatures des États ne soient pas appliquées automatiquement dans les zones de la cinquième annexe.
  • Le gouvernement de l’État devrait être obligé d’obtenir les autorisations des propriétaires et des occupants des terres pour les principaux minéraux, et de consulter les autorités locales. gram Sabha dans les zones de la 5e et de la 6e annexe pour les minéraux mineurs.
  • Il devrait être obligatoire que toutes les autorisations (forestières et environnementales) en vertu de la loi sur la conservation des forêts et de la loi sur la protection de la faune et de la flore soient obtenues avant l’octroi d’un bail.
  • Les coopératives tribales devraient être éligibles pour l’octroi de licences de minéraux mineurs dans les zones de la 5ème et 6ème annexe.

Conclusion :

Bien que ces recommandations soient progressives, le manque de volonté politique pour les mettre en œuvre, en particulier dans le cadre de la poussée d’industrialisation du gouvernement actuel, peut devenir une pierre d’achoppement majeure. Le gouvernement devrait s’assurer que le secteur capitaliste déformé et surexploitant ne finisse pas par commettre un ethnocide en mettant leur survie économique et culturelle en jeu.

2. Discutez de l’importance de la région arctique pour le climat et l’économie mondiale. Enumérer les caractéristiques clés de la politique arctique de l’Inde.

Référence : Indian Express , Regards sur l’Inde

Introduction

L’engagement de l’Inde dans l’Arctique a commencé par la signature du Traité du Svalbard en février 1920 à Paris. entre la Norvège, les États-Unis, le Danemark, la France, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et l’Irlande, les dominions britanniques d’outre-mer et la Suède concernant le Spitzberg. Depuis lors, l’Inde a suivi de près tous les développements dans la région arctique.

Corps

Fond d’écran

  • Inde a lancé son programme de recherche sur l’Arctique en 2007 en mettant l’accent sur le changement climatique dans la région. Les objectifs comprenaient l’étude des téléconnexions entre le climat arctique et la mousson indienne, la caractérisation de la glace de mer dans l’Arctique à l’aide de données satellitaires et l’estimation de l’effet du réchauffement climatique.
  • L’Inde possède déjà une station de recherche dans l’Arctique, Himadripour le travail de recherche.
  • Bien qu’aucun territoire de l’Inde ne se trouve directement dans la région arctique, il s’agit d’une zone cruciale car l’Arctique influence les cycles atmosphériques, océanographiques et biogéochimiques de l’écosystème terrestre.
  • En raison du changement climatique, la région est confrontée à la perte de la glace de mer, des calottes glaciaires et au réchauffement de l’océan, ce qui a un impact sur le climat mondial.
  • L’Arctique glacial, qui continue à perdre de la glace en raison du réchauffement climatique, est l’une des batteries qui alimentent les variations des moussons indiennes.

Importance de l’Arctique pour le climat et l’économie mondiale

  • Augmentation du niveau des mers : Selon les scientifiques, le réchauffement de la surface de la Terre fait augmenter le niveau des mers dans le monde entier, modifie la façon dont la chaleur et l’eau circulent dans les océans et pourrait même influencer les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur et les tempêtes de pluie. Mais les communautés arctiques sont les premières à en ressentir les effets.
  • Ressources minérales et hydrocarbures : La région arctique possède de riches gisements de charbon, de gypse et de diamants, ainsi que des réserves substantielles de zinc, de plomb, d’or alluvial et de quartz.10 Le Groenland possède à lui seul environ un quart des réserves mondiales de terres rares.
  • Le changement climatique a accéléré la vitesse de fonte de la calotte glaciaire : C’est une situation alarmante car la glace reflète la lumière du soleil, alors que l’eau absorbe la lumière du soleil. Si la glace fond, l’eau sera chauffée et, par conséquent, le monde se réchauffe de jour en jour.
    • La couche de sol gelée en permanence, appelée permafrost dans les régions froides, sera exposée lorsque la couche de glace fondra. Ce pergélisol agit comme un réservoir de dioxyde de carbone et de méthane, alors pensez à ce qu’il va fondre, et ce qu’il y aura dans l’atmosphère, un puissant gaz à effet de serre.
  • Excavation et extraction de pétrole dans la région arctique : Les combustibles fossiles sont l’un des facteurs qui ont accéléré le changement climatique. Le monde du 21ème siècle est devenu dépendant de l’utilisation des combustibles fossiles qui n’ont même pas épargné la région arctique pour être exploités pour les profits des entreprises.
  • Le degré de réchauffement de l’Arctique a un impact ultérieur sur l’activité mondiale. L’augmentation de la température devrait accroître la fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes, ce qui influencera principalement la croissance économique par les dommages causés aux biens et aux infrastructures, la perte de productivité, les migrations massives et les menaces pour la sécurité.

La politique de l’Arctique indien repose sur six piliers centraux

  • La science et la recherche.
  • Protection de l’environnement.
  • Développement économique et humain.
  • Transport et connectivité.
  • Gouvernance et coopération internationale.
  • Renforcement des capacités nationales.

L’Inde détient l’un des 13 positions en tant qu’observateur au Conseil de l’Arctique.

Le site Le Conseil de l’Arctique est un organisme intergouvernemental qui encourage la recherche et facilite la coopération entre les pays arctiques sur les questions liées à la protection de l’environnement et au développement durable de la région arctique.

La politique arctique de l’Inde : Caractéristiques

  • Elle vise à renforcer les capacités et les compétences nationales en matière de science et d’exploration, de protection du climat et de l’environnement, de coopération maritime et économique avec la région arctique.
  • Elle cherche à à renforcer les capacités institutionnelles et les ressources humaines au sein du gouvernement et des institutions universitaires, de recherche et commerciales, par le biais d’une coordination interministérielle, afin de défendre les intérêts de l’Inde dans l’Arctique.
  • Il vise à améliorer la compréhension de l’impact du changement climatique dans la région arctique sur le climat, l’économie et la sécurité énergétique de l’Inde.
  • Il vise à promouvoir l’amélioration de l’analyse, de la prévision et de la coordination de l’élaboration des politiques concernant les conséquences de la fonte des glaces. dans l’Arctique sur les intérêts économiques, militaires et stratégiques de l’Inde liés aux routes maritimes mondiales, à la sécurité énergétique et à l’exploitation des richesses minérales.
  • Il cherche à étudier les les liens entre les régions polaires et l’Himalaya. et approfondir la coopération entre l’Inde et les pays de la région arctique. dans le cadre de divers forums arctiques, en tirant parti des connaissances scientifiques et traditionnelles.
  • La politique vise également à accroître la participation de l’Inde au Conseil de l’Arctique et améliorer la compréhension de la gouvernance complexe. dans l’Arctique, des lois internationales pertinentes et de la géopolitique de la région.

Conclusion
Dans l’ensemble, la politique arctique de l’Inde arrive à point nommé et est susceptible de donner une orientation à la politique de l’Inde…La politique arctique de l’Inde arrive à point nommé et est susceptible d’orienter les décideurs indiens sur les contours de l’engagement de l’Inde dans la région. Il s’agit d’une première étape vers le développement d’une approche pangouvernementale de l’engagement de l’Inde dans la région.

La politique est susceptible d’avoir un effet multiplicateur vers une recherche scientifique plus synergisée et ciblée, y compris une meilleure compréhension des liens entre les moussons et le changement climatique dans l’Arctique, et entre les études polaires et l’Himalaya.

Ainsi, la politique arctique de l’Inde s’inscrit habilement dans le cadre politique plus large du gouvernement de l’Inde, où elle est imbriquée et en synergie.


Études générales – 2


3. La loi sur le droit à l’information (RTI) de 2005 remplit-elle son objectif d’assurer la transparence et la responsabilité dans la gouvernance ? Donnez votre opinion.

Référence : L’Hindou , Regards sur l’Inde

Introduction

La loi sur le droit à l’information (RTI), mise en œuvre en octobre 2005, a été considérée comme un outil puissant d’autonomisation des citoyens. La démocratie exige des citoyens informés et la transparence de l’information, qui sont essentiels à son fonctionnement, mais aussi pour contenir la corruption et rendre les gouvernements et leurs instruments responsables devant les gouvernés. Il a fait preuve d’une promesse précoce en exposant les malversations en haut lieu et en mettant en lumière diverses escroqueries.

Dix-sept ans après l’adoption de la loi sur le droit à l’information (RTI), le régime de transparence dans le pays reste un mirage avec près de 3,15 lakh plaintes ou appels en attente auprès de 26 commissions d’information à travers l’Inde. Selon un rapport du Satark Nagrik Sangathan, l’arriéré des appels ou des plaintes augmente régulièrement chaque année dans les commissions.

Corps

Importance de la loi RTI :

  • Le droit à l’information ouvre les dossiers du gouvernement à l’examen public, armant ainsi les citoyens d’un outil vital pour les informer de ce que le gouvernement fait et de son efficacité, rendant ainsi le gouvernement plus responsable.
  • La loi RTI de 2005 n’a pas créé une nouvelle bureaucratie pour la mise en œuvre de la loi. Au contraire, elle a chargé et mandaté les fonctionnaires de chaque bureau de changer d’attitude et de devoir, passant du secret au partage et à l’ouverture.
  • Elle a soigneusement et délibérément habilité la Commission d’information à être la plus haute autorité du pays avec le mandat d’ordonner à tout bureau dans le pays de fournir des informations conformément aux dispositions de la loi. Et elle a donné à la Commission le pouvoir d’infliger une amende à tout fonctionnaire qui ne respecterait pas ce mandat.

Le RTI et son efficacité :

  • Lutter contre la corruption: Sa capacité à lutter contre la corruption a considérablement accru son emprise en Inde.
  • Assurer la transparence : La promulgation de cette loi a assuré la transparence des systèmes bureaucratiques.
  • Lutter pour les droits : Elle a renforcé sa position en tant que responsable majeur de la lutte pour les droits du peuple. Elle vise à mettre fin à la culture du secret gouvernemental.
  • Les lois sur le droit à l’information, parallèlement à l’élargissement des droits des citoyens, devraient être systématiquement utilisées pour transformer la gouvernance.
  • Ces lois pourraient être un aimant puissant pour mobiliser les gens et les inciter à utiliser ces lois pour améliorer et élargir leurs choix pour leur propre amélioration.
  • Les lois sur le droit à l’information contribuent directement à l’amélioration de la gouvernance en brisant les barrières entre le gouvernement et le peuple et en renforçant la confiance.
  • Le RTI est l’attaque la plus puissante contre la corruption endémique des pays en développement.

Les demandes de RTI augmentent de 11%, selon le rapport du CIC :

  • Une forte augmentation du nombre de demandes au titre du droit à l’information (RTI) a été enregistrée au cours de l’année de référence 2018-19.
  • Selon le rapport annuel de la Commission centrale d’information (CIC) au Parlement, le ministère des Affaires tribales et le ministère de l’Intérieur ont rejeté le nombre maximal de demandes de RTI.
  • Selon le rapport annuel déposé au Parlement par le ministère au cours de l’année de référence 2018-19, 13,70 lakh demandes RTI ont été reçues par les autorités publiques centrales (AP) enregistrées.
  • Ce chiffre est supérieur de 1, 36 922 ou 11 % à ce qui a été rapporté au cours de 2017-18.
  • Le pourcentage le plus élevé de demandes de RTI a été rejeté par le ministère des Affaires tribales (26,54 %) et le ministère des Affaires intérieures (MHA) (16,41 %).
  • À la fin de l’année, la commission avait 29 655 affaires en instance devant elle.

Problèmes avec la loi :

  • Contraintes structurelles : Le manque de personnel a fait que des milliers de RTI sont en attente. A l’heure actuelle, seuls sept CI sont en activité, et quatre d’entre eux, ainsi que le Commissaire principal à l’information, doivent prendre leur retraite d’ici la fin de l’année, ce qui réduit l’effectif du CIC à trois personnes seulement, alors qu’il est censé en compter 11.
  • La loi a accordé des assouplissements aux partis politiques, au système judiciaire, et même selon la loi OFFICIAL SECRET, les officiers refusent de fournir les informations demandées.
  • Proposition récente d’amendement : Elle donne le pouvoir de décider de la durée du mandat et du salaire des CI au gouvernement central, influençant ainsi directement l’indépendance du CIC.
  • Retard dans le traitement des affaires : Le nombre de recours RTI auprès des commissions d’information augmente rapidement d’année en année. Avec le volume actuel d’appels, il semble y avoir des retards dans le traitement des affaires. Dans la SIC de Maharashtra, il y a une « période d’attente » de plus de 12 mois, ce qui décourage les citoyens de déposer des appels.
  • Pas de base de données centralisée : Il n’existe pas de base de données centralisée des demandeurs de RTI (au niveau de l’État/du centre). Compte tenu de la situation actuelle, ni le gouvernement de l’État ni la Commission d’information de l’État ne sont en mesure de confirmer le nombre d’autorités publiques au sein d’un département et donc les détails sur le nombre de demandes déposées.
  • Processus d’appel complexe : La procédure suivie par les tribunaux est tout à fait inadaptée aux appels dans le cadre du RTI. Mais les récents amendements proposés, tels que la soumission écrite à l’autorité publique et les preuves jointes, rendraient cette procédure plus difficile.
  • Pression sur les activistes du RTI : Près de 375 cas d’attaques contre des citoyens qui cherchaient à obtenir des informations sur la corruption ou les méfaits de diverses autorités publiques ont été enregistrés.
  • Section 4 du RTI : Les autorités publiques ont fait preuve de laxisme dans la fourniture d’informations suo moto comme le prévoit la section 4 du RTI. Cela augmente certainement le nombre de requêtes RTI.
  • Portée géographique : La majorité des commissions d’information sont situées dans les capitales des États, ce qui entraîne des frais supplémentaires pour les appelants qui doivent assister aux audiences.
  • Confusion des rôles : Il n’y a pas de division claire des responsabilités entre la Commission d’information de l’État et le département nodal en termes de contrôle de la mise en œuvre de la loi RTI.

Section 4 de la loi RTI :

  • La section 4 de la loi RTI exige la divulgation suo moto d’informations par chaque autorité publique. Cependant, ces divulgations sont restées moins que satisfaisantes.

Section 4(2) de la loi RTI :

  • La section 4(2) de la loi sur le droit à l’information oblige les gouvernements à tenir des registres informatisés et à fournir des informations suo moto (de leur propre chef) au public, de sorte qu’il soit moins nécessaire de déposer des demandes de droit à l’information.
  • Mais en réalité, les gouvernements ne gardent pas autant d’informations que possible dans le domaine public de leur propre chef (suo moto).
  • Selon une étude récente d’une ONG de la Commission centrale d’information en 2018, 70 % des demandes initiales de RTI ne sont pas nécessaires, à condition que le gouvernement publie suo moto les informations dans le domaine public.

La voie à suivre :

  • Abrogation de la loi sur le secret officiel.
  • Introduction d’un serment de transparence.
  • Utiliser des campagnes multimédias dans les langues locales pour la sensibilisation.
  • Ouvrir les travaux des commissions parlementaires permanentes à l’accès du public.
  • Une base de données centralisée de tous les demandeurs de RTI avec leurs demandes d’information et les réponses des fournisseurs d’information permettrait à la Commission d’information de publier des chiffres plus précis dans les rapports annuels.
  • Le gouvernement de l’Etat doit jouer un rôle de facilitateur pour la Commission d’information en émettant des règles/ordres de soutien aux autorités publiques.
  • Les avantages de la création de bureaux régionaux dépassent de loin les coûts initiaux d’investissement liés à leur mise en place. Il est donc nécessaire de mettre en place des bureaux régionaux.
  • Le rôle du Centre/Gouvernement de l’Etat est de faciliter la mise en œuvre de la loi par les autorités publiques. Cela peut se faire en fournissant un soutien aux autorités publiques pour la formation, le développement d’applications logicielles, les modules de formation en ligne, la sensibilisation des citoyens, etc.

Conclusion :

La transparence doit s’accompagner de la responsabilité, et c’est là que le JSP a une grande valeur et une grande importance puisqu’il donne le pouvoir de rendre le gouvernement de l’État responsable à toute personne qui accède aux informations mises à disposition sur le portail. Le rôle de la loi sur le droit à l’information dans la promotion d’une population mieux informée et d’un gouvernement responsable n’a jamais fait de doute depuis sa mise en œuvre en 2005.


Études générales – 3


4. Qu’est-ce qu’un jeton non fongible (NFT) ? Expliquez la technologie qui sous-tend le fonctionnement des NFT et ses applications.

Référence : Live Mint , Regards sur l’Inde

Introduction

Un jeton non fongible (NFT) est un jeton unique et irremplaçable qui peut être utilisé pour prouver la propriété d’actifs numériques. comme la musique, les œuvres d’art, voire les tweets et les mèmes. Tout ce qui peut être converti en une forme numérique. peut être un NFT. Tout, depuis vos dessins, photos, vidéos, GIF, musique, éléments de jeu, selfies, et même un tweet, peut être transformé en un NFT, qui peut ensuite être échangé en ligne à l’aide de crypto-monnaies. Ce qui rend les NFT uniques par rapport aux autres formes numériques, c’est qu’ils sont soutenus par la technologie Blockchain. Les transactions NFT sont enregistrées sur des blockchains, qui sont des grands livres numériques publics, la plupart des NFT faisant partie de la blockchain Ethereum.

Corps

La technologie derrière la NFT

  • Les NFT existent sur une blockchain, qui est un grand livre public distribué qui enregistre les transactions. Vous connaissez probablement mieux la blockchain en tant que processus sous-jacent qui rend les crypto-monnaies possibles.
  • Plus précisément, les NFT sont généralement détenus sur la blockchain Ethereum, bien que d’autres blockchains les prennent également en charge.
  • Un NFT est créé, ou  » frappé « , à partir d’objets numériques qui représentent des éléments tangibles et intangibles, notamment :
    • Art
    • GIFs
    • Vidéos et résumés sportifs
    • Pièces de collection
    • Avatars virtuels et habillages de jeux vidéo
    • Baskets de marque
    • Musique
    • Même les tweets comptent. Jack Dorsey, cofondateur de Twitter, a vendu son tout premier tweet en tant que NFT pour plus de 2,9 millions de dollars.
  • Essentiellement, les NFT sont comme des objets de collection physiques, mais numériques. Ainsi, au lieu d’obtenir une véritable peinture à l’huile à accrocher au mur, l’acheteur obtient un fichier numérique.
  • Il obtient également des droits de propriété exclusifs. Les NFT ne peuvent avoir qu’un seul propriétaire à la fois. Les données uniques des NFT facilitent la vérification de leur propriété et le transfert de jetons entre propriétaires. Le propriétaire ou le créateur peut également y stocker des informations spécifiques. Par exemple, les artistes peuvent signer leurs œuvres d’art en incluant leur signature dans les métadonnées d’un NFT.

Applications

Les personnes intéressées par le Crypto-trading et les personnes qui aiment collectionner les œuvres d’art utilisent souvent les NFTs. En dehors de cela, il y a d’autres utilisations comme :

  • Contenu numérique – L’utilisation la plus importante des NFT aujourd’hui est celle du contenu numérique. Les créateurs de contenu voient leurs bénéfices augmentés par les NFT, car ils alimentent une économie de la création où les créateurs sont propriétaires de leur contenu jusqu’aux plateformes qu’ils utilisent pour le faire connaître.
  • Articles de jeu – Les NFT ont suscité un intérêt considérable de la part des développeurs de jeux. Les NFT peuvent apporter de nombreux avantages aux joueurs. Normalement, dans un jeu en ligne, vous pouvez acheter des objets pour votre personnage, mais cela ne va pas plus loin. Avec les NFT, vous pouvez récupérer votre argent en vendant les objets une fois que vous ne les utilisez plus.
  • Investissement et collatéraux – NFT et DeFi (Decentralized Finance) partagent la même infrastructure. Les applications DeFi vous permettent d’emprunter de l’argent en utilisant des garanties. NFT et DeFi travaillent ensemble pour explorer l’utilisation des NFTs comme garantie.
  • Noms de domaine – Les NFT fournissent à votre domaine un nom plus facile à mémoriser. Cela fonctionne comme le nom de domaine d’un site web, rendant son adresse IP plus mémorable et plus précieuse, généralement en fonction de la longueur et de la pertinence.
  • Billets pour un événement (film, spectacle, match de football, etc.) peuvent être traités comme des NFT. Comme chaque emplacement de siège est unique, il ne peut y en avoir deux identiques.
  • Documents juridiques, factures, signatures, etc. Vous pouvez convertir tout document légal de propriété en NFT. Cela peut aider à identifier le propriétaire réel. Cela réduira les escroqueries dans l’immobilier et facilitera le processus de vente. En outre, cela réduira la nécessité d’intermédiaires (administration locale). Ainsi, le transfert sera économique et rapide tant pour le vendeur que pour l’acheteur.
  • Gestion de la chaîne d’approvisionnement L’utilisation des NFT peut fournir des preuves de l’originalité de tout produit. Par exemple, vous pouvez vérifier l’authenticité d’un médicament en le suivant jusqu’à son véritable fabricant.
  • Tout ce qui est distinctif peut être converti en un jeton non fongible pour garantir une utilisation équitable. Par exemple, votre diplôme universitaire, votre permis de conduire, votre carte d’identité personnelle, votre passeport, etc., peuvent être convertis en jetons non fongibles afin d’éviter toute falsification.

Conclusion

Les NFT qui utilisent la technologie de la blockchain comme les crypto-monnaies sont généralement sécurisés. Leur nature distribuée rend les NFT presque impossibles à pirater. Le seul risque de sécurité est que vous puissiez perdre l’accès à vos NFT si la plateforme d’hébergement fait faillite.

5. Dans le contexte de la thérapie génique, qu’est-ce que l’édition de base ? Examinez le potentiel de la thérapie génique pour guérir des maladies menaçant la vie, comme le cancer.

Référence : L’Hindou , Regards sur l’Inde

Introduction

La thérapie génique est une approche médicale qui traite ou prévient les maladies en corrigeant le problème génétique sous-jacent. Les techniques de thérapie génique permettent aux médecins de traiter une maladie en modifiant le patrimoine génétique d’une personne au lieu de recourir à des médicaments ou à la chirurgie.

Les bases sont le langage de la vie. Les quatre types de bases – adénine (A), cytosine (C), guanine (G) et thymine (T) – sont les éléments constitutifs de notre code génétique. De la même manière que les lettres de l’alphabet forment des mots porteurs de sens, les milliards de bases de notre ADN constituent le mode d’emploi de notre corps.

L’édition des bases permet aux scientifiques de zoomer sur une partie précise du code génétique, puis de modifier la structure moléculaire d’une seule base, en la convertissant en une autre et en changeant les instructions génétiques.

Corps

Fond d’écran

Des scientifiques du Royaume-Uni, qui testent une nouvelle forme de thérapie anticancéreuse, ont fait état d’un succès chez une adolescente, Alyssia, atteinte d’une forme de cancer appelée leucémie lymphoblastique aiguë à cellules T. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal officiel de l’Union européenne. La grande équipe de médecins et de scientifiques a utilisé cet outil pour créer un nouveau type de cellules T capables de traquer et de tuer les cellules T cancéreuses.

Thérapie génique : Mécanisme

  • La thérapie génique consiste à modifier le code génétique pour rétablir les fonctions de protéines essentielles. Les protéines sont les chevaux de trait de la cellule et la base structurelle des tissus de l’organisme.
  • Les instructions pour la fabrication des protéines sont contenues dans le code génétique d’une personne, et les variantes (ou mutations) de ce code peuvent avoir un impact sur la production ou la fonction des protéines qui peuvent être essentielles au fonctionnement de l’organisme.
  • La correction ou la compensation des modifications génétiques à l’origine de la maladie peut rétablir le rôle de ces protéines importantes et permettre au corps de fonctionner comme prévu.

Potentiel de la thérapie génique

  • Corriger une altération génétique à l’origine d’une maladie, afin que le gène puisse fonctionner correctement.
  • Activer un gène pour aider à combattre une maladie.
  • Désactiver un gène qui ne fonctionne pas correctement.
  • Retirer un morceau d’ADN qui entrave le fonctionnement du gène et provoque une maladie.

Les thérapies géniques sont utilisées pour traiter un petit nombre de maladies, notamment une maladie oculaire appelée amaurose congénitale de Leber et une maladie musculaire appelée amyotrophie spinale.

diverses préoccupations liées à la thérapie génique

  • La recherche sur l’édition d’embryons humains pourrait ne pas être contrôlée de manière adéquate, ce qui laisserait la possibilité à un laboratoire quelque part de créer des bébés génétiquement modifiés.
  • Certains des principaux scientifiques dans ce domaine ont des inquiétudes quant à l’utilisation abusive potentielle d’une technologie qui pourrait être utilisée pour l’eugénisme, pour créer une discrimination génétique.
  • Mais même dans l’agriculture, la modification génétique fait l’objet d’un grand débat, surtout dans les pays en développement, dont l’Inde.
  • La plupart des discussions éthiques liées à l’édition du génome se concentrent sur l’édition de la lignée germinale humaine. Cela s’explique par le fait que les modifications effectuées dans la lignée germinale seraient transmises aux générations futures.
  • Il y a également un débat sur le fait que, le déséquilibre écologique peut être causé par l’édition de gènes.
  • En raison de la possibilité effets hors cible (éditions au mauvais endroit) et mosaïcisme (lorsque certaines cellules sont porteuses de la modification mais pas d’autres), la sécurité est une préoccupation majeure.

Conclusion

La civilisation humaine a toujours progressé en interférant avec le processus naturel d’évolution. Dans ce processus, l’application de l’édition de gènes est inévitable. Cependant, pour éviter qu’elle ne devienne une force perturbatrice, il est préférable de la réglementer.

L’Inde n’a pas mis en place de politique globale en matière d’édition de gènes, bien que l’édition de gènes germinaux soit interdite conformément aux normes internationales. Pourtant, face aux maladies persistantes et aux conditions humaines invalidantes, l’intervention divine doit parfois être complétée par des interventions génétiques dans un environnement soigneusement réglementé.

Répondez aux questions suivantes en 250 mots (15 points chacune) :


Études générales – 1


6. Le Kashi-Tamil Sangamam signifie que nous pouvons parler des langues différentes, et suivre des cultures et des traditions différentes, mais nous sommes tous Indiens et défendons l’esprit de ‘Ek Bharat Sreshtha Bharat’. Élaborez.

Référence : Indian Express

Introduction

Le Kashi Tamil Sangamam a été organisé dans le cadre de l' »Azadi ka Amrit Mahotsav » pour défendre l’esprit de « Ek Bharat Shreshtha Bharat ». Le Premier ministre Shri Narendra Modi a inauguré ce festival d’un mois le 19 novembre 2022. L’objectif était de faire revivre le lien séculaire entre le Tamil Nadu et Kashi. Plus de 2 500 délégués du Tamil Nadu, dont des artistes culturels et folkloriques, des littérateurs, des entrepreneurs, des agriculteurs, des chefs religieux, des athlètes et d’autres, ont participé au festival Kashi Tamil Sangamam en petits groupes. Outre Kashi, les délégations du Tamil Nadu ont également visité Prayagraj et Ayodhya. Outre diverses manifestations dans les domaines de l’éducation, de l’art et de la culture, de la littérature, des sports, etc., la convention a proposé des expositions d’art, de films, de métiers à main et d’artisanat.

Corps

Préserver l’esprit d’unité des Indiens

  • L’Inde est un pays géo-culturel, et la base de notre unité est notre culture.
  • Kashi Tamil Sangamam est un grand effort pour le rajeunissement de l’unité culturelle de l’Inde en cette année d’Azadi ka Amrit Mahotsav.
  • Kashi Tamil Sangamam a travaillé pour créer une nouvelle atmosphère de confiance et d’amour entre les deux plus anciennes cultures.
  • Ce programme a contribué à créer un pont entre les deux sommets de la culture indienne.pour faire en sorte que les distances soient effacées, et ouvrir la voie à la renaissance culturelle de l’Inde.
  • Le Kashi-Tamil Sangamam, est devenu une merveilleuse plateforme d’échange spirituel, culturel, architectural, littéraire, commercial, éducatif, artistique, de danse, de musique et de langues.
  • Grâce à Kashi-Tamil Sangamam, tout le nord de l’Inde et tous les Indiens ont appris que le tamoul est l’une des plus anciennes langues du monde.
  • Le programme a été une grande initiative pour combiner de nombreux aspects des deux cultures et l’effort a donné un message au Tamil Nadu.

L’unité dans la diversité : Raisons

  • La coexistence religieuse : La tolérance religieuse est la caractéristique unique des religions en Inde grâce à laquelle de multiples religions coexistent en Inde. La liberté de religion et de pratique religieuse est garantie par la Constitution elle-même. En outre, il n’y a pas de religion d’État et toutes les religions bénéficient de la même préférence de la part de l’État.
  • Mobilité interétatique : La Constitution garantit la liberté de se déplacer sur tout le territoire de l’Inde en vertu de l’article 19 (1) (d), favorisant ainsi un sentiment d’unité et de fraternité entre les citoyens de l’Inde.
  • D’autres facteurs tels que l’uniformité du droit, du code pénal et des travaux administratifs (par exemple, les services de l’Inde) conduisent également à l’uniformité du système de justice pénale, de la mise en œuvre des politiques et de l’application des lois.
  • Intégration économique : La Constitution de l’Inde garantit la liberté de commerce et d’échanges sur le territoire indien en vertu de l’article 2 de la Constitution. En outre, la taxe sur les produits et services (TPS) a ouvert la voie à « un pays, une taxe, un marché national », facilitant ainsi l’unité entre les différentes régions.
  • Institution du pèlerinage et des pratiques religieuses : En Inde, la religion et la spiritualité ont une grande importance. . De Badrinath et Kedarnath au nord à Rameshwaram au sud, de Jagannath Puri à l’est à Dwaraka à l’ouest, les sanctuaires religieux et les rivières sacrées sont répartis sur toute la longueur et la largeur de l’Inde. La culture séculaire du pèlerinage, qui a toujours déplacé les gens dans différentes parties du pays et leur a donné un sentiment d’unité géoculturelle, y est étroitement liée.
  • Foires et festivals : Diwali est célébré par tous les hindous du pays, de même que Id et Noël sont célébrés par les musulmans et les chrétiens, respectivement. La célébration de festivals interreligieux est également observée en Inde.

Conclusion

L’Inde est une société plurielle, tant dans la lettre que dans l’esprit. Elle se caractérise à juste titre par son unité et sa diversité. Une grande synthèse des cultures, des religions et des langues des personnes appartenant à différentes castes et communautés a maintenu son unité et sa cohésion malgré les multiples invasions étrangères. L’unité et l’intégrité nationales ont été maintenues même si de fortes inégalités économiques et sociales ont empêché l’émergence de relations sociales égalitaires. C’est cette synthèse qui a fait de l’Inde une mosquée unique de cultures. Ainsi, l’Inde présente une situation apparemment multiculturelle dans le cadre d’un ensemble culturel unique et intégré.

7. Faites la lumière sur l’instrument d’adhésion par lequel le Jammu-et-Cachemire est devenu une partie de l’Inde. Quels ont été les problèmes qui ont résulté de l’adhésion du Cachemire à l’Inde ?

Référence : Indian Express, Regards sur l’Inde

Introduction

C’est en 1947 que le Pakistan a illégalement occupé certaines parties du Jammu et du Cachemire ; l’Inde désigne cette région sous le nom de Cachemire occupé par le Pakistan » (PoK). La région comprend deux régions ethniquement et linguistiquement différentes : qui comprend des parties de Cachemire et Jammu ; et le Gilgit Baltistan, qui constitue 86 % de la superficie totale du PoK.

Corps

Instrument d’adhésion

  • Hari Singh a essayé de négocier avec l’Inde et le Pakistan pour obtenir un statut indépendant pour son Etat. Il a proposé un accord de statu quo aux deux dominions, en attendant une décision finale sur l’adhésion de l’Etat. Le 12 août 1947, le premier ministre du Jammu-et-Cachemire a envoyé des communications identiques aux gouvernements de l’Inde et du Pakistan.
  • Le Pakistan a accepté l’offre et a envoyé une communication au premier ministre de J&K le 15 août 1947.
  • Pakistan, bien qu’ayant conclu un accord de statu quo avec le Jammu et Cachemireavait un œil sur lui. Il a rompu l’accord de statu quo en parrainant une attaque de militants tribaux au Cachemire. en octobre 1947.
  • Le Maharaja du Cachemire nourrissait initialement des ambitions d’indépendance, mais après avoir subi des attaques du Pakistan, il avait signé l’instrument d’adhésion sans condition.y – que le gouverneur général de l’Inde avait accepté sans condition.
  • Le diable était dans la lettre de Mountbatten du 27 octobre 1947 au Maharaja, transmettant l’acceptation de l’adhésion de l’État. Ce faisant, Mountbatten ajoutait que L’Inde s’assurerait des souhaits de la population de l’État quant au retour à des conditions normales.
  • Le 27 octobre 1947Nehru avait dit aux deux Mehr Chand Mahajan, qui était arrivé à Srinagar en tant que nouveau premier ministre du Jammu-et-Cachemire quelques jours auparavant, et Sheikh Abdullah, le leader de la Conférence Nationale, de son décision de faire appel aux Nations Unies pour superviser le référendum afin de connaître la volonté du peuple.

Questions subséquentes

  • L’Inde a renvoyé le au Conseil de sécurité des Nations unies le 1er janvier 1948. À la suite de la création de la Commission des Nations unies pour l’Inde et le Pakistan (UNCIP), le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution sur la question. Résolution 47 le 21 avril 1948.
  • La question du Cachemire a également été victime de la politique de la guerre froide.dans laquelle l’agresseur, le Pakistan, grâce à des initiatives politiques habiles, a réussi à prendre le dessus pendant un certain temps.
  • A l’extérieur, Depuis 1947, le Cachemire reste un enjeu majeur pour l’Europe.ssue de conflit entre l’Inde et le Pakistan (et entre l’Inde et la Chine dans une moindre mesure).
  • Le Pakistan a toujours affirmé que la vallée du Cachemire devait faire partie du Pakistan. Le conflit a donné lieu à trois guerres principales entre l’Inde et le Pakistan – 1947, 1965 et 1971. Une situation de guerre a également éclaté en 1998 (guerre de Kargil).
  • Le Pakistan n’était pas seulement l’occupant illégal de la région du Cachemire. La Chine a également commencé à revendiquer des parties de l’État princier du Jammu-et-Cachemire.
  • Dans les années 1950, La Chine a commencé à occuper progressivement l’est du Cachemire (Aksai Chin). En 1962, l’Inde a fait la guerre à la Chine à cause de ses empiètements, mais la Chine a vaincu l’Inde. Pour aggraver la situation, Le Pakistan cède la région Trans-Karakoram du Cachemire (vallée de Saksham) à la Chine.

La voie à suivre

  • En engageant les acteurs non étatiques par le biais d’interlocuteurs, la diplomatie de niveau 2 devrait contribuer à atténuer les craintes et les malentendus qui sont apparus.
  • Pour sortir de l’impasse, il faut renforcer la démocratie.
  • Le développement économique par les investissements peut changer la donne pour le Cachemire. Tous les Cachemiris devraient recevoir la part qui leur revient dans l’histoire de la croissance de l’Inde.
  • Des mesures urgentes doivent être prises pour combler le déficit de confiance dans l’esprit des jeunes Cachemiris.
  • Des camps de déradicalisation devraient être organisés pour les jeunes.
  • Un mélange équilibré de pouvoirs durs et doux peut aider à améliorer la situation au J&K. La nécessité de l’heure est une intégration adéquate du Cachemire, de Jammu et du Ladakh à l’Inde. L’intégration ne doit pas être considérée comme une dimension limitée du territoire. L’Inde doit être capable de gagner le cœur de la population du Cachemire.

Conclusion

De nombreuses mesures ont été prises pour maintenir la paix dans l’État, mais l’instabilité politique, le séparatisme et le terrorisme parrainé par le Pakistan continuent d’entourer l’État du J&K. L’Inde a clairement indiqué qu’aucune tierce partie ne serait impliquée dans la résolution de la question du Cachemire. Mais l’Inde a clairement indiqué qu’aucune tierce partie ne serait impliquée dans la résolution de la question du Cachemire et s’est opposée avec véhémence à ce que d’autres pays parlent d’interférer dans la question du Cachemire.


Études générales – 2


8. Le recensement fournit les faits essentiels au gouvernement pour l’élaboration des politiques, la planification et l’administration et permet de suivre l’évolution de la protection sociale sur une longue période avec une grande précision. Analyser.

Référence : L’Hindou , Regards sur l’Inde

Introduction

Un recensement est la procédure d’acquisition et d’enregistrement systématique d’informations sur les membres d’une population donnée. Le recensement fournit des informations sur la taille, la répartition, les caractéristiques socio-économiques, démographiques et autres de la population d’un pays.

Le recensement a été lancé sous le nom de Viceroy britannique Lord Mayo en 1872. Il a permis d’élaborer de nouvelles politiques, programmes gouvernementaux pour améliorer les domaines d’amélioration dans la communauté. Le premier recensement synchrone en Inde s’est déroulé à 1881. Tous les dix ans : Depuis lors, les recensements ont été entrepris de manière ininterrompue une fois par an. tous les dix ans.

Étude de l’expérience de l’Inde en matière de la domination coloniale par Dylan Sullivan et Jason Hickel conclut que les données de l Recensement de l’Inde révèlent qu’entre 1880 et 1920 environ 100 millions Indiens sont morts à cause de La politique britannique en Inde.

Corps

Besoin de recensement

  • Le recensement fournit des informations sur la taille, la répartition et les caractéristiques socio-économiques, démographiques et autres de la population du pays.
  • Les données recueillies par le recensement sont utilisées pour l’administration, la planification et l’élaboration de politiques, ainsi que la gestion et l’évaluation de divers programmes.par le gouvernement, les ONG, les chercheurs, les entreprises commerciales et privées, etc.
  • Les données de recensement sont également utilisées pour la démarcation des circonscriptions électorales et l’attribution de la représentation au Parlement, aux Assemblées législatives des États et aux organes locaux..
  • Les chercheurs et les démographes utilisent les données de recensement pour analyser la croissance et les tendances de la population et faire des projections.
  • Les données du recensement sont également importantes pour les entreprises et les industries pour les raisons suivantes renforcer et planifier leurs activités en vue de pénétrer dans des zonesqui étaient jusqu’alors restés à l’écart.

Importance du recensement

  • Utilité pour l’administration et la politique
    • Le recensement de la population fournit les données de base à des fins administratives. L’une des utilisations administratives les plus fondamentales des données de recensement est la délimitation des circonscriptions électorales et la répartition de la représentation au sein des organes directeurs. Des informations détaillées sur la répartition géographique de la population sont indispensables à cette fin. Le recensement fournit également des informations sur les caractéristiques démographiques et économiques de la population au niveau du district.
  • Utilité des données du recensement à des fins de recherche :
    • Le recensement de la population fournit des données indispensables à l’analyse et à l’évaluation scientifiques de la composition, de la répartition et de la croissance passée et future de la population.
  • Utilité des données du recensement dans le commerce et l’industrie :
    • Les données du recensement ont de nombreuses utilisations importantes pour les individus et les institutions du commerce et de l’industrie. Il est très difficile de faire une évaluation complète de la multiplicité des façons dont le commerce et les entreprises utilisent les données du recensement.
  • Le recensement comme cadre pour les enquêtes par sondage :
    • La rapidité des changements actuels dans la taille et les autres caractéristiques des populations, ainsi que la demande de données détaillées supplémentaires sur les caractéristiques sociales et économiques qui ne peuvent être recueillies dans le cadre d’un recensement complet, ont rendu nécessaire la mise en place de programmes permanents d’enquêtes par sondage intercensitaires afin de recueillir des informations actuelles et détaillées sur de nombreux sujets qui sont habituellement étudiés tous les dix ans dans le cadre des recensements de la population.
  • Utilité des données de recensement dans la planification :
    • Les données du recensement sont indispensables pour la planification sociale et économique du pays. La Commission de planification utilise les données du recensement sur la répartition de la population par âge, sexe, régions rurales et urbaines, villes, zones urbaines et groupes sociaux pour analyser la croissance de la demande de consommation et de l’épargne dans le processus de développement.
  • Utilité du recensement de la population pour les listes électorales :
    • Certains pays ont profité du dénombrement pour un recensement de la population pour collecter, en même temps, les informations nécessaires à l’établissement des listes électorales. Cette procédure n’est généralement pas conseillée en raison de l’effet délétère que l’objectif secondaire pourrait avoir sur la qualité des résultats du recensement.
  • Utilité du recensement de la population par rapport aux autres types de recensements :
    • Certains renseignements recueillis dans le cadre d’un recensement de la population, ou en marge de celui-ci, peuvent être très utiles pour effectuer et/ou utiliser les résultats des recensements des habitations, de l’agriculture ou des établissements effectués en même temps ou à peu près que le recensement de la population.
  • Utilité du recensement de la population pour l’état civil et les statistiques de l’état civil :
    • Les données du recensement servent de dénominateurs pour le calcul des taux d’état civil, notamment les taux spécifiques à des caractéristiques normalement étudiées uniquement au moment du recensement.

Défis et expériences :

  • Coût de la réalisation d’un recensement
    • L’un des plus grands défis associés à la réalisation d’un recensement dans les pays pauvres est le coût financier énorme de cet exercice. Ce n’est un secret pour personne que la réalisation d’un recensement est extrêmement coûteuse.
  • Un taux d’analphabétisme élevé dans une nation a un impact négatif sur la conduite d’un recensement.
    • Les pays dont une grande partie de la population est analphabète sont confrontés à un grand défi lors de la conduite des recensements.
  • Infrastructures inadéquates dans certaines régions
    • Il y a certains endroits dans le monde où il est très difficile d’entreprendre un recensement efficace de la population en raison de l’insuffisance des infrastructures telles que les mauvaises routes, les routes inaccessibles ou les routes insuffisantes qui relient les différentes villes et villages.
  • Les croyances traditionnelles et religieuses peuvent interférer avec l’exercice du recensement
    • Dans de nombreuses régions sous-développées du monde où les croyances traditionnelles sont à l’ordre du jour, les agents de recensement sont confrontés à de sérieux défis lorsqu’ils arrivent dans ces endroits et tentent de compter les gens.
  • La corruption entrave le recensement
    • La corruption pendant le recensement peut rendre difficile un exercice efficace de recensement de la population qui fournit des chiffres précis sur la population.
  • Insuffisance d’experts en recensement
    • Un autre problème associé à la conduite des recensements dans certaines parties du monde est le nombre insuffisant de professionnels ayant les connaissances et l’expérience de la conduite des recensements.
  • Campagne d’éducation au recensement insuffisante et inefficace
    • L’efficacité d’une campagne d’éducation sur le recensement avant que celui-ci n’ait lieu détermine le succès de l’exercice de recensement.
  • Cartes démographiques pauvres
    • En raison de cartes démographiques peu fiables, il devient très difficile pour les autorités de connaître toutes les zones éloignées (surtout les zones très éloignées) du pays et de s’y rendre pour effectuer l’exercice de recensement.

La voie à suivre

  • Les données du recensement sont collectées pour la première fois par des moyens mobiles. Une formation spécifique doit être dispensée aux collecteurs.
  • Le public doit également être informé de la méthodologie.
  • La méthode doit être développée pour s’attaquer aux problèmes rencontrés dans les phases précédentes.

Conclusion

Le recensement est un pilier majeur pour le développement et, par conséquent, le Centre, les États ainsi que les organismes locaux doivent aider à faciliter le processus de collecte des données.


Études générales – 3


9. Quels sont les différents types de subventions offerts en Inde ? Evaluez l’étendue et l’efficacité des subventions. Comment l’Inde peut-elle réduire sa facture de subventions ?

Référence : Indian Express , Regards sur l’Inde

Introduction

Une subventionsouvent considérée comme l’inverse d’une taxe, est un instrument de politique fiscale. Elle implique littéralement de venir en aide par derrière. Toutefois, leur potentiel bénéfique est optimal lorsqu’elles sont transparentes, bien ciblées et conçues pour une mise en œuvre pratique. Les subventions sont utiles tant pour l’économie que pour les personnes. Les subventions ont un impact à long terme sur l’économie ; la révolution verte en est un exemple. On ne peut imaginer un État-providence sans subventions. Les gouvernements doivent accorder des subventions pour atteindre les objectifs de la politique socio-économique.

Corps

Les différents types de subventions

  • Subvention alimentaire
    • L’objectif principal de la subvention alimentaire est de fournir des produits alimentaires essentiels à une grande partie de la population vivant sous le seuil de pauvreté en Inde.
  • Subvention à l’exportation
    • Pour rendre les exportations attrayantes et soutenir les entreprises, le gouvernement offre des subventions à l’exportation. Les subventions à l’exportation contribuent à rendre nos produits compétitifs sur le marché international et à ouvrir de nouveaux marchés pour les produits nationaux.
  • Subvention pour les engrais
    • Le gouvernement aide les agriculteurs en leur fournissant des engrais à des prix réduits. L’engrais est fourni à un PRM fixe qui est inférieur au prix réel ; le gouvernement paie la différence entre le prix réel et le PRM.
  • Subvention à l’irrigation
    • Le gouvernement indien fournit des installations d’irrigation à des taux inférieurs à ceux du marché. Il s’agit de la différence entre les coûts d’entretien et d’exploitation des infrastructures d’irrigation de l’État et les redevances d’irrigation recouvrées auprès des agriculteurs.
  • Subvention de l’électricité
    • Les subventions à l’électricité suggèrent que le gouvernement facture à bas prix l’électricité fournie aux agriculteurs. L’électricité est principalement utilisée par les agriculteurs pour l’irrigation. Il s’agit de la différence entre le coût de distribution et de production de l’électricité aux agriculteurs et le prix reçu des agriculteurs.
  • Agriculture / Subvention d’infrastructure agricole

  • Les efforts privés dans plusieurs domaines ne s’avèrent pas suffisants pour améliorer la production agricole. De bonnes routes, de l’électricité, des installations de stockage, des informations sur le marché, le transport vers les ports, etc. sont indispensables aux opérations de production et de vente.

Ampleur et efficacité du système de subventions en Inde :

  • Mauvaise utilisation des subventions : Les subventions accordées par le gouvernement atteignent rarement les petits agriculteurs. Elles sont le plus souvent accaparées par les gros agriculteurs ou les fabricants.
  • Distorsion du commerce : Les subventions aux intrants faussent les échanges en augmentant les exportations nettes de produits à forte intensité d’intrants et en diminuant les exportations nettes de produits nécessitant relativement peu d’intrants. De nombreux pays comme l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni ont contesté les subventions sur le blé, la canne à sucre, etc. qui, selon eux, faussent les échanges.
  • Augmentation de la charge financière : Les dépenses en subventions ont doublé au cours de la dernière décennie, ce qui a conduit à l’aggravation du déficit budgétaire du pays. Il s’agit principalement de subventions pour les engrais et l’électricité. La plupart des dépenses consacrées aux subventions vont dans de mauvaises mains et perpétuent ainsi leur besoin, la situation des agriculteurs ne s’améliorant pas.
  • Une distribution inégale: Les inégalités sont nombreuses entre les régions, les cultures et les différentes tailles d’exploitations. Par exemple, il est allégué que les subventions ont davantage profité aux États du nord de l’Inde qu’à ceux du sud et du nord-est.
  • Des politiques défectueuses : Les politiques hostiles ont aggravé les problèmes, car aucune grande usine d’engrais n’a vu le jour au cours des dernières années. Une énorme fraction des besoins en urée est encore couverte par des importations.

Exemples de mauvaise utilisation des subventions :

  • Dans le cas des subventions alimentaires, le PDS souffre de fuites considérables et, en dehors d’une faible couverture des pauvres, l’ampleur du bénéfice retiré par les pauvres est très faible.
  • Dans le cas de l’électricité, les taux de subvention ont augmenté pour les secteurs agricole et domestique parce que le coût unitaire a augmenté plus rapidement que le taux tarifaire pertinent. En outre, il y a une variation considérable dans le niveau de subvention de l’électricité par habitant, ce qui indique que, dans les États les plus riches, la subvention par habitant est sensiblement plus élevée que dans les États les plus pauvres.
  • Dans le cas de l’irrigation publique, l’eau a une productivité marginale très élevée lorsqu’elle est utilisée conjointement avec les semences HYV, les engrais chimiques, l’électricité et d’autres intrants connexes. Ce sont les agriculteurs les plus riches qui peuvent tirer des bénéfices relativement plus importants en raison de leur capacité à utiliser ces intrants connexes.
  • Les subventions à l’enseignement élémentaire représentent environ la moitié du total des subventions à l’enseignement général. Toutefois, cela n’est pas vrai pour tous les États individuels : la part de l’enseignement élémentaire est la plus faible dans les États à revenu élevé et la plus élevée dans les États à faible revenu (Goa, le Punjab et le Bengale occidental accordent en fait des subventions plus élevées à l’enseignement secondaire qu’à l’enseignement primaire). La plupart des subventions à l’enseignement supérieur reviennent principalement aux sections les plus aisées de la société, car elles ont un avantage écrasant pour concurrencer les candidats potentiels des sections les plus pauvres dans l’admission à des cours qui sont caractérisés par la rareté des places.
  • En ce qui concerne les subventions à la santé, l’accent mis sur les dépenses de soins de santé curatifs reflète souvent un parti pris en faveur des personnes les plus aisées, alors que les dépenses de soins de santé préventifs, dont les externalités sont beaucoup plus importantes, seraient clairement plus utiles aux sections économiquement faibles de la société.

La voie à suivre pour réduire la facture des subventions

  • Réduire l’ampleur globale des subventions
  • Rendre les subventions aussi transparentes que possible en utilisant la trinité JAM
  • Utiliser les subventions pour des objectifs économiques bien définis
  • Concentrer les subventions sur les biens et services finaux en vue de maximiser leur impact sur la population cible à un coût minimal.
  • Mettre en place des systèmes de révision périodique des subventions
  • Utilisation de technologies telles que le transfert direct de prestations sur le compte bancaire des bénéficiaires, le système de paiement activable par Aadhar, etc.

Conclusion

Les subventions sont destinées aux pauvres et doivent assurer une redistribution équitable des ressources. Les subventions accordées aux riches sont régressives. Elles contribuent à maintenir la pauvreté intacte et créent des inefficacités dans l’économie, ce qui se traduit par l’inflation et la corruption. La rationalisation du régime de subventions améliorera les marchés en Inde, ce qui attirera davantage d’investissements. En bref, cela peut faire tourner la roue d’une économie vertueuse qui crée plus d’emplois et attaque la pauvreté à la racine.

10. En Inde, où l’adoption des crypto-monnaies est l’une des plus élevées au monde, il est urgent de mettre en place un régime fiscal rationalisé pour les crypto-monnaies et un environnement réglementaire constructif et adapté. Discuter.

Référence : Indian Express

Introduction

Les crypto-monnaies, parfois appelées crypto-monnaies ou crypto, sont des formes de monnaie qui existent. numériquement ou virtuellement et qui utilise la cryptographie pour sécuriser les transactions. Les crypto-monnaies n’ont pas d’autorité centrale d’émission ou de régulation, mais utilisent un système décentralisé pour enregistrer les transactions et émettre de nouvelles unités. Elles sont soutenues par un réseau décentralisé de pair à pair appelé blockchain.

Plus la crypto se développe et devient largement utilisée, plus il devient facile pour les pirates d’utiliser diverses méthodes pour voler des informations sensibles et les actifs des investisseurs. Récemment, Sam Bankman-Fried, fondateur de la bourse de crypto-monnaies FTX qui s’est effondrée, a été arrêté aux Bahamas. FTX s’est effondré presque du jour au lendemain après avoir échoué à faire face à une ruée sur les dépôts, plongeant le secteur de la crypto dans sa dernière crise.

Body

Nécessité d’un régime fiscal simplifié pour les crypto-monnaies et d’un environnement réglementaire constructif et adaptable.

  • Attaques de phishing : Les pirates s’appuient sur des escroqueries par hameçonnage pour que les utilisateurs de cryptomonnaies remettent leurs actifs numériques. Le spear phishing, le piratage DNS, les bots de phishing et les fausses extensions de navigateur sont des exemples d’attaques de phishing courantes que les pirates utilisent pour profiter des investisseurs en crypto-monnaies.
  • Plateformes de trading illégitimes : Les crypto-monnaies étant encore en pleine évolution, de nouvelles plateformes de trading apparaissent, dans l’espoir de gagner la confiance des personnes désireuses d’investir dans les crypto-monnaies. Cependant, toutes ces plateformes ne sont pas légitimes.
    • Prenons l’exemple de One Coin. One Coin était une société de crypto-monnaie apparemment réputée qui attirait les utilisateurs en promettant de gros rendements, mais l’ensemble du système monétaire a fini par être une arnaque. On a découvert qu’il s’agissait d’une arnaque de marketing multi-niveaux qui a fini par coûter beaucoup d’argent aux gens.
    • Tous les risques associés aux crypto-monnaies ne prennent pas la forme d’un piratage ou d’une violation de données.
    • Parfois, l’activité frauduleuse se déroule à la vue de tous.
  • Utilisation d’applications tierces : Dans certains cas, les investisseurs en crypto s’appuient sur des applications ou des logiciels tiers pour gérer leurs actifs numériques. Par exemple, il est courant que les investisseurs utilisent des services de déclaration fiscale en crypto-monnaie, mais cela peut les exposer à davantage de risques de cybersécurité.
    • Il a été rapporté qu’un pirate informatique a pu voler les données de plus de 1,5 million d’euros. 1 000 utilisateurs après s’être introduit dans CryptoTrader.Tax. Le pirate a obtenu l’accès en entrant dans le compte d’un représentant du marketing et du service client, qui a affiché toutes sortes d’informations sensibles mettant les utilisateurs en danger.
  • Malware : Essentiellement, le crypto-malware est une forme de malware qui permet aux utilisateurs non autorisés de miner des crypto-monnaies en utilisant l’ordinateur ou le serveur de quelqu’un d’autre. Les pirates utilisent l’une des deux méthodes suivantes pour infecter l’ordinateur d’une personne.
    • Les victimes sont incitées à installer le code du logiciel malveillant sur leur ordinateur en utilisant des tactiques de type hameçonnage.
    • Les cybercriminels injectent un code malveillant dans des sites Web ou des publicités. Lorsque les victimes interagissent avec eux, le code s’exécute et donne accès aux pirates. En 2018, Forbes a signalé que les crypto-malwares avaient connu une croissance de 4 000 %.
  • Sécurité des comptes de crypto-monnaies : Il est essentiel de comprendre que les utilisateurs accèdent à leurs actifs numériques en utilisant une « clé privée », qui est essentiellement un code de mot de passe complexe. De nombreux utilisateurs stockent leur clé privée sur leur ordinateur, mais cela comporte des risques. Si des pirates ont accès à votre ordinateur, ils pourront également utiliser cette clé privée pour se connecter à votre compte numérique.
    • Une fois qu’une clé privée est volée, il n’y a aucun moyen de la récupérer car les crypto-monnaies ne sont pas hautement réglementées.
    • Les investisseurs sont les seuls responsables de garder leurs clés privées hors des mains des pirates, ce qui rend les investissements en crypto-monnaies plus risqués par rapport aux investissements traditionnels.
  • Bourses de crypto-monnaies non réglementées : Comme nous l’avons mentionné plus haut, les crypto-monnaies ressemblent au Far West, car elles ne sont pas réglementées et sont un peu libres. La crypto-monnaie est décentralisée, ce qui signifie qu’aucune agence, organisation ou instance dirigeante ne supervise la création, la gestion ou le mouvement des crypto-monnaies.

Mesures de prévention

  • La clé privée d’un individu est le seul moyen d’accéder à ce type d’investissement, il est donc vital de la garder en sécurité.
  • Il ne faut pas partager la clé privée ou les identifiants de connexion avec qui que ce soit, même s’ils prétendent représenter une société de crypto-monnaies réputée. Envisagez de conserver la clé sur un périphérique externe, tel qu’une clé USB.
  • Faites preuve de diligence raisonnable et faites des recherches sur les entreprises et leurs jetons avant d’investir.
  • Ne répondez pas aux offres non sollicitées d’investissement en crypto. Évitez de cliquer sur des liens ou des publicités suspects – cela pourrait vous exposer à davantage de risques en matière de cybersécurité.
  • Gardez un œil sur les dernières tendances en matière de crypto, les actualités et toute annonce liée aux crypto-monnaies dans lesquelles vous investissez.
  • Utilisez des mots de passe forts et uniques à tout moment pour rendre les comptes en ligne plus sûrs et tenir les pirates à distance.

Conclusion et voie à suivre

  • La réglementation est la solution : La réglementation est nécessaire pour prévenir les problèmes graves, pour s’assurer que les cryptocurrences ne sont pas utilisées à mauvais escient et pour protéger les investisseurs peu méfiants d’une volatilité excessive du marché et d’éventuelles escroqueries.
    La réglementation doit être claire, transparente, cohérente et animée par une vision de ce qu’elle cherche à atteindre.
  • Clarté sur la définition des crypto-monnaies : Un cadre juridique et réglementaire doit d’abord définir les crypto-monnaies comme des titres ou d’autres instruments financiers en vertu des lois nationales pertinentes et identifier l’autorité réglementaire en charge.
  • Des normes KYC fortes : Au lieu d’une interdiction complète des crypto-monnaies, le gouvernement doit plutôt réglementer le commerce des crypto-monnaies en incluant des normes strictes de KYC, de déclaration et d’imposition.
  • Assurer la transparence : La tenue de registres, les inspections, les audits indépendants, le recours aux griefs des investisseurs et le règlement des différends peuvent également être envisagés pour répondre aux préoccupations concernant la transparence, la disponibilité des informations et la protection des consommateurs.
  • Allumer la vague entrepreneuriale : Les crypto-monnaies et la technologie Blockchain peuvent rallumer la vague entrepreneuriale dans l’écosystème des start-ups en Inde et créer des opportunités d’emploi à différents niveaux, des développeurs de blockchain aux concepteurs, aux chefs de projet, aux analystes commerciaux, aux promoteurs et aux spécialistes du marketing.

Rejoignez notre Canal Télégramme Officiel ICI

Abonnez-vous à notre Chaîne YouTube ICI

Rejoignez notre Compte Twitter ICI

Suivez notre Compte Instagram ICI





Source de l’article

A découvrir