Guide d’initiation à l’art de la chasse et de la pêche

 Guide d’initiation à l’art de la chasse et de la pêche

Le bushcraft, c’est la survie en milieu sauvage au niveau le plus pratique. Mais au fond, le bushcraft est bien plus qu’un simple moyen de rester en vie. C’est l’art de prospérer dans les bois avec des outils primitifs et des compétences transmises de génération en génération. Le bushcraft permet d’atteindre un niveau d’interaction plus profond avec le monde naturel. Il fait appel à toute une série de compétences de plein air importantes, telles que la construction d’abris, la fabrication d’outils, la recherche de nourriture, la pêche et la navigation. Les fondements philosophiques du bushcraft impliquent une utilisation durable des ressources et la volonté de sacrifier les commodités modernes telles que les briquets et les réchauds à gaz.

« Tous nos ancêtres faisaient ces choses, mais nous avons perdu ce savoir », explique l’expert en bushcraft, le Seul Karie Lee Knoke, deuxième lauréate, raconte Vie en plein air. « La pratique du bushcraft consiste à maintenir ces traditions en vie.

Définir le Bushcraft

Il est difficile de donner une définition exacte du « bushcraft », car les idées divergent au sein de la communauté bushcraft. Il y a beaucoup de chevauchements entre le bushcraft et les techniques de survie, mais à la base, les techniques de survie consistent à faire face à des situations inattendues dans la nature dans le but de retourner à la civilisation le plus rapidement possible. Le bushcraft, quant à lui, est plus axé sur une expérience intentionnelle et prolongée dans la nature.

redwood bushcraft 4
Un abri forestier simple construit lors d’un cours de bushcraft au Canada.

Photo par Ferenc / Adobe stock

Des experts comme David Wescott ont établi des parallèles avec ce qu’il appelle « l’âge d’or du camping », à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. C’était avant l’arrivée du GPS et d’autres technologies, lorsque les amateurs de plein air mettaient l’accent sur la recherche de leur propre chemin dans la nature et sur le fait de vivre des réserves de la nature.

Wescott, instructeur de longue date dans le domaine des techniques primitives et propriétaire de la plateforme éducative Backtracks, qui organise des rencontres sur les techniques primitives telles que Winter Count et Le bâton de lapinSelon le professeur H. K. K., les compétences en matière d’artisanat d’extérieur ont toujours été issues de la terre. Dans le monde d’aujourd’hui, cependant, beaucoup d’entre nous doivent réapprendre ces compétences.

« Nous essayons toujours d’offrir des compétences de base, des expériences pratiques pour que les gens se familiarisent avec les outils », explique Wescott. « L’objectif est de connecter leurs mains, leurs têtes et leurs cœurs pour créer quelque chose de beau à partir de matériaux simples et d’outils simples.

Compétences de base en matière d’artisanat de brousse

Les compétences de base en matière d’artisanat sont les suivantes :

  • Trouver et purifier l’eau
  • Faire du feu
  • Recherche de nourriture
  • Chasser avec des armes primitives
  • Le piégeage avec des collets faits à la main
  • Nouer des nœuds
  • Naviguer
  • Construction d’abris
  • Utilisation et fabrication d’outils manuels

Ces compétences peuvent ensuite être affinées en fonction de l’environnement dans lequel vous vous trouvez.

« Dans une région où il n’y a pas 365 jours de soleil, les abris et les feux peuvent être très importants », explique M. Knoke. « Dans les États du Sud, c’est [all about] l’approvisionnement en eau ».

Une fois que vous maîtrisez les techniques de base du bushcraft, comme allumer un feu à friction ou construire un abri avec des matériaux naturels, vous pouvez commencer à acquérir des compétences plus avancées comme le tannage des peaux et l’identification des plantes comestibles.

redwood bushcraft 2
Karie Lee Knoke montre comment fabriquer du cordage à partir de plantes ; Knoke dessine un arc traditionnel.

Photo par Fiona Hicks Photography

La chasse, la pêche et le piégeage pour la subsistance font également partie intégrante du bushcraft, à condition qu’ils soient pratiqués de manière primitive, en utilisant des méthodes telles que la chasse à l’arc traditionnelle. Pêcher dans le style bushcraft peut signifier construire sa propre canne à pêche, fabriquer des hameçons à la main ou installer un piège à poissons dans les bas-fonds. L’essentiel est d’utiliser le peu de ressources dont vous disposez et de les compléter avec ce que la terre vous offre.

Feu

Faire du feu est la quintessence de l’art du bushcraft. Un feu vous tient chaud, cuit votre nourriture, fait bouillir votre eau et vous permet d’appeler à l’aide en cas de besoin. Il existe de nombreuses façons d’allumer un feu primitif, depuis le perçage d’un arc jusqu’à l’utilisation d’aciers à feu.

Les adeptes du bushcraft apprennent rapidement à identifier les meilleurs types de bois à brûler, les meilleures structures pour entretenir un feu et les meilleurs matériaux pour l’amadou – feuilles sèches, brindilles, écorces et bois résineux des pins (également appelé bois gras). Il est tout aussi important de maintenir le feu à une taille raisonnable et de l’éteindre correctement.

Pour faire un feu de base, vous pouvez faire appel à toute une série de compétences en matière d’artisanat d’extérieur. Vous pouvez :

  • Utiliser une scie à main pour couper du bois en morceaux faciles à manipuler
  • Utilisez une hachette pour diviser ces morceaux en plus petits, de la taille d’une allumette.
  • Mettez tout ce combustible dans un réchaud de base fabriqué à partir d’une boîte de conserve.

Vous pouvez toujours en apprendre davantage sur les différentes façons d’allumer un feu par friction, sur le meilleur combustible pour l’amadou et sur d’autres conseils pour faire du feu en lisant le passé. Vie en plein air articles.

Abri

Il est essentiel de savoir comment fabriquer différents types d’abris, qu’il s’agisse d’abris entièrement construits ou d’abris improvisés. Le type d’abri utilisé dépend également de l’environnement et des ressources disponibles. Les Bushcrafters s’inspirent depuis longtemps des cultures indigènes en utilisant des matériaux naturels comme la neige, les branches de pin et les peaux d’animaux pour construire des abris. En cas de coup dur, il peut s’agir simplement de construire un appentis improvisé avec quelques branches contre un tronc d’arbre.

Pour les débutants, Wescott recommande d’expérimenter avec une simple bâche carrée et de la paracorde. Une bâche peut fournir une couverture rapide et efficace et améliorer n’importe quel cadre d’abri, y compris le cadre en A classique, qui ne nécessite qu’une bâche, de la corde et deux points d’attache.

« Il est possible de créer des milliers de modèles d’abris différents à partir d’une bâche », explique Wescott.

Pour un examen approfondi de certaines de ces conceptions d’abris, lisez cet article de Vie en plein air et de l’expert en survie Tim MacWelch, qui traite du cadre en A ainsi que d’autres modèles de base :

Pour commencer [building your A-frame]Pour commencer, suspendez une corde entre deux arbres ou autres supports similaires. Posez votre bâche sur la corde et attachez les quatre coins de votre bâche. Cet abri est un excellent complément à un hamac de toile ou est suspendu au-dessus d’un lit de branchages à ressorts. Vous pouvez même utiliser un poncho comme abri de toile à cadre en A.

Les nœuds

Savoir faire un nœud est essentiel pour construire un abri, poser des pièges, sécuriser son matériel et effectuer d’innombrables autres tâches en plein air. Il est également important de comprendre les différentes catégories de nœuds et de savoir quand les utiliser. Les principales catégories sont les suivantes :

  • Boucles: utilisé pour créer un point d’attache ou une prise dans une corde
  • Attelages: utilisé pour attacher une corde à un objet ou sécuriser une charge
  • Courbes: utilisé pour relier deux cordes entre elles
  • Corde d’arrimage: utilisé pour attacher des objets ensemble

Voici quelques nœuds importants à apprendre pour les débutants en bushcraft :

Chacun de ces nœuds de base a un but spécifique mais peut être appliqué à différents scénarios. Un nœud de chaise, par exemple, peut être utilisé pour relier une corde à un œillet sur une bâche, tandis qu’un crochet de camionneur peut aider à sécuriser une lourde charge dans un canoë. Wescott recommande de garder une longueur de corde dans sa poche pour s’entraîner à faire et à défaire quelques nœuds jusqu’à ce qu’ils soient bien maîtrisés.

« Si vous comprenez peut-être deux nœuds de chaque catégorie, une boucle, une articulation ou une attache, vous pouvez faire tout ce dont vous avez besoin », explique Wescott. « Mais vous devez avoir un répertoire d’au moins une demi-douzaine de nœuds que vous pouvez faire en dormant. Il faut être bon, rapide et savoir où l’appliquer. [them] correctement ».

Approvisionnement et purification de l’eau

Il est essentiel de trouver de l’eau et de la purifier. Une source d’eau naturelle peut être une bouée de sauvetage, mais elle peut aussi abriter des agents pathogènes dangereux. Ces cours d’eau et ces lacs qui ont l’air parfaits ? Ils pourraient regorger de giardia et d’autres substances nocives que vous ne voulez pas boire.

Faire bouillir l’eau d’un ruisseau ou d’un lac proche est une méthode qui a fait ses preuves. Cependant, il arrive que ces sources ne soient pas accessibles – la chasse en montagne à haute altitude en est un exemple – et vous devrez faire preuve de créativité pour trouver de l’eau.

Les Bushcrafters apprennent à utiliser différents systèmes primitifs de collecte d’eau. L’un d’entre eux est un système simple de distillation solaire, que Tim MacWelch, collaborateur d’OL, a également expliqué dans un article précédent :

Pour construire un tel système, placez un carré de plastique transparent ou laiteux (5×5 ou 6×6 pieds) au-dessus d’un trou d’un mètre de profondeur, avec un récipient propre centré au fond (installez un tuyau d’abreuvement à partir du récipient afin de pouvoir boire l’eau recueillie sans avoir à démonter tout l’alambic). Placez de la terre autour du bord du plastique, au bord du trou, pour fermer hermétiquement l’alambic. Placez une pierre au milieu du plastique pour créer un cône d’environ 45 degrés au-dessus du récipient. Creusez l’alambic dans un endroit ensoleillé et dans la terre ou le sable le plus humide possible. Ajoutez de la végétation verte et même de l’urine dans le trou pour augmenter la production d’eau.

La fabrication et l’utilisation d’outils sont des compétences essentielles pour tout bushcrafter. Commencez par l’essentiel : un bon couteau, un allume-feu, une longueur de corde, un récipient et une bâche (un mètre sur deux est une bonne taille). Au fur et à mesure que vos compétences se développent, vous pouvez apprendre à fabriquer d’autres objets, comme un pot à eau en argile, une cuillère en bois ou une corde faite à partir de matériaux végétaux.

Gardez votre couteau (et votre cerveau) aiguisé

Un bon couteau est indispensable, et c’est l’outil le plus essentiel pour tout bushcrafter. Les meilleurs couteaux de bushcraft sont robustes, avec des poignées résistantes et des lames robustes.

« Il faut qu’il soit confortable dans la main et qu’il puisse garder un tranchant bien aiguisé », explique Knoke, qui préfère les couteaux à lame fixe. Elle ajoute que parmi les dizaines de couteaux qu’elle possède, son préféré est un couteau fabriqué à la main qui a coûté environ 40 dollars.

redwood bushcraft 3
De gauche à droite : une planche de base pour une perceuse à archet, une simple cuillère en bois et les deux outils manuels de base utilisés pour sculpter ces objets.

Photo par David Wescott

Les haches, les scies et les pelles sont d’autres outils utiles pour faire du feu et construire des abris. Il existe de nombreuses options, et les meilleures haches de camping ne sont pas forcément très chères. Wescott met en garde contre le fait de remplacer constamment votre kit par les options les plus récentes et les plus performantes, et affirme qu’il est préférable de se familiariser avec les outils que vous possédez déjà. Il est tout aussi important de savoir comment aiguiser et entretenir votre équipement que de savoir l’utiliser.

Et n’oublions pas l’outil le plus important de tous : votre cerveau. Acquérir des connaissances et les développer est essentiel pour garder cet outil affûté.
« Avec [more] vous apprendrez à faire du cordage et vous apprendrez à prendre une pierre et à en faire un couteau ou un tranchant », explique Knoke, qui précise que sa capacité à identifier les plantes comestibles lui a donné une longueur d’avance sur les autres participants à l’émission Seul. « Si vous connaissez les bonnes pierres, vous pouvez faire du feu si vous trouvez un morceau de silex.

S’initier au bushcraft

Il est impossible de se lancer dans l’aventure du bushcraft sans pratique. Si vous ne connaissez personne, envisagez de vous inscrire à un cours ou à un atelier de bushcraft. Il existe dans tout le pays des écoles de nature sauvage qui proposent des cours pour tous les niveaux de compétence, ce qui permet aux apprenants d’acquérir de l’assurance. Un rassemblement d’adeptes des techniques primitives est un autre endroit idéal pour recevoir une formation et nouer des liens avec d’autres adeptes de l’art buissonnier.

Les livres et les documents de référence plus anciens sont également très utiles pour acquérir des connaissances de base. Vous pouvez apprendre beaucoup de choses en lisant certains des meilleurs livres de survie et d’autres titres qui portent spécifiquement sur l’art de la vie en forêt et les techniques primitives. M. Wescott explique qu’il existe une énorme quantité d’ouvrages datant du début du XXe siècle que l’on peut encore trouver en ligne. Internet regorge également de ressources sur le bushcraft, bien que Knoke et Wescott mettent en garde contre le fait de prendre le contenu en ligne pour argent comptant.

redwood bushcraft 5
Al Cornell, expert en bushcraft, brandit une scie à feu en bambou, l’un des nombreux outils permettant d’allumer un feu par friction.

Photo par David Wescott

« Vous pouvez taper ‘bushcraft’ sur YouTube et regarder des vidéos jusqu’à ce que les vaches rentrent à la maison de 50 millions d’experts différents qui n’ont pas eu l’occasion de travailler sur le terrain mais qui ont beaucoup d’équipement de caméra », explique M. Wescott. « Cela permet d’accéder à des informations, mais pas à l’expérience d’un mentor.

Malgré ses inconvénients, Internet a permis de faire connaître les rudiments du bushcraft à un public beaucoup plus large, et Mme Knoke affirme que certaines ressources en ligne lui ont été particulièrement utiles pour l’apprentissage de techniques plus spécifiques et plus avancées. De même, en raison de la popularité croissante du bushcraft, de nombreuses nouvelles écoles de pleine nature et de nouveaux experts en ligne voient le jour. Il est important de faire des recherches lorsque l’on cherche de nouvelles sources d’information et de nouveaux enseignants, et il n’est jamais inutile d’avoir plus d’un mentor.

Bushcraft FAQ’s (en anglais)

Que fait un bushcrafter ?

Un bushcrafter pratique des techniques de survie primitives qui lui permettent de vivre en harmonie avec la nature et l’environnement qui l’entoure. Ce que fait exactement un bushcrafter et à quoi ressemble sa journée varie en fonction de l’endroit où il se trouve et de son niveau de compétence. Un bushcrafter peut commencer sa journée en s’occupant d’un feu, en faisant bouillir de l’eau ou en cherchant des plantes comestibles. Il peut passer du temps à couper du bois, à coudre des vêtements en peau de daim ou à tanner des peaux. Essentiellement, il s’appuie sur une connaissance approfondie de son environnement pour prospérer.

Qu’est-ce qu’un outil de bushcraft ?

Les outils sont un élément essentiel du bushcraft. Les cours d’initiation au bushcraft commencent souvent par l’apprentissage de l’utilisation d’outils de base, souvent choisis pour leur fiabilité et leur polyvalence. Des experts comme Wescott soulignent l’importance d’apprendre à maîtriser des outils de base tels qu’un couteau, une corde et un allume-feu, plutôt que de s’en remettre au matériel le plus récent. Cette approche met en évidence l’éthique du bushcraft, qui repose sur la compétence, le respect de la nature et l’autosuffisance.

Qu’est-ce que le bushcraft ?

Vivre en dehors du réseau, c’est se déconnecter des commodités modernes et intégrer les techniques de l’artisanat d’art dans sa vie quotidienne. Knoke, par exemple, vit dans une yourte sans électricité, sans eau courante et sans égout.

Quels sont les avantages du bushcraft ?

Le bushcrafting renforce la résistance physique et mentale. Il enseigne la patience et le respect de la nature, tout en procurant un sentiment d’accomplissement en répondant à ses besoins sans l’aide d’autrui ou des commodités modernes.

Dernières réflexions sur le bushcraft

« Il s’agit de l’expérience de l’arrière-pays et de l’environnement sauvage », explique Wescott. « Si vous êtes dans votre tente et que vous vous zippez, vous n’en ferez jamais l’expérience.

Le bushcraft consiste à apprendre à s’adapter et à prospérer dans la nature en utilisant des outils primitifs et en réapprenant des techniques oubliées. La maîtrise de ces compétences peut vous permettre de vivre confortablement dans des environnements souvent inconfortables, tout en cultivant une connexion plus profonde avec le monde naturel.


Source de l’article

A découvrir