Évaluer et hiérarchiser les risques. Une comparaison de la probabilité et de l’impact

 Évaluer et hiérarchiser les risques. Une comparaison de la probabilité et de l’impact


L’une des questions les plus courantes posées par les nouveaux préparateurs est « A quoi dois-je me préparer ? ». La réponse facile… et fausse… est « tout ». Après tout, comme le disait Frédéric le Grand, « Celui qui défend tout, ne défend rien ». Si l’on tente de se préparer à tout ce qui peut arriver… de l’érosion côtière à l’impulsion électromagnétique (IEM) en passant par les conditions météorologiques hivernales… on peut rapidement se sentir dépassé. C’est pourquoi les premières étapes de la préparation doivent consister à évaluer et à hiérarchiser les risques.

À titre d’information, j’ai passé plus de 25 ans en tant qu’officier dans la réserve de l’armée américaine, y compris de multiples déploiements. Lors de la planification de la formation et des opérations militaires, une évaluation formelle des risques est toujours requise. En outre, je suis titulaire d’un Master of Arts en gestion des urgences et des catastrophes, et je travaille actuellement dans le domaine de la gestion des urgences, où l’évaluation des risques constitue une part importante de mes fonctions. Je ne dis pas cela pour me vanter, mais pour offrir au lecteur le contexte dans lequel j’aborde ce sujet, ainsi que pour maximiser la transparence dans la mesure du possible tout en maintenant un niveau raisonnable de sécurité opérationnelle.

Le risque fait partie intégrante de la vie. Quel que soit l’endroit où l’on vit ou ce que l’on fait, nous assumons tous un certain niveau de risque chaque jour. L’essentiel est de procéder à une évaluation précise des risques auxquels nous sommes réellement confrontés, afin de mieux les atténuer et de nous y préparer. Et non, l’atténuation et la préparation ne sont pas la même chose, bien qu’il y ait certainement un certain chevauchement. En bref, l’atténuation comprend les mesures prises pour réduire l’impact d’un événement lorsqu’il se produit, tandis que la préparation comprend les mesures prises pour répondre à un événement après qu’il se soit produit. Par exemple, si l’on achète une bâche, du ruban adhésif et des clous pour couvrir les fenêtres qui pourraient être cassées pendant une tempête de vent, c’est de la préparation. Si l’on met du contreplaqué sur les fenêtres pour réduire les risques de bris pendant une tempête de vent, on parle d’atténuation.

L’achat d’un générateur pour assurer la continuité de l’alimentation pendant une panne pourrait être considéré à la fois comme une mesure d’atténuation (puisqu’il réduit l’impact de la perte d’alimentation) et comme une préparation (puisqu’il est engagé dans le cadre de la réponse à l’événement). Quoi qu’il en soit, afin de mieux cibler les ressources limitées lors de l’élaboration de mesures d’atténuation et de préparation, il est nécessaire d’identifier avec précision les dangers potentiels, d’évaluer les risques, puis d’utiliser cette analyse pour maximiser les effets dans la planification.

Identification des dangers

La première étape de l’évaluation des risques consiste à identifier les menaces ou les dangers qui sont réellement viables dans une zone donnée. Les dangers sont normalement divisés en trois catégories : les dangers naturels, les dangers d’origine humaine et les dangers technologiques. Un danger naturel est un phénomène qui se produit dans la création de Dieu, comme les ouragans, les tornades ou la foudre. Un risque d’origine humaine est un phénomène créé par l’homme, par malveillance ou par négligence, comme une attaque terroriste, une frappe nucléaire ou un rejet de matières dangereuses. Enfin, un risque technologique est un événement qui se produit en raison d’une défaillance de la technologie, comme une rupture de barrage ou une cyberattaque.

Notez qu’il peut y avoir des chevauchements dans certains de ces domaines. Par exemple, une perturbation géomagnétique (GMD) due à une éjection de masse coronale, similaire à l’événement de Carrington de 1859, frappant la Terre serait un événement naturel. Les effets sur la technologie, cependant, créeraient des défaillances technologiques en cascade, telles que des perturbations et des dégradations dans la distribution d’énergie et les télécommunications, qui pourraient entraîner des défaillances dans les systèmes de survie, les systèmes sanitaires, les systèmes de distribution de carburant, etc. Un incendie de forêt peut être dû à la foudre, ce qui en fait un risque naturel, ou à la négligence ou à la malveillance d’une personne, ce qui en fait un risque d’origine humaine.

Il convient de noter que l’identification des dangers ne repose pas uniquement sur des événements passés ; ce n’est pas parce qu’une chose ne s’est pas produite dans le passé qu’elle ne se produira pas. Le but de l’identification des dangers est d’identifier les dangers potentiels, ainsi que d’éliminer ceux qui ne se produiront pas. Par exemple, je vis dans un État du sud de la côte est. Les ouragans sont absolument un danger. Les intempéries hivernales, bien que rares, se produisent quand même. Une attaque de Godzilla, par contre, est totalement impossible, puisque cela ne se produit que dans le Pacifique. Bon, mauvais exemple… les tempêtes de sable, l’activité volcanique et les explosions de geysers sont toutefois impossibles, du moins en tant que dangers directs, dans ma région. Par conséquent, commencez par identifier les dangers potentiels… naturels, causés par l’homme ou technologiques… et éliminez l’impossible.

Processus d’évaluation des risques

Cela conduit directement à l’évaluation du risque. Le risque se compose généralement de deux facteurs : la probabilité et l’impact. La probabilité est simplement l’éventualité que quelque chose se produise. Par exemple, là où je vis, les ouragans sont assez probables, car ils se produisent presque chaque année. Les intempéries hivernales, en revanche, sont assez improbables, mais pas impossibles. L’impact représente l’effet qu’un tel événement aurait sur les habitants des zones touchées et, dans certains cas, des zones adjacentes. Il peut s’agir de décès, de blessures, de montants en dollars de dommages, de familles déplacées, etc.

Une comparaison de la probabilité et de l’impact peut aider à identifier les dangers qui posent le plus grand risque. Par exemple, un événement à forte probabilité et à fort impact… tel qu’un ouragan… serait classé à haut risque. Un événement ayant une faible probabilité et un faible impact… comme un tsunami dans une zone qui n’est pas immédiatement adjacente au littoral… serait classé comme un risque faible. Les éléments à forte probabilité mais à faible impact… comme la grêle… ou les éléments à faible probabilité mais à fort impact… comme le GMD susmentionné… se situeraient entre les deux.

Il convient de noter que l’impact doit inclure les effets en cascade, ainsi que les effets directs. Par exemple, dans le cas du tsunami susmentionné, une zone qui ne se trouve pas immédiatement sur la côte peut ne pas souffrir d’un effet direct du tsunami ; cependant, les effets en cascade, tels que les pannes de courant et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, doivent également être pris en compte.

La notation de ces éléments permettrait d’évaluer plus précisément le risque de dangers spécifiques dans une zone donnée, puis de les comparer afin de mieux déterminer les mesures de préparation et d’atténuation à mettre en place. Par exemple, l’attribution d’une note numérique entre 1 et 10 pour la probabilité et l’impact de chaque danger permettrait de faire la moyenne de ces notes pour obtenir une estimation du risque. Si l’on attribue une note de probabilité de 9 et une note d’impact de 6 aux ouragans, on obtient une note de risque de 7,5, soit un risque moyennement élevé. Un score d’impact de 10 et un score de probabilité de 1 pour un GMD donnerait un score de risque de 5,5, soit un risque moyen. Il s’agit d’un moyen relativement objectif de déterminer le risque d’un danger spécifique. Toute évaluation comportera bien entendu une part de subjectivité, fondée sur la vulnérabilité globale de l’individu aux impacts potentiels. Cependant, en évaluant ces risques aussi objectivement que possible, on sera mieux à même de les classer par ordre de priorité, ce dont nous parlerons plus loin.

Ressources pour l’évaluation des risques

Mais comment savoir quelle est la probabilité et l’impact de ces risques dans ma région ? Il existe de nombreux outils en ligne pour aider à déterminer le risque dans une zone spécifique. Beaucoup d’entre eux sont des sites gouvernementaux, mais sont ouverts au public.

La meilleure ressource en matière de risques naturels est sans doute le site Base de données sur les tempêtes de la National Oceanic and Atmospheric Administration.. Ce site permet aux utilisateurs de rechercher des événements spécifiques, jusqu’au niveau municipal, remontant à 1950. En choisissant une plage de dates, un état, un comté et un danger, on peut non seulement voir un résumé de ces événements dans le comté, mais on peut aussi explorer des événements spécifiques jusqu’au niveau municipal, y compris la magnitude et l’impact des événements. Des informations similaires pour les tremblements de terre peuvent être obtenues sur le site Catalogue des tremblements de terre de l’United States Geological Survey.. Ce site est plus difficile à utiliser, car l’utilisateur devra créer une recherche personnalisée pour sa région en utilisant l’outil cartographique sous l’en-tête « Région géographique ».

Les informations sur les risques technologiques sont un peu plus difficiles à obtenir, mais il existe des ressources disponibles. Le site web de l’Agence de protection de l’environnement comprend une page sur les Programme d’inventaire des rejets toxiquesqui renvoie à divers outils pouvant fournir des informations sur les problèmes potentiels et antérieurs liés aux matières dangereuses dans des zones spécifiques. Les organismes de réglementation des barrages de l’État disposent d’informations sur les ruptures potentielles de barrages dans une zone donnée.

Les organismes de réglementation des barrages de l’État disposent d’informations sur les ruptures potentielles de barrages dans une zone particulière.
Les événements d’origine humaine, en particulier les incidents criminels et terroristes, peuvent être trouvés dans diverses bases de données des forces de l’ordre. La recherche d’articles de presse sur des événements survenus dans des zones spécifiques peut également être utile. Comme JWR l’a souvent indiqué, une densité de population plus élevée augmente à la fois la probabilité et l’impact potentiel des activités criminelles et terroristes. Cependant, ces deux événements peuvent se produire dans les zones rurales comme dans les zones urbaines. N’oubliez pas que l’objectif d’une attaque terroriste n’est pas de faire des victimes, mais plutôt de créer un impact psychologique susceptible d’influencer les changements sociétaux ou politiques. Une attaque sur une cible rurale peut avoir autant d’impact, sinon plus, qu’une attaque sur une cible urbaine.

Une autre source potentielle serait les sites Web des agences de gestion des urgences locales et étatiques. Souvent, ces sites proposent au public des plans tels que les plans d’atténuation des risques, qui peuvent fournir des informations spécifiques sur les risques dans ces zones. Les plans d’atténuation locaux contiendront une évaluation des risques de cette zone spécifique, qu’une personne peut utiliser, plutôt que de passer par le processus de développement de son propre plan. Comme toujours lorsque vous effectuez des recherches, tenez compte de la source. La triangulation, qui consiste à utiliser plusieurs sources pour recueillir des données à analyser, est généralement une bonne idée.

Hiérarchisation des risques

Une fois que les dangers ont été identifiés et que les risques ont été évalués, ces risques doivent être classés par ordre de priorité. La façon la plus simple de le faire est de classer ces risques et de prioriser ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats. Cependant, ce n’est pas nécessairement la meilleure façon de hiérarchiser les risques, en particulier si l’on opère dans un environnement où les ressources sont limitées. (Ce qui, à moins que vous ne soyez Bill Gates, Elon Musk ou certains organes politiques, serait le cas de presque tout le monde). Un peu d’esprit critique peut donner de meilleurs résultats.

De nombreux dangers partagent certains effets. Par exemple, les ouragans, les tempêtes de vent, les tornades, les cyber-attaques, les tempêtes d’hiver et la GMD peuvent tous provoquer des coupures de courant. En analysant et en identifiant les effets communs de différents dangers, on pourrait mieux établir un ordre de priorité en se concentrant sur les événements ayant les effets les plus communs. Le tableau ci-dessous fournit un exemple d’une telle analyse. Il convient de souligner que ce tableau n’est qu’un exemple et qu’il n’inclut pas tous les dangers potentiels, ni tous les effets potentiels de ces dangers.

Sur la base de ce tableau, on peut voir que les deux effets les plus courants dans cet exemple sont la rupture d’approvisionnement, qui se produit dans 7 dangers sur 8, et les pannes de courant, qui se produisent dans 6 dangers sur 8. En concentrant les efforts d’atténuation et de préparation sur ces effets spécifiques, on peut maximiser l’utilisation de ces ressources limitées.

Fire and Forget ?

Comme le disait l’un des instructeurs de mon cours élémentaire d’officier, « Le temps passe… le temps change… les choses arrivent ». Il faut se rappeler qu’une évaluation des risques doit être un document vivant. Au fur et à mesure que les conditions sur le terrain évoluent, il peut être nécessaire de réexaminer cette analyse afin de tenir compte des changements potentiels de probabilité et d’impact. Un calendrier raisonnable pour réévaluer les risques serait de le faire chaque année ou après un événement ou un exercice majeur (vous effectuez des exercices, n’est-ce pas ?). Cela permet d’ajuster continuellement les efforts de préparation à mesure que les divers risques changent en fonction de l’évolution des conditions.

Conclusion

En conclusion, permettez-moi de souligner que la préparation est une expérience très personnalisable. Il n’y a pas une seule  » bonne  » façon de faire (bien qu’il y ait beaucoup de mauvaises façons). Les efforts de préparation dépendront d’une grande variété de variables, dont le risque, les vulnérabilités, les capacités et bien d’autres. Évaluer et hiérarchiser les risques est une excellente façon de commencer ce mode de vie (et c’est un mode de vie, pas une pratique), car cela permet de mieux cibler les efforts et les ressources. Mais le plus important, c’est de commencer à aller de l’avant. Les évaluations et les plans sont des choses merveilleuses, mais s’ils ne débouchent pas sur des actions, ils sont finalement sans valeur. Que Dieu vous bénisse, vous et les vôtres, alors que vous vous efforcez de vous préparer aux troubles à venir – et actuels.



Source de l’article

A découvrir