Comment résister à des milliards d’années d’évolution pour changer la vie

 Comment résister à des milliards d’années d’évolution pour changer la vie


Gerd Altmann/Pixabay

Source : Gerd Altmann/Pixabay

Dans mon dernier article, j’ai décrit comment l’évolution a permis aux humains de s’adapter à un environnement changeant pour assurer notre survie en tant qu’espèce. J’ai également montré comment ces mêmes qualités qui nous ont aidés à survivre peuvent nous empêcher de nous épanouir et de devenir la meilleure version de nous-mêmes. Dans cet article, je vais vous expliquer comment vous pouvez résister à des milliards d’années d’évolution pour favoriser un changement positif dans votre vie.

Pour surmonter ces milliards d’années d’évolution, nous devons utiliser l’évolution contre elle-même. Il n’y a aucun doute que l’évolution a fait un travail remarquable pour assurer notre survie. Mon Dieu, nous sommes encore là ! Elle a également fait un travail exceptionnel pour nous aider à prospérer ; la vie est plutôt agréable aujourd’hui pour la plupart d’entre nous dans le monde développé (même si, il est vrai, ce n’est pas le cas pour tout le monde). Pourquoi ? Parce que l’évolution nous a permis de développer notre cerveau bien au-delà de ce que l’on trouve chez les autres animaux.

Plus précisément, au cours des 250 000 dernières années, nous avons pleinement développé le cortex cérébral et, plus important encore, le cortex préfrontal (je l’appelle le CPF), qui nous donne le pouvoir de résister à nos instincts les plus primitifs. Le CPF est responsable de ce que l’on appelle le « fonctionnement exécutif », qui implique :

  • Peser les risques et les récompenses
  • Reconnaître les conséquences à court et à long terme
  • Avoir le contrôle de ses émotions
  • Organiser les efforts
  • Identifier les options
  • Prendre des décisions délibérées dans notre meilleur intérêt

Le défi d’engager le PFC à résister à nos tendances évolutives les plus basses est qu’il n’existe que depuis un clin d’œil du point de vue de l’évolution. Nos instincts primitifs sont si profondément ancrés dans notre câblage neuronal qu’il faut un effort herculéen à votre PFC pour passer outre ces pulsions instinctives. Mais c’est possible, et c’est là que réside notre capacité, aussi difficile soit-elle, à créer des changements positifs en nous-mêmes et dans nos vies.

J’utilise la métaphore de la « bifurcation » pour décrire la capacité de notre PFC à examiner les différentes routes que nous pourrions prendre, à déchiffrer laquelle est la mauvaise route (mauvais sentiment, mauvaise destination) et laquelle est la bonne route (bon sentiment, bonne destination), puis à choisir la route la plus bénéfique pour nous. Comme j’espère l’avoir démontré ci-dessus, notre réaction de lutte ou de fuite manque clairement de cette capacité dans le monde moderne et vous conduira très probablement sur une mauvaise route. Je qualifie ces bifurcations de choix simples mais pas faciles. Ce sont des choix simples, car préférez-vous emprunter la mauvaise route ou la bonne ? La bonne route, évidemment. Mais ce n’est pas facile à cause des milliards d’années d’évolution mentionnés plus haut auxquels vous essayez de résister.

Prendre la bonne voie, guidé par notre PFC, exige que nous rassemblions toutes nos ressources évoluées pour éviter une réaction instinctive de réflexe en réponse à une menace perçue. Mais les tentatives « sur le moment » d’emprunter la bonne voie ont toutes les chances d’échouer parce que ces réactions se produisent, grâce à notre instinct de survie, immédiatement, viscéralement et puissamment, souvent beaucoup trop rapidement pour que notre PFC ait le temps de s’engager et de les neutraliser. Il faut plutôt de la planification (une force du cortex préfrontal), de la conscience, de la détermination et du temps pour que notre cerveau évolué supplante notre cerveau primitif et serve mieux nos intérêts et nos objectifs dans le monde complexe dans lequel nous vivons.

Ainsi, la prochaine fois que vous serez confronté à l’équivalent moderne d’une menace pour votre survie, comment pouvez-vous être sûr que vous répondrez de manière constructive plutôt que de réagir instinctivement ? Voici quelques mesures pratiques que vous pouvez prendre.

1. Établissez des objectifs de changement.

Il est difficile de résister à vos pulsions instinctives si vous n’avez pas identifié les alternatives par lesquelles vous voulez les remplacer. Il est utile d’établir une série d’objectifs spécifiques que vous voulez atteindre avec ce changement. Il peut s’agir, par exemple, de rester calme en cas de conflit, d’écouter davantage, de faire de l’exercice, de manger sainement, ou de tout autre changement positif dans votre vie, qu’il s’agisse de ce que vous pensez, des émotions que vous ressentez, des comportements que vous adoptez ou de la façon dont vous interagissez avec les autres.

Vous pouvez identifier ces objectifs en examinant d’abord votre vie et en voyant où vous pensez, ressentez et vous comportez d’une manière malsaine ou contre-productive. Ensuite, définissez des alternatives saines vers lesquelles vous pouvez tendre. Plus vos objectifs sont simples, clairs et tangibles, plus il vous sera facile de les maîtriser lorsque vous serez confronté à une bifurcation.

2. Identifiez les situations « sensibles ».

Les personnes qui luttent contre des modes de vie malsains ont généralement des situations communes dans lesquelles leurs « boutons chauds » sont poussés, et ils sont « allumés ». Si vous pouvez identifier ces situations à l’avance, cette connaissance peut « amorcer » votre PFC pour qu’il soit sensible à ces situations lorsqu’elles se présentent, lui permettant ainsi d’intervenir avant ou peu après que vos tendances préhistoriques commencent à s’affirmer.

3. Créez un plan de changement.

C’est une chose pour votre PFC d’être capable de reconnaître les situations qui déclenchent vos réactions primitives. C’est une toute autre chose pour lui d’être capable de formuler un plan sur-le-champ – assez rapide pour bloquer ces réactions avant qu’elles n’atteignent une vitesse imparable. C’est là qu’intervient le fait d’avoir un plan.

Réfléchissez à ce que vous pensez, aux émotions que vous ressentez et à la façon dont vous vous comportez lorsque vous êtes sur la « mauvaise route ». Ensuite, faites un plan pour savoir comment vous voulez penser, ressentir et vous comporter lorsque votre PFC vous met sur une bonne route. Plus votre plan sera spécifique et réalisable, plus votre PFC sera en mesure de l’exécuter.

4. Stop !

Un conseil si simple, mais si difficile à mettre en œuvre parce que l’évolution a inscrit dans notre cerveau le besoin de réagir rapidement et intensément pour survivre dans un environnement hostile, même si cela ne se produit que rarement, voire jamais, à l’époque moderne. Pourtant, avec une planification, une prise de conscience et une maîtrise de soi appropriées, il est possible de résister aux anciennes pulsions et d’engager votre PFC.

En appuyant sur le bouton « pause » et en vous accordant plusieurs secondes, vous interrompez les informations qui parviennent à votre cerveau primitif et l’empêchez de vous faire réagir à ce moment-là. De plus, pendant ces quelques secondes, vous donnez à votre PFC le temps de s’activer et de réagir ; vous redirigez le flux d’informations de votre « homme des cavernes intérieur » vers votre PFC, lui permettant de prendre le contrôle de votre pensée, de vos émotions et de votre comportement.

5. Passez à l’action.

Voici une chose à garder à l’esprit lorsque vous commencez à mettre en œuvre votre plan de changement. Pour paraphraser le poème classique de Robert Burns,  » les plans les mieux conçus des souris et des hommes… « , c’est-à-dire les plans ne fonctionnent pas toujours, et généralement pas du premier coup. Dans le cas de changements positifs dans votre vie, le plus important est de persévérer dans vos efforts pour mettre ces plans à exécution. Tôt ou tard, votre plan se concrétisera, et avec chaque réussite ultérieure, ce sera de plus en plus facile.

6. Il faut un engagement cohérent et conscient.

Il n’y a pas de solutions magiques, instantanées ou rapides pour apporter des changements significatifs dans votre vie. Il s’agit plutôt d’un choix quotidien, et en fait d’un moment à l’autre, que vous faites pour quitter la mauvaise route et prendre la bonne route. Rappelez-vous que vos instincts innés et vos habitudes bien acquises (bien que malsaines) vous conduiront automatiquement sur la mauvaise route. Donc, comme je l’ai noté ci-dessus, pour quitter la mauvaise route et rejoindre la bonne route, vous devez tirer parti de votre PFC en vous engageant consciemment sur la bonne route, dans les moments où une bifurcation apparaît.

Pour recâbler votre cerveau afin qu’il prenne la bonne route à l’avenir, vous devez prendre cet engagement conscient de façon constante, c’est-à-dire à chaque fois que vous vous trouvez à un croisement. Ce qui est bien avec la bonne route, c’est qu’elle se renforce d’elle-même ; on se sent bien et de bonnes choses se produisent, ce qui vous encourage à continuer à prendre cet engagement conscient et constant à l’avenir. Au fil du temps, à force de répéter cet engagement cohérent et conscient à emprunter la bonne voie, votre cerveau se reconnecte pour emprunter automatiquement la bonne voie. Avec le temps, la mauvaise route sera envahie par la végétation jusqu’à ce qu’elle ne soit plus du tout reconnaissable comme une route, et la seule option que vous aurez sera la bonne route. Et une fois que vous êtes sur la bonne route, vous pouvez à nouveau profiter du voyage de votre vie.



Source de l’article

A découvrir